La véronique officinale : bienfaits, posologie et contre-indications en médecine naturelle

la véronique officinale

La véronique officinale est une plante herbacée qui se développe majoritairement sur des sols pauvres. Son nom scientifique est Veronica officinalis et elle fait partie de la famille des Scrofulariacées. C’est une plante assez courante en Europe et en Amérique du Nord. Depuis plusieurs décennies, on lui reconnaît plusieurs propriétés médicinales. Par ailleurs, elle contient des iridoïdes, de l’apigénine, des tanins ainsi que des acides phénoliques.

Indications en phytothérapie

La véronique officinale possède des propriétés stomachiques. On l’utilise principalement pour favoriser la digestion gastrique et pour stimuler l’appétit. Elle améliore ainsi le confort digestif et permet de soulager les crampes d’estomac, les troubles intestinaux et les ulcères.

De par sa propriété anti-inflammatoire et expectorante, elle aide à traiter les affections touchant les voies respiratoires. On distingue notamment le rhume, la toux, la grippe, l’asthme ou encore les cas de bronchite. Elle permet également d’atténuer les douleurs rhumatismales.

Par ailleurs, cette plante est vulnéraire. Elle a des capacités astringentes et cicatrisantes. De ce fait, elle contribue à soigner les problèmes de peau. Elle est particulièrement indiquée en cas de plaies, de brûlures ou d’eczéma. D’ailleurs, la légende raconte que cette plante officinale tire son nom de Sainte Véronique qui avait la capacité de soigner les lépreux.

En outre, la véronique officinale a un effet dépuratif, hépato-tonique et cholérétique. En ce sens, elle contribue à l’élimination des éléments toxiques de l’organisme. Elle aide également à combattre le diabète et lutte contre l’artériosclérose.

Enfin, ses autres champs d’intervention sont les affections de la rate, la jaunisse ainsi que la fatigue physique et nerveuse.

À ne pas rater !
Abonnez-vous à la newsletter Presse santé

Recevez chaque semaine et en avant première notre actualité santé : actualités médicales, conseils santé, innovations scientifiques, dossiers complets directement dans votre boite mail !

Adresse e-mail non valide
Essayez c est gratuit. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Formes et préparations

En médecine naturelle, on utilise les parties aériennes de la plante. Les formes galéniques disponibles sont :

  • Tisane ou infusion
  • Extraits secs
  • Teinture mère
  • Gélule

Conseils d’utilisation et posologie

 

Les doses recommandées varient en fonction de la forme utilisée et de l’effet recherché.

  • Tisane : infuser pendant 10 minutes 1 cuillère à soupe d’extraits secs dans une tasse d’eau bouillante. Boire 2 à 3 tasses réparties dans la journée. En gargarisme, cette préparation est efficace en cas de maux de gorge.
  • Bain : porter à ébullition un mélange de plante séchée et 1 litre d’eau, infuser pendant 10 à 15 minutes puis filtrer. Verser ensuite le filtrat dans l’eau de bain pour soigner les affections cutanées chroniques.
  • Teinture mère : dans un verre d’eau, ajouter 15 gouttes de teinture et en prendre le matin et le soir.
  • Gélule : 3 à 6 gélules par jour

Précautions d’emploi, effets secondaires et contre-indications

Jusqu’à ce jour, il n’existe aucun effet secondaire connu quant à l’utilisation de la véronique officinale. Toutefois, respecter les doses prescrites est primordial. Par ailleurs, il faut toujours veiller à ce que chaque traitement soit sous la surveillance d’un médecin ou d’un professionnel de santé. La prudence s’impose encore plus chez les femmes enceintes et allaitantes. Il convient également d’ajouter que les enfants ne doivent pas prendre de véronique officinale sous forme de teinture mère.