La méthode HEAL : pour cultiver le bien-être mental

Êtes-vous aux prises avec des pensées négatives, un sentiment d’accablement et un manque de motivation ? Souhaitez-vous qu’il y ait un moyen plus facile de créer une joie et un contentement durables dans votre vie ? Si c’est le cas, la méthode HEAL est peut-être ce qu’il vous faut ! La méthode HEAL est une approche neuroscientifique unique qui associe l’entraînement cérébral à des principes psychologiques bien établis pour développer la résilience émotionnelle.

Grâce à des activités hebdomadaires telles que des pratiques de visualisation et des stratégies simples de méditation, elle nous permet de recâbler notre cerveau pour un bonheur à long terme. Dans cet article, nous allons explorer les quatre étapes de la méthode HEAL pour un bien-être absolu. Lisez la suite pour en savoir plus !

La négativité est la seule responsable de notre malheur.

Selon Rick Hanson, membre senior du Greater Good Science Center de l’Université de Californie à Berkeley, si les pensées négatives sont si durables, c’est parce que le cerveau a développé un biais de négativité intégré.

Les preuves de ce biais négatif se manifestent dans de nombreux contextes. Pensez à un moment où vous avez reçu des commentaires de votre patron sur votre travail ; même si ces commentaires étaient positifs à 95 %, il est probable que vous vous concentriez davantage sur les commentaires négatifs que sur les positifs. Des études en laboratoire montrent que nous percevons plus rapidement les visages en colère que les visages heureux.

Les recherches sur les relations intimes montrent qu’elles nécessitent au moins cinq interactions positives pour une interaction négative afin d’être durables. Enfin, les recherches sur les émotions montrent que les gens sont de bonne humeur lorsque les moments positifs sont plus nombreux que les moments négatifs dans un rapport d’au moins trois pour un.

Quel est le principe de la méthode HEAL ?

Le principe de la méthode HEAL, développée par Rick Hanson, psychologue, repose sur quatre étapes destinées à entraîner le cerveau à la joie et à la résilience. L’acronyme HEAL signifie :

  • « Avoir » : pour faire prendre conscience des expériences positives.
  • « Enrichir » :  pour amplifier ces expériences positives.
  • « Absorber » : pour les laisser s’imprégner profondément.
  • « Relier » : pour les relier à d’autres expériences positives.

En pratiquant régulièrement ces quatre étapes, nous pouvons entraîner notre cerveau à devenir plus conscient des moments agréables de notre vie et à y répondre lorsqu’ils se présentent. L’idée est également de relier ces moments entre eux afin qu’ils s’accumulent au fil du temps, créant ainsi un compte bancaire émotionnel rempli de réserves dans lequel nous pouvons puiser en cas de besoin.

Les 4 étapes de la méthode HEAL en détails.

Étape 1 : AVOIR.

Concept : La première étape consiste à remarquer consciemment les petits moments de satisfaction tout au long de la journée, comme un café délicieux ou l’accolade encourageante d’un ami. Il est important de ne pas ignorer ces moments, mais plutôt de les faire apparaître avec les cinq sens afin de pouvoir les savourer.

Objectif : Il s’agit de la prise de conscience du caractère positif d’une expérience. Il suffit pour ce faire de percevoir des émotions et des sensations plaisantes au sein de votre entourage. Vous pouvez également vous concentrer sur des signaux internes positifs. Vous pouvez évoquer des expériences qui ne font pas partie de ce moment, comme quelque chose qui a bien fonctionné la semaine dernière, des choses pour lesquelles vous êtes reconnaissant ou un événement que vous attendez avec impatience.

Étape 2 : L’enrichissement.

Concept : La deuxième étape consiste à prendre ces petits moments et à les amplifier intérieurement par la visualisation ou le dialogue intérieur. Par exemple, après avoir remarqué un magnifique coucher de soleil, on peut essayer de le visualiser comme étant vif et coloré ou d’exprimer sa gratitude pour cette beauté en faisant une déclaration interne comme « Je suis reconnaissant pour ce moment ».

Objectif : Restez avec l’expérience pendant au moins 5 secondes. L’essentiel est d’activer toute l’étendue de l’expérience, de sorte qu’il ne s’agisse pas seulement de pensées positives. Connectez-vous aux vibrations du corps, au timbre de la sensation et aux réflexions correspondantes. Laissez toutes les dimensions de l’expérience remplir votre esprit et gagner en intensité. Pensez à ce qui est utile, nourrissant, nouveau ou excitant dans cette expérience. Transformez les faits du moment en une expérience pleine et entière.

Étape 3 : L’absorption.

Concept : La troisième étape consiste à laisser ces émotions positives amplifiées, être ressenties profondément dans le corps et l’esprit sans les juger ni essayer de les contrôler. Cela contribuera à créer des voies vers le contentement, stockées dans nos réseaux neuronaux.

Objectif : Laissez l’expérience s’imprégner réellement. Ayez l’intention de faire en sorte qu’elle fasse partie de vous. Vous pouvez visualiser les éléments de l’expérience se rassembler dans votre cœur ou se consolider dans les réseaux neuronaux de votre cerveau.

Étape 4 : Le lien.

Concept : Enfin, la quatrième étape nous permet de relier ces moments agréables distincts entre eux afin qu’ils constituent une réserve de bien-être émotionnel au fil du temps, en associant chaque nouveau moment à des moments existants de nature similaire. Par exemple, associer un rire partagé entre amis à l’heure du déjeuner à un rire partagé entre membres de la famille pendant le dîner renforce les deux souvenirs, ce qui nous permet souvent d’accéder beaucoup plus rapidement à nos réserves émotionnelles en cas de besoin pendant les périodes difficiles de la vie.

Objectif : Rejoignez vos moments vécus durant la journée pour créer un lien émotionnel qui mènera vers un bien-être mental exaltant.

Conclusion :

Des techniques comme HEAL rassemblent simplement des opérations mentales courantes pour créer une pratique formelle. Cela peut sembler gênant ou accablant au début, mais avec de la pratique, votre cerveau s’y habituera. Soyez particulièrement attentif aux pensées selon lesquelles ces pratiques sont complaisantes ou que vous ne méritez pas d’avoir des expériences positives, car elles peuvent très vite saper cette pratique. Essayez de les laisser être comme toute autre distraction interne et retournez à l’entraînement de votre cerveau !

5/5 - (2 votes) Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi
Margot Fontenive