Une femme sur trois dans la quarantaine souffre d’incontinence urinaire. Comment l’atténuer?

Les antécédents d'accouchement et l'obésité figurent parmi les facteurs de risque d'incontinence urinaire d'effort chez les femmes de 45 ans et plus.

Les antécédents d’accouchement et l’obésité figurent parmi les facteurs de risque d’incontinence urinaire d’effort chez les femmes de 45 ans et plus.

Lorsque vous quittez votre domicile pour aller faire des courses ou rencontrer des amis, vous arrive-t-il de vous demander où et à quelle vitesse vous pourrez trouver des toilettes en cas d’envie soudaine et urgente de faire pipi ? Vous pensez peut-être qu’il s’agit d’un autre effet secondaire désagréable du vieillissement. D’une certaine manière, vous auriez raison.
Une nouvelle étude publiée le 15 décembre 2021 dans Menopause, le journal de la North American Menopause Society, a révélé que les femmes âgées de 45 à 54 ans sont plus susceptibles de souffrir du syndrome de la vessie hyperactive (SAO). La prévalence de l’hyperactivité vésicale augmente avec l’âge jusqu’à la ménopause et au-delà, c’est quelque chose de vraiment courant.

Deux principaux types d’incontinence

L’incontinence urinaire d’effort et l’hyperactivité vésicale sont les deux principaux types d’incontinence urinaire. L’incontinence urinaire d’effort (IUE) se manifeste par des fuites lorsque vous toussez, éternuez ou faites de l’exercice. L’autre type est l’hyperactivité vésicale, qui peut être humide ou sèche.

Vessie hyperactive humide et vessie hyperactive sèche : Quelle est la différence ?

On parle de vessie sèche lorsque l’envie d’aller aux toilettes est très pressante et qu’il est difficile d’attendre, mais qu’il n’y a pas de fuites. On parle de vessie humide lorsque l’envie est très pressante mais que l’on n’arrive pas à aller aux toilettes à temps et qu’il y a des fuites d’urine. Si vous avez les deux types, on dit que c’est mixte.

Une étude menée sur plus de 12 000 femmes

Une enquête a interrogé les femmes sur la fréquence à laquelle elles ont envie d’uriner ou se réveillent pour uriner. Pour étudier la prévalence et les facteurs pouvant influencer les symptômes urinaires, les chercheurs ont utilisé les données transversales de 12 198 femmes inscrites à l’étude Japan Nurses’ Health Study (JNHS), une étude de cohorte prospective menée auprès d’infirmières.

L’enquête transversale de la présente étude faisait partie de la JNHS, qui est une étude de cohorte continue des infirmières au Japon, établie en 2001. Les participantes ont répondu à l’enquête de base et, tous les deux ans, des informations ont été recueillies sur les habitudes de vie, l’historique des maladies, la santé reproductive et la consommation de médicaments. Les participantes à l’étude JNHS provenaient des 47 préfectures du Japon et la plupart d’entre elles étaient actuellement employées comme infirmières diplômées, infirmières auxiliaires, infirmières de santé publique ou sages-femmes. Elles avaient au moins 25 ans (l’âge moyen des participantes était de 46 ans) et vivaient au Japon au moment de l’enquête initiale. Les participantes devaient répondre aux questions suivantes :

–  » Au cours du mois écoulé, quelle influence les problèmes urinaires ont-ils eue sur votre vie quotidienne ?  »
–  » Quels symptômes ont affecté votre vie quotidienne ? « .

Ces questions générales étaient suivies d’items plus détaillés décrivant les symptômes avec lesquels les participants étaient d’accord ou non, tels que :

– J’ai uriné fréquemment au cours de la journée.
– Je me suis réveillé(e) pour uriner.
– J’ai eu soudainement envie d’uriner et il était difficile d’attendre.
– J’ai été incapable d’attendre pour uriner et j’ai eu des fuites d’urine.
– J’ai eu des fuites urinaires en toussant ou en bougeant mon corps.

L’âge, l’indice de masse corporelle (IMC), le tabagisme, les antécédents de diabète sucré, les antécédents d’hystérectomie et le statut ménopausique ont également été recueillis.
Les chercheurs ont utilisé les rapports de cotes pour déterminer les risques d’hyperactivité vésicale, d’incontinence urinaire d’effort et d’incontinence urinaire mixte.

Facteurs de risque liés à l’hyperactivité vésicale et à d’autres problèmes urinaires

L’étude a révélé une association significative entre l’hyperactivité vésicale chez les femmes âgées de 45 à 54 ans et le statut de ménopausée. Il a été démontré que les symptômes d’incontinence urinaire d’effort (IUE) augmentaient en raison d’un indice de masse corporelle élevé et du nombre d’accouchements d’une femme. Les autres facteurs étudiés, notamment le tabagisme, les antécédents de diabète, l’hystérectomie et le recours à l’hormonothérapie (HT), n’ont pas été associés à l’incontinence urinaire.

Fuite d’urine, besoin urgent d’aller aux toilettes, et plus encore : Les problèmes de vessie sont très courants

Cette étude montre l’énorme pourcentage de femmes qui présentent des symptômes de tous les différents types d’incontinence. Bien que cette étude ne nous montre pas nécessairement quelque chose de nouveau ou de complètement inédit, elle permet de prendre conscience d’un problème qui n’est pas mince. Dans la tranche d’âge où l’incontinence est la plus répandue, à savoir les femmes âgées de 50 à 54 ans, 18,2 % souffrent d’incontinence urinaire à l’effort, 12,6 % d’hyperactivité vésicale et 3 % d’incontinence mixte, ce qui représente un pourcentage énorme de femmes.

Dans tous les groupes d’âge, 19 % des femmes souffraient d’un certain type d’incontinence, ce qui représente également un pourcentage élevé de femmes. C’est un énorme problème de qualité de vie. Par ailleurs, bien que l’étude porte sur les infirmières japonaises, les résultats se traduiraient probablement très bien pour l’ensemble de la population féminine mondiale.
Car l’épidémie d’obésité contribue de manière significative à la prévalence de l’incontinence urinaire d’effort, car c’est un facteur de risque majeur.

Hormonothérapie et des symptômes de l’incontinence urinaire: est-ce que ca aide?

Il n’y avait pas assez de femmes sous hormonothérapie (HT) pour que les auteurs puissent tirer des conclusions sur son impact. Les œstrogènes topiques, tels que les crèmes vaginales à base d’œstrogènes, se sont avérés utiles dans le cas de l’incontinence par impériosité, et il serait donc utile de disposer de recherches supplémentaires permettant d’apporter des précisions à ce sujet.

L’hyperactivité vésicale et l’incontinence d’effort peuvent nuire à la qualité de vie

L’incontinence urinaire peut avoir un impact sur les relations et le fonctionnement sexuel. Les femmes ont souvent peur d’avoir des fuites pendant les rapports sexuels. L’impact sur la qualité de vie et le fonctionnement sexuel est sous-estimé. Certaines femmes ne veulent pas quitter la maison parce qu’elles ont peur d’avoir un accident. De nombreuses femmes ne peuvent pas participer à leurs activités normales, et il leur est également difficile de voyager ou d’avoir des contacts sociaux.

Beaucoup de femmes sont gênées par leurs symptômes: l’incontinence urinaire n’est souvent pas diagnostiquée.

Des études ont montré qu’un grand nombre de femmes souffrant d’incontinence ne consultent pas assez leur médecin. Cela s’explique par le fait qu’il peut être très embarrassant de parler de ces symptômes, d’avouer à son médecin que l’on a des fuites d’urine, que l’on porte des serviettes hygiéniques et que cela dérange. Les femmes ont souvent recours à toutes sortes de solutions de contournement pour faire face à l’incontinence plutôt que d’aborder le problème avec le médecin. Il peut s’agir de porter des protections menstruelles au lieu de protections urinaires, ou des protections parfumées, qui peuvent irriter la vulve.

Commente atténuer l’incontinence urinaire

Outre les ordonnances ou les pilules, les changements de mode de vie peuvent contribuer à atténuer les symptômes de l’incontinence urinaire. Étant donné que l’incontinence à l’effort est associée à un IMC plus élevé, essayer d’atteindre un poids santé peut contribuer à l’améliorer. Les exercices de renforcement du plancher pelvien sont également bons pour aider l’incontinence d’effort. Il est plus difficile de savoir comment prévenir l’hyperactivité vésicale. Mais il semble que certains aliments et certaines boissons puissent exacerber les symptômes: les boissons caféinées, donc le café, le thé, les sodas, l’alcool. Parfois, les aliments épicés ou acides peuvent aggraver les symptômes de l’hyperactivité vésicale. Eviter ou limiter ces boissons aliments peut donc être utile.

 

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un proffesionel de santé.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -