Avez-vous besoin de contacter la rédaction ? Envoyez vos e-mails à [email protected] ou sur notre formulaire.
Bien être

Psychologie: Qu’est-ce que le complexe d’Œdipe ? Comment savoir si vous en souffrez?

Selon la théorie du complexe d'Œdipe de Freud, les jeunes enfants chercheraient à rivaliser avec leur parent du même sexe pour l'attention du parent de sexe opposé.

Le complexe d’Œdipe est une théorie psychoanalytique développée par Sigmund Freud, qui fait référence aux sentiments refoulés d’un enfant envers son parent de sexe opposé et à son sentiment de compétition avec son parent du même sexe. Il s’agit d’un concept controversé parmi les psychologues, mais il a néanmoins été largement discuté et étudié.

Quelle est l’histoire d’Œdipe ?

Freud a basé sa théorie du complexe d’Œdipe sur le mythe grec antique d’Œdipe, roi de Thèbes, tel que raconté par Sophocle dans sa pièce « Œdipe Roi ». Selon le mythe, Œdipe a été adopté bébé par le roi et la reine de Corinthe. Après avoir appris la prophétie selon laquelle il tuerait son père et épouserait sa mère, le héros tragique part seul. Plus tard, Œdipe épouse la reine Jocaste en récompense d’avoir résolu l’énigme du Sphinx et sauvé le peuple de Thèbes. Jocaste et Œdipe ont ensuite quatre enfants ensemble.
Dans la version de la tragédie de Sophocle, jouée vers 429 av. J.-C., Œdipe recherche le meurtrier de Laïos, le roi précédent, pour découvrir que Laïos est mort de sa propre main. Après avoir découvert que Laïos est son père, Œdipe se crève les yeux et se condamne à l’exil. Jocaste, qui est à la fois sa mère et sa femme, se suicide.

D’où vient le complexe d’Œdipe ?

Freud a introduit pour la première fois le concept du complexe d’Œdipe dans son texte phare de 1899, « L’Interprétation des rêves ». Cependant, il n’a utilisé le terme lui-même qu’en 1910, lorsqu’il a exposé ses quatre stades du développement psychosexuel.

Selon Freud, les nourrissons et les enfants passent par les stades suivants du développement psychosexuel :
Stade oral : centré sur les activités liées à la bouche (comme l’allaitement, la succion et la morsure) au cours de la première année de vie d’un bébé.
Stade anal : centré sur la rétention et l’expulsion des selles pendant la deuxième année d’un enfant.
Stade phallique : centré sur le pénis ou le clitoris à partir de l’âge de trois ans.
Stade de latence : les enfants commencent à s’identifier à leurs pairs du même sexe vers l’âge de six ans.
Stade génital : les enfants et les adolescents commencent à désirer des rapports sexuels avec un partenaire de sexe opposé.

Freud soutenait que le complexe d’Œdipe était une partie naturelle du stade phallique. Entre l’âge de trois et cinq ans, il a observé que de nombreux enfants développaient une attirance érotique inconsciente pour leur parent du même sexe et une rivalité avec leur parent de sexe opposé. Il soutenait qu’ils pouvaient résoudre ce conflit interne en s’identifiant à leur parent du même sexe et à leurs pairs du même sexe pendant le stade de latence. Grâce à la sublimation – la transformation d’un désir ou d’une impulsion inacceptable (dans ce cas, l’inceste) en une impulsion socialement acceptée – l’enfant pouvait alors déplacer son désir initial pour son autre parent vers une attirance envers d’autres personnes de sexe opposé.

Signes du complexe d’Œdipe

Selon la théorie du complexe d’Œdipe de Freud, les jeunes enfants chercheraient à rivaliser avec leur parent du même sexe pour l’attention du parent de sexe opposé. Par exemple, pendant le stade phallique de son développement, un garçon pourrait montrer une forte préférence pour sa mère et essayer de repousser son père. Certains enfants pourraient même être agressifs envers l’un de leurs parents afin de « s’approprier » le temps de l’autre.

D’autres signes classiques du complexe d’Œdipe pourraient inclure :

  • Vouloir que l’autre parent « s’en aille » pour avoir plus de temps avec le parent de sexe opposé.
  • Essayer de dormir entre ses parents ou de les séparer physiquement d’une autre manière.
  • Un garçon affirmant vouloir épouser sa mère ou une fille disant vouloir épouser son père.

Si le complexe d’Œdipe d’un enfant n’était pas résolu, Freud pensait qu’il pourrait développer des signes de névrose à l’âge adulte. Ces signes pourraient inclure de l’anxiété, de la détresse, de la dissociation, de la dépression, des problèmes somatiques, des comportements obsessionnels-compulsifs, des peurs persistantes et intenses.

Controverse autour du complexe d’Œdipe

Depuis sa première formulation par Freud, le complexe d’Œdipe a été délaissé dans la pratique de la psychanalyse et des formes de thérapie apparentées. La théorie est maintenant controversée pour plusieurs raisons, notamment :

Abus d’enfants : À partir du travail de l’assistante sociale Florence Rush au début des années 1970, de nombreux chercheurs ont soulevé des préoccupations selon lesquelles le complexe d’Œdipe pourrait servir de « couverture » aux abus sexuels sur les enfants. En se concentrant sur les prétendus désirs sexuels des enfants, les partisans ont fait valoir que cela pourrait fournir des rationalisations et des excuses aux prédateurs.

Manque de preuves : Freud a développé sa théorie en se basant en partie sur une étude de cas d’un garçon appelé « Petit Hans ». Il affirmait que la peur du garçon des chevaux était liée à sa peur de son père et à son désir pour sa mère, ainsi qu’à l’anxiété de castration. Cependant, des études à grande échelle ultérieures n’ont pas pu vérifier l’existence du conflit œdipien.

Non applicable à toutes les familles, cultures et sexualités : Le complexe d’Œdipe repose sur plusieurs hypothèses concernant les structures familiales, les identités et les expériences typiques. Par exemple, la théorie suppose qu’un enfant grandit dans un foyer biparental au sein d’une famille nucléaire et que l’hétérosexualité est le « résultat » souhaité de sa maturation et de son développement. Étant donné que ces expériences ne sont pas universelles à toutes les cultures, familles ou individus, de nombreux chercheurs remettent en question la valeur de la théorie.

A retenir

Le complexe d’Œdipe est un concept développé par Sigmund Freud, considéré comme le « père » de la psychanalyse, au début du XXe siècle. Freud soutenait que les enfants âgés de trois à cinq ans développaient une attirance érotique pour leur parent de sexe opposé et commençaient à percevoir leur parent du même sexe comme un rival pour leurs affections. Ce désir pourrait être résolu par une identification progressive au parent du même sexe et aux pairs du même sexe, à partir de l’âge de six ans, ainsi que par le désir d’un partenaire hétérosexuel.

Aujourd’hui, le complexe d’Œdipe est un concept controversé en psychologie et en psychanalyse. De nombreux chercheurs ont soutenu que la théorie n’est pas étayée par des preuves empiriques. D’autres soutiennent que la théorie considère l’hétérosexualité comme la seule orientation sexuelle « saine » et ne tient pas compte de toutes les cultures et structures familiales. Enfin, certains ont soulevé des préoccupations concernant la possibilité d’incriminer les victimes en raison de l’accent mis sur les attractions des enfants envers les adultes dans la théorie psychanalytique classique.

5/5 - (8 votes) Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi