Lésions du Foie : Types, Causes et Traitements

Voici les différents types de lésions hépatiques, leurs causes et leurs symptômes. Nous discutons également des méthodes de diagnostic et des options de traitement disponibles pour ces lésions.

Le foie est un organe essentiel du corps humain, responsable de nombreuses fonctions vitales. Cependant, il peut être sujet à des anomalies telles que des lésions, des tumeurs ou des masses. Nous examinons ici les différents types de lésions hépatiques, leurs causes et leurs symptômes. Nous discutons également des méthodes de diagnostic et des options de traitement disponibles pour ces lésions.

Qu’est-ce qu’une lésion du foie ?

Les lésions du foie sont des anomalies de croissance des cellules hépatiques. Il existe plusieurs types de cellules dans le foie qui peuvent évoluer en lésions. Les hépatocytes sont les plus courants et représentent environ 80% de la masse du foie. Par des mécanismes encore mal compris, les cellules hépatiques peuvent subitement changer et se multiplier de manière anormale, formant une masse cohésive. Les tumeurs sont qualifiées de bénignes si elles ne sont pas cancéreuses, ou malignes si elles le sont. L’une des principales différences entre les deux est que les tumeurs bénignes ne se propagent pas, tandis que les tumeurs malignes le font.

Types de lésions hépatiques bénignes

Les tumeurs hépatiques bénignes sont celles qui restent à leur emplacement d’origine sans envahir d’autres parties du corps. Elles ne se propagent pas aux organes voisins ou éloignés. Elles ont tendance à croître lentement et ont des limites bien définies. Il existe différents types de lésions hépatiques bénignes caractérisées par les cellules à partir desquelles elles se développent.

Hémangiome du foie : Il s’agit du type le plus courant qui se forme dans les vaisseaux sanguins du foie. Environ 5% de la population générale présente des hémangiomes hépatiques.

Hyperplasie nodulaire focale (HNF) : Il s’agit du deuxième type le plus courant, plus fréquent chez les femmes. La HNF est causée par des changements dans les hépatocytes qui surviennent lorsque le flux sanguin vers le foie est soit trop élevé, soit trop faible.

Adénome hépatocellulaire : Ces lésions rares affectent principalement les jeunes femmes prenant des contraceptifs oraux et d’autres contraceptifs hormonaux. Elles proviennent d’hépatocytes qui changent spontanément dans un foie par ailleurs sain.

Lésions hépatiques cancéreuses

Le cancer du foie se produit lorsque les cellules hépatiques se divisent de manière anormale et ne subissent pas le processus normal d’apoptose, où les anciennes cellules meurent pour être remplacées par de nouvelles. En raison de cela, les cellules cancéreuses sont considérées comme « immortelles » et peuvent se multiplier et se propager indéfiniment. Contrairement aux tumeurs bénignes, les tumeurs malignes du foie n’ont généralement pas de limites bien définies.

Les cancers du foie les plus courants comprennent :

Carcinome hépatocellulaire (CHC) : Il s’agit du type le plus courant, représentant 85% des cas. Le CHC est trois fois plus fréquent chez les hommes et est généralement précédé de cirrhose du foie.

Cholangiocarcinome : Il s’agit du cancer des voies biliaires, dont les ramifications s’étendent dans le foie. Il est également connu sous le nom de carcinome intra-hépatique des voies biliaires.

Angiosarcome du foie : Un type rare de cancer du foie représentant 1% des cas. Il commence dans les vaisseaux sanguins du foie.

Cancer du foie métastatique : Cela se produit lorsque le cancer se propage à partir d’une tumeur située dans une autre partie du corps vers le foie.

Les lésions hépatiques bénignes peuvent-elles devenir cancéreuses ?

Certains types de tumeurs hépatiques bénignes ont le potentiel de devenir cancéreuses. Des études suggèrent que environ 5% des personnes atteintes d’adénome hépatocellulaire connaîtront une progression de la maladie et seront éventuellement diagnostiquées avec un carcinome hépatocellulaire. Bien que l’adénome hépatocellulaire soit plus fréquent chez les femmes, les hommes ont environ 10 fois plus de chances de voir une transformation en cancer.

Causes des lésions hépatiques

Bien que la cause des lésions hépatiques soit inconnue, elles sont supposées être dues à des facteurs génétiques, de mode de vie et environnementaux qui entraînent une réplication anormale des cellules.

Certains facteurs peuvent augmenter le risque de tumeurs hépatiques bénignes ou malignes, notamment :

Hépatite virale chronique : Les infections par le virus de l’hépatite B (VHB) ou le virus de l’hépatite C (VHC).

Consommation excessive d’alcool : L’alcool peut endommager le foie au fil du temps, provoquant une cirrhose du foie. La cirrhose se caractérise par des lésions hépatiques progressives et une perte de la fonction hépatique.

Obésité : Cela augmente le risque de stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD), une affection hépatique qui peut évoluer vers la cirrhose chez certaines personnes.

Diabète : Une glycémie élevée non contrôlée peut endommager le foie au fil du temps, augmentant le risque de NAFLD.

Contraceptifs hormonaux : L’utilisation prolongée de contraceptifs oraux à base d’œstrogènes est liée à un risque accru d’adénome hépatocellulaire.

Hémochromatose héréditaire : Il s’agit d’une maladie génétique rare qui provoque des dépôts de fer anormaux dans tout le corps, y compris le foie.

Tabagisme : La fumée de cigarette est indépendamment liée à un risque accru de cancers du foie.

Produits chimiques industriels : Une exposition professionnelle prolongée au chlorure de vinyle (utilisé dans la fabrication du PVC) est liée à un risque accru de cancer du foie.

Symptômes des lésions hépatiques

Les tumeurs hépatiques bénignes ne sont généralement pas problématiques, tandis que les tumeurs hépatiques malignes le sont intrinsèquement. Les symptômes peuvent varier considérablement et, dans certains cas, il peut ne pas y avoir de symptômes du tout.

Lésions hépatiques bénignes

Les tumeurs hépatiques bénignes ne provoquent généralement aucun symptôme et ne nécessitent pas de traitement. Ce n’est que lorsqu’elles deviennent volumineuses qu’elles peuvent comprimer les organes adjacents et provoquer des douleurs abdominales chroniques.

Dans de rares cas, un hémangiome volumineux peut provoquer une insuffisance cardiaque chez les nourrissons si la tumeur exerce une pression excessive sur le muscle cardiaque du bébé. Cela peut entraîner des symptômes tels que :

  • Perte d’appétit.
  • Difficulté à respirer, surtout après avoir mangé.
  • Faiblesse ou fatigue.
  • Irritabilité.
  • Perte ou gain de poids soudain.
  • Toux persistante.
  • Battements cardiaques rapides.

Les adénomes hépatocellulaires de plus de 5 millimètres (mm) peuvent parfois se rompre et saigner dans la cavité abdominale. La rupture de la tumeur peut provoquer des douleurs abdominales sévères, mais elle est rarement mortelle. Les cas graves peuvent nécessiter un traitement à l’hôpital pour arrêter le saignement.

Lésions hépatiques cancéreuses

Les symptômes du cancer du foie varient en fonction du stade de la malignité. Le cancer du foie à un stade précoce (stades 1 et 2) est souvent asymptomatique et ne présente des symptômes que lorsque la maladie progresse aux stades 3 ou 4.

Les symptômes du cancer du foie comprennent :

  • Perte de poids involontaire.
  • Douleur dans la partie supérieure droite de l’abdomen.
  • Perte d’appétit.
  • Sensation de satiété après un petit repas.
  • Fatigue ou faiblesse.
  • Démangeaisons.
  • Nausées ou vomissements.
  • Jaunisse.
  • Urine foncée.
  • Selles décolorées.
  • Ascite (accumulation de liquide dans l’abdomen).

Diagnostic des lésions hépatiques

Le processus de diagnostic d’une tumeur hépatique est généralement le même, qu’il s’agisse d’une masse suspectée de cancer ou non.

Le diagnostic commence par un examen physique afin de palper la région du foie pour en vérifier la taille et la consistance et pour détecter toute douleur. Cela sera associé à un examen de votre historique médical, y compris votre consommation d’alcool, vos antécédents de diabète ou d’hépatite, et vos antécédents familiaux de cancer.

Ensuite, le professionnel de santé prescrira des tests pour déterminer les causes suspectées et exclure des causes plus graves, comme le cancer.

Les tests et procédures peuvent inclure :

Tests de la fonction hépatique : Ce panel de tests sanguins mesure les enzymes qui augmentent lorsque le foie est inflammé, ce qui est un indicateur fort de maladie hépatique.

Alpha-fœtoprotéine (AFP) : Il s’agit d’un test sanguin qui sert de marqueur tumoral. En cas de cancer, les taux d’une substance appelée AFP augmentent dans le corps. Cependant, les taux d’AFP peuvent également augmenter pendant la grossesse, de sorte que des résultats élevés ne signifient pas toujours nécessairement un cancer.

Échographie abdominale : Il s’agit d’une étude d’imagerie non invasive qui utilise des ondes sonores réfléchies pour visualiser les organes internes.

Tomodensitométrie (CT) : Il s’agit d’une étude d’imagerie qui combine plusieurs radiographies pour créer une visualisation tridimensionnelle des organes internes.

Imagerie par résonance magnétique (IRM) : Il s’agit d’une étude d’imagerie qui crée des images très détaillées des tissus mous en utilisant des ondes magnétiques et radio de haute intensité.

Si des indications de cancer sont présentes, votre professionnel de santé prescrira une biopsie pour obtenir un échantillon de tissu à évaluer en laboratoire. C’est généralement la seule façon définitive de diagnostiquer un cancer.

Traitements des Lésions Hépatiques

De nombreuses tumeurs hépatiques bénignes ne nécessitent aucun traitement et n’en nécessiteront jamais. En revanche, les tumeurs hépatiques malignes nécessitent toujours un traitement.

Lésions Hépatiques Bénignes

Les lésions hépatiques bénignes sont souvent découvertes par accident lorsqu’un test d’imagerie est réalisé pour une autre raison. En règle générale, les tumeurs hépatiques bénignes ne nécessitent aucun traitement. Ce n’est que lorsqu’elles provoquent des symptômes ou qu’elles sont exceptionnellement volumineuses que le traitement peut être envisagé.

Voici quelques exemples :

Les hémangiomes volumineux et les tumeurs HNF peuvent être retirés par chirurgie s’ils provoquent des douleurs chroniques. La radiothérapie peut être utilisée pour réduire la taille de la tumeur chez les personnes qui ne peuvent pas subir une intervention chirurgicale.

Les adénomes hépatocellulaires doivent être retirés s’ils ont déjà provoqué des saignements. Le saignement peut être arrêté par embolisation (utilisation de produits chimiques injectés pour fermer les vaisseaux sanguins).

Les adénomes hépatocellulaires chez les hommes doivent toujours être retirés pour réduire le risque de cancer.

Les grandes tumeurs bénignes peuvent également être retirées chez les personnes atteintes de troubles de la coagulation, tels que l’hémophilie, pour prévenir des saignements internes potentiellement graves en cas de rupture de la tumeur.

Lésions hépatiques cancéreuses

Le traitement du cancer du foie varie en fonction du type et du stade du cancer, ainsi que du grade du cancer (une mesure de la normalité ou de l’anormalité des cellules cancéreuses).

Le traitement du cancer du foie peut inclure :

Résection chirurgicale : La tumeur du foie est retirée avec une marge de tissus sains.

Chimiothérapie : Il s’agit d’une combinaison de médicaments qui ciblent et tuent les cellules à multiplication rapide comme les cellules cancéreuses.

Ablation tumorale : Cette procédure détruit les tumeurs en utilisant une chaleur ou un froid extrême. Elle est une option pour les tumeurs plus petites ou pour les personnes qui ne peuvent pas subir une intervention chirurgicale.

Thérapie d’embolisation : Elle consiste à couper l’approvisionnement sanguin vers la tumeur, la « privant » de nourriture pour qu’elle ne puisse pas se développer.

Radiothérapie : Elle peut être utilisée pour contrôler la croissance de la tumeur lorsque la chirurgie n’est pas possible. Elle peut également être utilisée après une résection chirurgicale pour tuer les éventuelles cellules cancéreuses restantes.

Immunothérapie : Des médicaments tels que le Tecentriq (atezolizumab) stimulent le système immunitaire pour mieux lutter contre le cancer.

Médicaments ciblés : Des médicaments tels que l’Avastin (bevacizumab) ciblent directement et attaquent les cellules cancéreuses tout en épargnant les cellules normales.

Transplantation hépatique : La transplantation peut être utilisée lorsqu’il n’y a plus d’autres options de survie. Seules certaines personnes sans maladie métastatique sont candidates à une transplantation.

Prévention des tumeurs hépatiques

Toutes les lésions hépatiques ne peuvent pas être prévenues, en particulier les tumeurs bénignes. Cependant, il existe certaines mesures que vous pouvez prendre pour éviter le cancer du foie, surtout si vous présentez des facteurs de risque.

Voici quelques conseils :

Vaccination contre l’hépatite B : Toute personne exposée à l’hépatite B devrait envisager la vaccination, y compris les personnes actives sexuellement dans des relations non monogames.

Limitez votre consommation d’alcool : Ne pas dépasser une boisson par jour pour les femmes et deux boissons par jour pour les hommes. Notez que l’Organisation mondiale de la santé indique que l’alcool a été classé comme un cancérogène de Groupe 1 (le groupe de risque le plus élevé) par le Centre international de recherche sur le cancer et que « aucun niveau de consommation d’alcool n’est sans risque pour notre santé ».

Arrêter de fumer : De nombreux aides au sevrage tabagique sont entièrement remboursés par les assurances dans le cadre de la loi sur les soins abordables. Parlez-en à votre professionnel de santé.

Perdre du poids : L’obésité augmente le risque de diabète et de NAFLD, tous deux liés au cancer du foie. La perte de poids peut contrôler et potentiellement inverser ces deux affections.

Traitez l’hépatite C : Les nouveaux médicaments contre l’hépatite C offrent des taux de guérison de 95% ou plus avec seulement 8 à 12 semaines de traitement. Guérir de l’hépatite C réduit votre risque de cancer du foie de 75%.

Perspectives pour les lésions hépatiques

Si vous avez reçu un diagnostic de tumeur hépatique bénigne, le pronostic (résultat probable) est généralement bon. De nombreuses tumeurs bénignes ne nécessitent aucun traitement et ne vous causeront jamais de problèmes.

Cependant, les personnes atteintes d’adénome hépatocellulaire doivent être régulièrement surveillées en raison du risque potentiel de cancer. Il peut également être nécessaire d’arrêter les contraceptifs oraux.

En ce qui concerne le cancer du foie diagnostiqué, le pronostic varie en fonction du stade de la maladie. Le taux de survie à cinq ans actuel (pourcentage de personnes traitées qui vivent au moins cinq ans après leur diagnostic) est :

  • Localisé (la tumeur est contenue dans le foie) : 42%.
  • Régional (propagation du cancer aux ganglions lymphatiques ou aux tissus avoisinants) : 28%.
  • À distance (propagation du cancer vers des organes éloignés) : 19%.

 

Les lésions hépatiques sont des anomalies de croissance des cellules hépatiques. Ces lésions, également appelées tumeurs ou masses, peuvent être bénignes ou malignes. Bien que peu courantes, certaines tumeurs hépatiques bénignes peuvent devenir cancéreuses.

Les tumeurs hépatiques bénignes ont tendance à croître lentement, ont des limites bien définies, n’envahissent pas d’autres organes et n’ont généralement pas besoin d’être traitées, sauf si elles provoquent des douleurs ou des saignements.

Les cancers du foie se développent rapidement et de manière erratique, peuvent envahir d’autres organes et nécessitent un traitement sous forme de chirurgie, de chimiothérapie, de radiothérapie, d’immunothérapie, etc.

Il est important de prendre des mesures préventives pour réduire le risque de tumeurs hépatiques, notamment en se faisant vacciner contre l’hépatite B, en limitant la consommation d’alcool, en arrêtant de fumer, en perdant du poids et en traitant toute infection par l’hépatite C.

En cas de diagnostic de lésions hépatiques, le pronostic dépend du type et du stade de la maladie. Il est essentiel de suivre régulièrement les recommandations médicales pour surveiller et traiter les lésions hépatiques de manière appropriée.

5/5 - (3 votes) Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi
Francois Lehn