Scoliose, comment repérer les symptômes ?

De nombreuses personnes pensent que la scoliose se résume à une courbure de la colonne vertébrale, mais la courbure n’est qu’un des nombreux signes et symptômes de la scoliose idiopathique. Comprendre cela nous aide à traiter la cause de la progression de la scoliose, plutôt que les symptômes.

Les 5 symptômes les plus courants de la scoliose et comment intervenir.

La détection de la scoliose peut être délicate.  Les symptômes sont souvent subtils pendant les premiers stades, ce qui peut les rendre faciles à ignorer. Chez les enfants, le développement d’une scoliose passe souvent inaperçu jusqu’à ce qu’ils atteignent l’adolescence et entrent dans une phase de croissance rapide. Chez les adultes, elle peut être encore plus difficile à repérer. Une étude a révélé que l’affection n’était pas détectée chez 67 % des adultes souffrant de maux de dos et présentant une scoliose, en particulier lorsque la courbure de la colonne vertébrale était légère. Même les patients présentant une courbure modérée à sévère n’ont pas été diagnostiqués dans plus de 10 % des cas.

En sachant ce qu’il faut rechercher, vous serez plus attentif aux légers changements qui peuvent signaler une courbure anormale de la colonne vertébrale. En détectant le défaut à un stade précoce, on dispose de plus de temps pour corriger le problème avant qu’il ne devienne grave. Toutes les formes de scoliose impliquent un certain degré de courbure de la colonne vertébrale, mais les recherches récentes sur les tests génétiques de la scoliose ont révélé de nouveaux éléments sur la cause fondamentale de cette affection.

  1. Antécédents familiaux de scoliose.

Les risques de développer une scoliose sont – dans une certaine mesure – plus élevés si un frère, une sœur, un parent ou un grand-parent en est atteint. Selon l’American Academy of Orthopedic Surgeons, environ trois patients sur dix souffrant de scoliose idiopathique de l’adolescent ont des antécédents familiaux de cette maladie. D’autres recherches ont montré que de tous les facteurs liés au développement de la scoliose, la génétique compte pour environ 38 %. Plusieurs conditions peuvent également augmenter les risques de scoliose :

  • Un traumatisme ou un défaut important à la naissance, comme la dystrophie musculaire ou la paralysie cérébrale
  • Infections
  • des poussées de croissance anormalement rapides
  • Un traumatisme subi pendant l’enfance
  1. Posture anormale.

Les premiers signes visibles de la scoliose peuvent être observés dans la posture d’une personne. La croissance de la colonne vertébrale le long de sa courbe entraîne un désalignement des épaules, de la taille et des hanches. Bien que les changements puissent être subtils, un manque de symétrie dans la posture apparaît souvent avant que la courbe vertébrale elle-même ne devienne apparente.

Il est important de noter qu’une posture anormale n’est que l’un des symptômes de la scoliose, et non sa cause. Bien que nous ne sachions pas ce qui cause le défaut initial de scoliose, nous savons que la progression d’une courbe se produit parce que le cerveau ne reconnaît pas que la posture du corps n’est pas alignée. En conséquence, il ne parvient pas à diriger les muscles pour corriger la courbure de la colonne et celle-ci continue à se développer anormalement.

  1. Vêtements mal ajustés.

Des changements subtils dans la posture peuvent donner l’impression que les vêtements sont mal ajustés ou asymétriques. Par exemple, une épaule tombante ou des hanches inclinées font qu’une manche de chemise ou une jambe de pantalon est souvent plus basse que l’autre.

  1. Douleurs dorsales.

Dans la plupart des cas, la scoliose ne limite pas les mouvements et ne provoque pas de douleurs dorsales notables avant que les courbes ne deviennent sévères.

Pour les personnes atteintes de scoliose, la douleur causée par cette affection peut limiter considérablement les activités quotidiennes. La combinaison d’un traitement antidouleur non médicamenteux, de thérapies nutritives appropriées et d’un programme de rééducation spécifique à la scoliose peut soulager la douleur et empêcher la progression des courbes.

  1. Fatigue.

Une sensation de fatigue après de longues périodes en position assise ou debout peut également indiquer une scoliose. Plus les courbes sont prononcées, plus les muscles environnants doivent travailler pour maintenir le corps aligné et équilibré. Ils s’usent donc plus facilement. En outre, une scoliose sévère peut exercer une pression sur la cage thoracique et finir par limiter la capacité à respirer, ce qui peut entraîner une fatigue chronique.

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un profesionel de santé.