Est-ce judicieux d’arrêter le sport lorsqu’on est malade ?

Vous arrive-t-il de vous retrouver dans une situation où votre corps vous dit d’y aller doucement, alors que la sagesse populaire vous dit qu’il faut persévérer et faire de l’exercice ? Si c’est le cas, cet article, qui vise à déterminer si vous pouvez continuer à pratiquer vos activités physiques habituelles ou les remettre à plus tard, est peut-être ce qu’il vous faut. Bien que rien ne puisse remplacer les conseils d’un professionnel de la santé, nous souhaitons partager avec vous plusieurs informations susceptibles d’aider les personnes souffrant d’une maladie mineure à déterminer si l’exercice physique peut être bénéfique ou dangereux.

Vous êtes assidu à l’entraînement et puis vous tombez malade : que faire ?

La sagesse conventionnelle veut que les individus évitent les exercices physiques intenses lorsqu’ils souffrent d’une quelconque forme de maladie. En effet, si l’exercice peut contribuer à augmenter le niveau d’énergie, à améliorer l’humeur et, de manière générale, à faire en sorte qu’une personne se sente mieux, il peut également exercer une pression excessive sur l’organisme qui tente déjà de combattre une infection ou une maladie. De plus, l’exercice augmente le rythme cardiaque et la respiration, ce qui peut entraîner des complications supplémentaires pour les personnes souffrant d’une affection respiratoire telle qu’une bronchite ou une pneumonie. Dans ce cas, l’exercice peut potentiellement aggraver leurs symptômes et retarder leur rétablissement.

Si vous souffrez d’un léger rhume ou d’une toux… Diminuez l’intensité.

Si vous êtes enrhumé, vous pouvez faire de l’exercice. Souvent, vous vous sentirez mieux après un exercice léger et cela renforce aussi votre immunité. Les personnes habituées à faire de l’exercice et à s’entraîner fréquemment ressentent une grande différence après leur entraînement. Il est toutefois conseiller de diminuer un peu l’intensité.

Il est aussi recommandé d’effectuer des exercices de musculation pour les personnes souffrant d’une infection des voies respiratoires supérieures, car le cardio est beaucoup plus difficile à supporter. Si vous souffrez d’un mal de gorge ou d’une pression sinusale, envisagez une séance d’entraînement légère à modérée pour aider à soulager les symptômes, à libérer les toxines corporelles ou à désengorger les voies respiratoires. Et si vous avez une rose qui coule, ne sautez pas votre séance d’entraînement, mais réduisez-la et traitez-la plutôt comme un jour de récupération active.

Cela dit, donnez-vous toujours la permission de faire une pause. Le repos est très important lorsque vous luttez contre un rhume. Votre système immunitaire est compromis et n’est donc pas capable de supporter les entraînements à haute intensité. Cependant, un entraînement doux comme une promenade ou même un yoga réparateur peut être bon pendant cette période, car il donne à votre corps l’énergie dont il a besoin pour guérir.

Si vous avez de la fièvre ou la grippe. … ne faites pas d’exercice.

Si vous commencez à vous sentir mal, au point de remarquer que votre température corporelle est au-delà de la norme, il est sage de s’abstenir de toute forme d’activité plus vigoureuse

Même en absence de fièvre, la grippe seule est capable d’affaiblir votre système immunitaire. Cela dit, ne croyez pas que l’absence de fièvre vous donne le feu vert pour faire de l’exercice lorsque vous êtes malade. En fonction de ce qui ne va pas, courir dehors dans le froid ou faire quelque chose qui aggrave votre système immunitaire ou le rend plus difficile à combattre peut ne faire que vous retarder. Consultez toujours votre médecin si vous avez des questions, mais ne vous en voulez jamais de prendre un jour de repos si vous ne vous sentez pas bien.

Si vous avez de la fièvre et/ou des frissons, il est toujours bon de se reposer et de ne pas faire d’exercice jusqu’à ce que vous soyez complètement rétabli. Lorsque la grippe vous attrape, il faut trois à cinq jours pour que les symptômes (tels que frissons, nausées, diarrhée et vomissements) diminuent.

Si vous ressentez une douleur… écoutez votre corps.

Essayez une séance d’entraînement et, si vous commencez à se sentir mal après 15 à 20 minutes, arrêtez. L’incapacité de reprendre votre souffle ou une respiration sifflante, sont deux signes qui vous montrent que votre corps n’est pas prêt pour fournir un effort physique. Si vous vous sentez fatigué ou excessivement fatigué, il est préférable de ne pas faire de sport quand vous êtes malade. Économisez votre énergie pour permettre à votre corps de se sentir mieux et de récupérer.

Conclusion :

La décision de continuer ou non à faire de l’exercice lorsqu’on est malade se résume en fin de compte au bon sens et à la conscience de soi. En règle générale, si les symptômes d’une personne entraînent de la fatigue ou un essoufflement, elle doit s’abstenir de faire du sport jusqu’à ce qu’elle se sente mieux. D’un autre côté, si une personne se sent prête à pratiquer une activité physique légère, comme la marche ou les étirements, cela peut l’aider à se sentir mieux en libérant des endorphines qui amélioreront son humeur et son niveau d’énergie sans trop solliciter son corps.

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un profesionel de santé.