Etude: 10 minutes de marche par jour suffisent à aider les personnes âgées à vivre plus longtemps.

Une nouvelle étude portant sur des personnes âgées de 85 ans et plus montre que marcher au moins une heure par semaine pourrait réduire le risque de mortalité

L’activité physique peut ralentir le processus de vieillissement et est associée à une réduction du risque de mortalité toutes causes confondues chez les personnes âgées. À l’inverse, les maladies chroniques et les modifications de la capacité d’exercice liées à l’âge peuvent empêcher les personnes âgées d’atteindre les niveaux d’activité physique recommandés.

Une nouvelle étude portant sur des personnes âgées de 85 ans et plus montre que marcher au moins une heure par semaine pourrait réduire le risque de mortalité toutes causes confondues et cardiovasculaires.
Ces résultats sont conformes aux directives actuelles de l’OMS en matière d’activité physique, qui recommandent aux personnes âgées incapables de pratiquer un exercice physique d’intensité modérée de pratiquer une activité physique dans la mesure de leurs capacités. L’activité physique peut favoriser un vieillissement sain, mais les maladies chroniques et le déclin de la capacité d’exercice lié à l’âge empêchent souvent les personnes âgées de pratiquer une activité physique d’intensité modérée ou vigoureuse comme le recommandent les directives en matière de santé.

Une nouvelle étude montre que les personnes âgées de 85 ans et plus qui marchaient au moins une heure par semaine présentaient un risque plus faible de mortalité toutes causes confondues et de maladies cardiovasculaires que leurs pairs qui ne pratiquaient pas d’activité physique.

Le co-auteur de l’étude, le Dr Moo-Nyun Jin de l’Université d’Inje, en Corée du Sud, a déclaré dans un communiqué de presse :

« Identifier la quantité minimale d’exercice pouvant être bénéfique aux personnes âgées est un objectif important car les niveaux d’activité recommandés peuvent être difficiles à atteindre. Notre étude indique que le fait de marcher, ne serait-ce qu’une heure par semaine, présente des avantages pour les personnes âgées de 85 ans et plus par rapport à une inactivité totale. Le message à retenir est qu’il faut continuer à marcher tout au long de la vie ». La recherche sera présentée au congrès 2022 de la Société européenne de cardiologie, fin août.

Vieillissement et activité physique

Le vieillissement est associé à un risque accru de maladies chroniques et à un déclin des capacités physiques et cognitives. Le nombre d’individus âgés de 65 ans et plus à travers le monde était d’environ 1 milliarden 2019, ce qui devrait plus que doubler d’ici 2050. Cette augmentation de la population vieillissante reflète une augmentation de l’espérance de vie mais soulève des inquiétudes quant au vieillissement en bonne santé. L’activité physique peut réduire le risque de maladies chroniques, telles que les maladies cardiovasculaires et le diabète, et ralentir l’impact du vieillissement sur le déclin physique et cognitif. En outre, l’activité physique peut contribuer à préserver la souplesse et l’équilibre des personnes âgées et leur permettre de fonctionner de manière autonome.

En accord avec ces effets, une récente étude d’observation incluant des adultes âgés montre que les niveaux d’activité physique sont négativement corrélés avec le risque de mortalité toutes causes confondues. Cependant, les maladies chroniques et le déclin de la force musculaire lié à l’âge peuvent, à leur tour, limiter la capacité des personnes âgées à pratiquer une activité physique. En outre, le comportement sédentaire augmente également avec le vieillissement.

Recommandations actuelles en matière d’activité physique

Des recherches menées en 2016 suggèrent qu’une majorité de personnes âgées de plus de 65 ans ne respectent pas les recommandations en matière d’activité physique. Les recommandations actuelles en matière d’activité physique recommandent au moins 150 minutes d’activité aérobique d’intensité modérée, comme la marche rapide, ou 75 minutes d’activité aérobique d’intensité vigoureuse, comme la course à pied, par semaine. Les lignes directrices recommandent également deux jours d’exercices de renforcement musculaire, comme le soulèvement de poids ou des exercices de musculation. Les recommandations pour les personnes âgées mettent l’accent sur l’intégration d’un régime mixte comprenant des exercices d’aérobic, de résistance et d’équilibre pour éviter les chutes. Les lignes directrices en matière d’activité physique recommandent également aux personnes âgées qui ne sont pas en mesure de pratiquer un exercice physique d’intensité modérée de pratiquer une activité physique en fonction de leurs capacités, après avoir consulté un professionnel de la santé.

Les bienfaits de la marche sur la santé et la longévité

Les auteurs de la présente étude ont cherché à savoir si la marche pouvait réduire le risque de mortalité toutes causes confondues et de mortalité due à une maladie cardiovasculaire chez les personnes âgées de 85 ans et plus. L’étude a porté sur les données de 7 047 personnes âgées de 85 ans ou plus résidant en Corée du Sud. Les chercheurs ont utilisé un questionnaire pour évaluer le temps consacré par semaine par les participants à la marche lente, à une activité physique d’intensité modérée ou d’intensité vigoureuse. Ils ont constaté qu’environ 42 % des personnes âgées de 85 ans et plus marchaient régulièrement, tandis qu’environ 26 % pratiquaient une activité physique d’intensité modérée ou vigoureuse.

En outre, environ un tiers des personnes qui marchaient régulièrement pratiquaient également une activité physique d’intensité modérée ou vigoureuse. Notamment, moins de 8 % des adultes âgés ont atteint les niveaux recommandés d’activité physique d’intensité modérée à vigoureuse. Les résultats de l’étude montrent que les personnes qui marchaient au moins une heure par semaine présentaient un risque plus faible de mortalité, toutes causes confondues et cardiovasculaires, que les personnes inactives. Le risque plus faible de mortalité, toutes causes confondues et cardiovasculaires, a été observé chez les personnes âgées qui marchaient pendant au moins une heure, qu’elles pratiquent ou non une activité physique d’intensité modérée à vigoureuse en plus de la marche.

Lorsqu’il s’agit de vieillir en bonne santé, l’exercice est ce qui se rapproche le plus d’un médicament miracle. Cette étude renforce l’idée qu’avec une activité physique même modeste, les personnes âgées peuvent en tirer de réels bénéfices.

Cette étude démontre que les valeurs seuils actuelles données pour définir l’activité physique d’intensité modérée à vigoureuse chez les adultes ne sont pas adaptées à la vie réelle (les valeurs seuils ont été établies principalement pour des personnes de 40 ans). D’après mon expérience, la majorité des adultes âgés de plus de 85 ans qui marchent fréquemment atteignent souvent une intensité relative supérieure à 85 % de leur consommation maximale d’oxygène. Il s’agit d’une intensité élevée, mais par rapport au niveau d’aptitude cardiorespiratoire de la personne, ce qui est la clé pour prescrire une intensité d’exercice correcte afin d’améliorer la condition physique. L’étude ajoute aux preuves que l’utilisation de seuils absolus pour les conseils en matière d’activité physique est loin d’être optimale et que les recommandations en matière d’activité physique devraient se concentrer beaucoup plus sur l’intensité relative de l’activité pratiquée.

 

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un proffesionel de santé.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -