Syndrome de l’épaule gelée : Causes, diagnostic et traitement

Avez-vous parfois l’impression que votre épaule est bloquée dans une certaine position ? Est-ce que des activités simples, comme attraper un objet sur l’étagère du haut ou enfiler un manteau, deviennent difficiles ? Vous souffrez peut-être de capsulite rétractile, communément appelée syndrome de l’épaule gelée. Cette affection musculo-squelettique affecte les mouvements quotidiens que nous tenons pour acquis, mais heureusement, grâce à la physiothérapie et aux exercices d’étirement, elle peut être traitée et gérée avec succès. Dans cet article de blog, nous discuterons des causes de la capsulite rétractile, de son diagnostic, des options de traitement possibles et des conseils pour gérer efficacement ce syndrome afin que vous puissiez reprendre vos activités quotidiennes normales !

Syndrome de l’épaule gelée : Quésaco !

Le syndrome de l’épaule gelée est une affection douloureuse et débilitante dans laquelle l’articulation de l’épaule se raidit souvent de manière extrême. Cela est dû aux adhérences qui se forment le long de la membrane de la capsule de l’épaule. Ces adhérences limitent les mouvements de l’articulation de l’épaule, ce qui rend difficile, voire impossible, tout mouvement du bras sans une douleur intense.

Quelles sont les causes du syndrome de l’épaule gelée ?

Le syndrome de l’épaule gelée peut avoir plusieurs causes, notamment une blessure ou une surutilisation, une immobilisation prolongée due à un autre problème de santé, le diabète et des déséquilibres chimiques dans l’organisme. Bien que cette affection soit plus susceptible de se produire chez les personnes âgées de 40 à 60 ans, sans prédilection connue pour l’un ou l’autre sexe, n’importe qui peut développer le syndrome de l’épaule gelée et ses effets sur les articulations peuvent s’aggraver avec le temps s’il n’est pas correctement traité.

Le diagnostic du syndrome de l’épaule gelée.

Le diagnostic du syndrome de l’épaule gelée est un processus à plusieurs facettes. Tout d’abord, une évaluation des antécédents médicaux du patient est nécessaire afin de découvrir toute condition physique ou médicale sous-jacente qui pourrait contribuer à la douleur de l’épaule. Un examen physique de l’articulation de l’épaule est également essentiel pour évaluer l’amplitude des mouvements, la force et la sensibilité à la palpation. Les examens d’imagerie tels que les radiographies, les tomodensitogrammes et les IRM peuvent aider à confirmer le diagnostic en fournissant des informations sur l’étendue des dommages structurels ou des modifications des tissus mous qui pourraient être présents. Enfin, les tests de laboratoire tels que les analyses de sang permettent souvent d’écarter d’autres affections susceptibles de provoquer des symptômes similaires.

Une fois ces étapes franchies, un médecin peut diagnostiquer le syndrome de l’épaule gelée sur la base du niveau de douleur du patient et de la restriction de l’amplitude des mouvements. Les symptômes s’aggravent généralement avec le temps, avec une diminution de la capacité à effectuer des activités telles que tendre la main au-dessus de la tête et derrière le dos. De plus, les niveaux de douleur augmentent avec le mouvement et diminuent après des périodes de repos en raison d’une accumulation de capsulite adhésive (tissu cicatriciel). Parmi les autres signes courants, citons la difficulté à dormir en raison de l’inconfort ressenti lorsqu’on s’allonge sur l’épaule affectée et la faiblesse des muscles environnants qui soutiennent l’articulation de l’épaule.

Attention ! Le syndrome de l’épaule gelée et les tendinites sont deux affections différentes.

Le syndrome de l’épaule gelée ne doit pas être confondu avec les lésions de la coiffe des rotateurs ou les tendinites ; il s’agit plutôt d’une affection isolée caractérisée par sa lente progression dans le temps et les limitations visuelles de l’amplitude des mouvements. Il est important pour les patients souffrant de cette affection de consulter un professionnel de la santé qui sera en mesure de leur fournir un plan de traitement individualisé pouvant inclure des techniques de thérapie manuelle, une prescription d’exercices, des médicaments ou des injections en fonction de la gravité des symptômes.

Les options de traitement.

La physiothérapie :

C’est un traitement courant pour les personnes atteintes du syndrome de l’épaule gelée. Elle comprend des exercices pour étirer et renforcer la zone affectée, améliorer l’amplitude des mouvements et réduire la douleur. Les physiothérapeutes donnent souvent des instructions sur l’utilisation de la thérapie par la chaleur ou le froid pour aider à gérer la douleur. Dans certains cas, des techniques de manipulation manuelle et de mobilisation sont également utilisées.

Médicaments :

Ils peuvent aussi être utilisés pour traiter le syndrome de l’épaule gelée, comme les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) pour réduire l’inflammation et les analgésiques en vente libre comme l’ibuprofène ou l’acétaminophène pour soulager une gêne légère. Dans de rares cas où une douleur intense persiste et où les autres traitements ne sont pas efficaces, des injections de corticostéroïdes peuvent être recommandées par un médecin.

Chirurgie :

Pour les cas les plus extrêmes qui n’ont pas répondu aux autres traitements et qui entraînent une limitation de l’amplitude de mouvement ou une douleur importante, la chirurgie peut être une option. La chirurgie consiste à manipuler la capsule articulaire, voire à l’ouvrir dans certains cas, pour tenter de rétablir une amplitude de mouvement complète dans la zone touchée en manipulant les tendons et les ligaments. Le temps de récupération varie en fonction de la gravité de l’épaule gelée, mais la plupart des personnes peuvent s’attendre à reprendre leurs activités normales plusieurs mois après l’opération.

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un profesionel de santé.