Le bouleau en médecine traditionnelle

Le bouleau, dit blanc ou pubescent, est présent en Europe et en Asie centrale où il apprécie les climats froids tempérés. Nommé scientifiquement Betula alba, il appartient à la famille des Bétulacées. Son écorce est blanche et ses feuilles, vert clair au printemps, deviennent jaunes en automne. Il peut mesurer jusqu’à  20 à 30 mètres. Sa sève attire l’attention des médecins dès l’antiquité et plus tard au Moyen Âge, Sainte Hildegarde applique les bourgeons séchés sur les pustules. Ses feuilles, écorce, sève, bourgeons, huile essentielle sont mis à profit en phytothérapie et gemmothérapie. Voici pourquoi.

Que contient le bouleau ?

Les feuilles sont riches en :
  • flavonoïdes : en grande quantité et variété, aux propriétés inestimables pour la santé (antioxydants, anti-inflammatoires, hépato et cardio protectrices, antivirales, etc.)
  • tannins : antioxydants, anti-inflammatoires, antiseptiques, astringents, diurétique, etc.,
L’écorce donne une huile essentielle nourrie de :
  • salicylate de méthyle : anti-inflammatoire, antalgique, une substance irritante pour la peau et les yeux, potentiellement toxique pour le système nerveux à forte dose,
  • saponosides triterpéniques : expectorants, fluidifiants, certains sont immunomodulants,
  • bétuline et acide bétulinique : cytotoxique (retarde la progression de cellules malignes),
Enfin sa sève recèle :
  • des minéraux et vitamines : calcium, magnésium, potassium, zinc, fer, manganèse, vitamine C,
  • des protéines, acides aminés, glucides (hydrates de carbone) : aux propriétés nutritionnelles,
  • des acides : malique (rôle métabolique), succinique (antibactérien), citrique (équilibre acidobasique),
  • des polyphénols et acides phénoliques : antioxydants, protecteurs cardiovasculaires, anti-inflammatoires, etc.

Pour quels besoins ?

Comment l’utiliser ?

  • tisane : infuser une cuillère à café de feuilles dans un tasse d’eau, 2 à 3 fois par jour, 30 minutes avant les repas. Boire beaucoup d’eau car le bouleau est diurétique
  • décoction : par voie interne, faire bouillir 1 cuillère à café d’écorce réduite en poudre durant 10 minutes pour une tasse, filtrer. Pour application cutanée, faire bouillir 40 g à 50 g d’écorce dans un litre d’eau.
  • sève nature : 2 cuillerées à soupe chaque matin à jeun, diluées dans un verre d’eau (4 en cas de crises néphrétiques).
  • gélule : 2 à 3 gélules par jour avec un verre d’eau.
  • teinture-mère : 20 gouttes deux à trois fois par jour, diluées dans un verre d’eau,
  • huile essentielle :  2 gouttes dans 10 gouttes d’huile végétale pour un massage.

Quelles précautions prendre avec le bouleau ?

S’abstenir en cas d’œdèmes liés à une maladie cardiaque ou rénale. Déconseillé aux personnes hypersensibles au pollen, allergiques à l’aspirine, aux femmes enceintes et allaitantes et aux enfants.

Effets secondaires gastro-intestinaux et allergiques (éruption cutanée, urticaire, rhinite allergique). Risque d’interaction médicamenteuse avec des traitements diurétiques.

Toujours prendre l’avis d’un professionnel de santé car l’automédication peut entraîner des risques.

Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi
Aline Legrand