POLLUTION DES ONDES ÉLECTROMAGNÉTIQUES, S’EN PROTÉGER PLUTÔT QUE LES SUBIR

535

Nous baignons tous maintenant dans un nuage d’ondes électromagnétiques. Systéme électrique domestique et appareils branchés sur le secteur, téléphone portables, antennes relais, wi-fi, etc, les sources d’émission de ces ondes saturent notre environnement entrainant pour certains des maux de tête, difficulté à se concentré, nausées, et un cortège de conséquence encore non connues et un risque réel accru pour les enfants. Quelques gestes simples permettent de limiter les expositions.

Nous sommes exposés aux ondes électromagnétiques en permanence non seulement en raison des appareils de communication qui les générent type téléphone portable, téléphone fixe de maison sans fil, wi-fi, antennes relais, etc mais aussi tout simplement en raison du réseau électrique des maisons et bureaux et des appareils électriques branchés. Tout courant électrique crée un champ électromagnétique . Ainsi, tout appareil branché sur une prise : four à micro-ondes, ordinateur, lampe, imprimante, frigo, etc est une source d’exposition à un champ de 50Hz (basse fréquence), celui induit par le courant en usage en Europe , le 220V. Tous nos appareils électriques domestiques ou professionnels représentent environ 60% de notre exposition aux ondes électromagnétiques. Si on ne peut pas se passer de fils électriques, de lumière ou de frigo chez soi, on peut en revanche limiter son exposition avec quelques gestes simples.

La nuisance des ondes

Les ondes électromagnétiques sont nuisibles selon deux critères : le temps d’exposition et leur intensité. Plus le temps d’exposition est long ou plus l’exposition est intense et plus l’effet sur l’organisme est nuisible. Il est maintenant reconnu par l’OMS que l’exposition fréquente aux ondes électromagnétiques peut induire des maux de tête, des troubles de la concentration, des nausées, des troubles du sommeil et une exposition au-delà des normes d’exposition courantes est classée comme « cause probable de cancer chez l’homme », niveau 3.

Les premiers gestes chez soi

En premier lieu, il faut repérer les endroits où vous passez le plus de temps immobile, les zones dites d’exposition longues : le lit, le fauteuil de lecture, le bureau, le canapé devant la télé, etc. Et éloigner d’au moins 30 à 50 cm de votre tête tout appareil électrique : lampe, chaine hifi, téléphone fixe, imprimante . En journée, autant que possible, quitter la station statique et se déplacer brièvement au moins une fois par heure. Tout éloignement d’une source d’exposition diminue de fait son impact. Si vous n’utilisez pas vos appareils électriques, pensez à les débrancher ou à utiliser une multiprise munie d’un interrupteur général qui permet de couper plusieurs appareils d’un geste simple. Attention, la mise en veille des appareils ou leur arrêt ne change rien, ils restent sous tension, même éteints.
Privilégier un téléphone fixe filaire car la borne du téléphone sans fil , munie d’un transformateur, est une vraie station à rayonnement à elle seule . Pour internet, le mieux est de revenir à une connexion internet filaire, ou à défaut couper le wifi la nuit.
Dans votre lit, pas de téléphone portable ou de lampe de chevets à moins de 50 cm de votre tête. Les ampoules basses consommation émettent de champs électromagnétiques basse fréquence (50 Hz) et des radiofréquences, jusqu’à 10 MHz et au-delà. Attention aussi avec les babyphones, le problème est le même et l’exposition des nourrissons aux ondes doit être drastiquement limitée.

Les bons gestes avec son téléphone mobile

La seconde source d’exposition aux ondes électromagnétiques, est le téléphone portable. La France compte maintenant plus de 66 millions de téléphones portables. De la même façon, avec quelques bons gestes d’utilisation, on peut significativement diminuer son exposition. En premier lieu, utiliser une oreillette filaire et choisir des téléphones dont la valeur d’absorption spécifique (DAS) soit la plus basse possible, de préférence toujours inférieure à 0,6 W/kg.
Dans des conditions de réception médiocres, les téléphones mobiles fonctionnent avec le maximum de puissance pour se rester connecté avec une antenne relai comme lorsque l’on marche, en train, en voiture en métro, etc, et exposent donc davantage. Le maximum de puissance est également émis lors de l’appel, le téléphone adapte ensuite sa puissance d’émission. Il importe donc de téléphoner sans se déplacer et d’attendre que l’appel soit décroché pour mettre le téléphone à l’oreille, si vous n’avez pas d’oreillette.
Les jeunes garçons ne doivent pas porter leur téléphone dans leur poche de pantalon prêt des gonades et les femmes enceintes doivent le tenir éloigné de leur ventre. Même en veille le téléphone émet un rayonnement.

Prévention à la source

Pour le bâtiment, qu’il soit personnel ou professionnel, il existe maintenant des solutions fiables comme des peintures anti rayonnement, des textiles, des mises à la terre, des rallonges et alimentations blindées . En Finlande, par exemple, la pollution électromagnétique est anticipée dès la conception d’un logement ou d’un bureau neutralisant ainsi tout type d’émission liée aux fils électriques et aux appareils branchés.

Une attention accrue avec les enfants

78% des jeunes français de 12 à 17 ans possèdent un telephone mobile. L’exposition des enfants aux radiofréquences est différente et plus élevée que celle de leur parent à leur âge. Quand les enfants d’aujourd’hui auront atteint l’âge adulte, leur temps d’exposition aura été bien plus long que celui des adultes actuels. Les enfants ont une sensibilité aux radiofréquences accrue par rapport à celle des adultes. Le système nerveux central est l’un de stissu et des organe qui continue à se developer durant l’enfance. De plus, la difference de taille, de morphologie de la tête, d’épaisseur du crane accroissent l’absoption des radiofréquences. La sensibilité accrue des enfants aux fréquences a un impact sur les fonctions cognitives (mémoire, capacité à se concentrer, capaciter à opérer plusieurs tâches en meme temps), le développement, le système immunitaire et une incidence sur les risques de survenue de certains cancers notamment les leucémies ou certains cancers du cerveau.

Si cet article vous a plu abonnez-vous à notre news letter !

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here