Et si vous pouviez ajouter simplement 20 ans à votre espérance de vie ?!

Imaginez vivre en bonne santé pendant 20 ans de plus ! C’est bien ça, vingt ans ! Jeûner pendant 16 heures pourrait être la clé d’une vie plus longue et plus saine. Aussi étrange que cela puisse paraître, des études scientifiques récentes ont confirmé cette découverte surprenante, suggérant que le jeûne intermittent 16/8 peut améliorer notre santé globale de bien plus de façons que vous ne pourriez l’imaginer. Dans cet article, nous allons explorer les détails de cette théorie révolutionnaire et son impact sur les habitudes quotidiennes des personnes soucieuses de leur santé. Alors si vous êtes prêt à apprendre comment jeûner pendant 16 heures d’affilées pourrait vous sauver la vie, continuez à lire pour en savoir plus !

Comment le jeûne intermittent 16/8 pourrait augmenter votre longévité de 20 ans ?

De plus en plus de données suggèrent que le jeûne intermittent 16/8 peut augmenter la durée de vie et promouvoir la santé de 20 ans ou plus. Un examen systématique récent des études sur le jeûne intermittent a révélé que chez les animaux, il peut améliorer la longévité jusqu’à 20 %. Les auteurs ont découvert que les effets bénéfiques du jeûne pouvaient être attribués à une augmentation de la résistance au stress, à une diminution des dommages oxydatifs, à une meilleure sensibilité à l’insuline et à une augmentation du taux d’autophagie (processus par lequel les cellules se décomposent et recyclent leurs composants).

La diminution de l’inflammation et l’efficacité métabolique.

Il a également été constaté que le jeûne intermittent réduit l’inflammation, améliore les performances cognitives et réduit le risque de troubles métaboliques. Une étude menée sur des humains a montré que lorsque des personnes sont soumises à un jeûne de 16 heures d’affilées, elles deviennent plus minces et présentent des taux de glycémie et de cholestérol plus faibles. Une autre étude a suggéré que le jeûne intermittent augmente la biogenèse mitochondriale, ce qui peut conduire à une augmentation de la capacité d’endurance et à une amélioration de la santé métabolique.

La modification génétique et métabolique.

Des études ont aussi démontré que le jeûne intermittent peut modifier l’expression génétique d’une manière qui favorise la longévité. Cela inclut l’activation des voies génétiques impliquées dans la protection cellulaire contre les dommages causés par des facteurs de stress tels que les toxines ou les radiations. En outre, la recherche suggère que le jeûne intermittent 16/8 modifie le métabolisme du corps de sorte que l’énergie est utilisée plus efficacement, ce qui entraîne une réduction des dommages cellulaires et donc une plus grande longévité.

L’amélioration du bien-être mental.

En plus de ses effets sur des processus biologiques spécifiques, le jeûne intermittent 16/8 a également des avantages psychologiques. Il a été associé à une amélioration de la concentration et de la focalisation ainsi qu’à une diminution des niveaux d’anxiété et de dépression. Cela suggère que cette forme de restriction alimentaire peut aider à maintenir une bonne santé mentale tout au long de la vie – un facteur important pour le bien-être général et la longévité.

Sauter le petit-déjeuner, ou sauter le dîner : Tout dépend de vous à condition que vous preniez en compte ces 3 règles.

1ʳᵉ étape : un programme alimentaire riche, sain et varié.

Manger à 11 h (sauter le petit-déjeuner) ou manger à 8 h (sauter le dîner) ne doit en aucun cas impacter la qualité de vos choix alimentaires pour mieux atteindre vos objectifs personnels.

Cela signifie que lorsque vous mangez, vous devez vous concentrer sur la consommation d’aliments entiers riches en nutriments, tels que des protéines maigres, des légumes fibreux et des glucides complexes comme les flocons d’avoine ou le quinoa. Essayez de limiter les produits transformés comme le pain blanc ou les collations sucrées qui ont peu de valeur nutritive. En outre, veillez à rester bien hydraté tout au long de la journée en buvant au moins 8 verres d’eau par jour. Il est également important de se reposer suffisamment pendant la période de jeûne afin que votre corps ait le temps de se réparer et de retrouver son niveau d’énergie pour le lendemain.

2ᵉ étape : La restriction calorique et la synchronisation des repas.

Le jeûne 16/8 peut aussi être associé à d’autres stratégies diététiques, telles que la restriction calorique et la synchronisation des repas, afin d’accroître ses effets. La restriction calorique consiste à réduire la quantité de calories consommées pendant une certaine période (généralement 24 heures), ce qui peut aider à réduire l’apport calorique global et entraîner une perte de poids au fil du temps.

La synchronisation des repas consiste à planifier stratégiquement le moment où l’on prend ses repas au cours de la journée afin de faciliter une digestion et une absorption des nutriments optimales. Par exemple, on peut choisir de prendre son premier repas le matin vers 8 heures, puis le déjeuner à 12 heures et un dernier repas à 16 heures, en respectant un intervalle de 4 heures entre chaque repas. Cela permet de réduire l’apport calorique global tout en laissant à l’organisme plus de temps pour la digestion, le repos et la récupération pendant les périodes de jeûne.

3ᵉ étape : Les protéines doivent prendre plus de place dans votre dernier repas avant de commencer le jeûne.

Les protéines doivent être une priorité si vous êtes sur le point de commencer le jeûne intermittent 16/8. Il est important de consommer suffisamment de protéines lors de votre dernier repas avant le jeûne afin que votre organisme puisse fonctionner de manière optimale tout au long de la journée.

Une bonne règle de base est de s’assurer que votre dernier repas contient au moins 30 à 40 % de ses calories provenant de sources de protéines. Cela signifie que si vous prévoyez de consommer 1000 calories à votre dernier repas, 300 à 400 de ces calories doivent provenir de protéines. Pour maximiser les avantages de la consommation de protéines avant de commencer le jeûne intermittent, visez une combinaison de protéines de haute qualité comme le poisson, la volaille, les noix et les œufs.

De plus, l’ajout de légumes riches en protéines, comme les pois et les lentilles ou les légumineuses, peut être bénéfique pour apporter des nutriments supplémentaires tout en fournissant de grandes quantités de protéines. Il est également important de noter que la consommation de quantités adéquates de graisses saines et de glucides peut également contribuer à soutenir le métabolisme lors du jeûne intermittent.

En incluant des graisses saines comme l’huile d’olive ou l’avocat dans votre dernier repas avant le jeûne, ainsi que des glucides complexes comme les patates douces ou les céréales complètes, vous pouvez vous assurer que votre corps dispose de l’énergie et des nutriments nécessaires à la digestion et à l’efficacité des processus métaboliques pendant le jeûne.

3/5 - (2 votes) Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi
Margot Fontenive