Allium cepa, le remède homéopathique en cas de rhinite allergique et rhinite infectieuse

les intérêts thérapeutiques de l’Allium cepa en homéopathie

Chaque remède homéopathique a sa propre origine. Comme possibilité, il y a les remèdes d’origine animale, d’origine végétale, d’origine minérale et d’origine chimique. Cependant, environ 60% sont issus du règne végétal.

L’Allium cepa est une espèce de plantes appartenant à la famille des Liliaceae. On le connaît communément sous le nom de l’oignon. L’oignon est une herbacée bisannuelle. Afin de fabriquer la teinture mère, on utilise les bulbes de cette plante.

Les formes existantes en tant que remède homéopathique pour cette souche sont les granules et les doses. Les matières de base de ces deux formes sont le lactose et le saccharose.

Dans quelles circonstances conseille-t-on l’utilisation de ce remède ?

Les indications principales de l’Allium cepa sont les rhinites infectieuses et les rhinites allergiques. Divers symptômes caractérisent ces affections. A citer un écoulement abondant, limpide, clair, brûlant et coulant goutte à goutte. Il y a aussi les picotements oculaires accompagnés d’un larmoiement non irritant ainsi que les nombreux éternuements. Ces symptômes sont souvent associés à une toux rauque douloureuse. Douleur conduisant à une sensation d’écorchure et de déchirure. Incitant ainsi le malade à se comprimer le larynx avec la main.

Notons que c’est un remède utilisable au cours de la grossesse et de l’allaitement.

Comment utiliser correctement l’Allium cepa en homéopathie ?

Comme les indications des autres remèdes homéopathiques, Allium cepa est aussi à prendre en dehors de la menthe. Mais également en dehors du café, du tabac et des repas. A préciser que les formes disponibles sont à laisser fondre sous la langue.

Pour soigner les rhinites infectieuses, il faut prendre 5 granules de dilution 9 CH. La prise doit se faire toutes les 2 heures pendant 3 jours. Suite à des améliorations, les prises doivent être peu à peu espacées.

Les sujets allergiques présentant des signes du médicament en période de crise peuvent l’utiliser comme traitement de fond. Ainsi, prendre 5 granules tous les jours dont la dilution est de 9 ou de 15 CH. La prise doit commencer 1 mois avant la période critique de pollinisation. On peut associer l’Allium cepa avec d’autres souches homéopathiques en cas de syndrome allergique. Ces autres souches sont le Poumon histamine, le Sabadilla officinarum et l’Apis mellifica.

L’association avec d’autres souches est également possible en cas de syndrome inflammatoire et d’infection. Cette fois-ci, on utilise le Dulcamara, l’Aconitum napellus et le Nux vomica. Le choix des associations dépend des facteurs qui déclenchent le rhume. Si c’est à cause d’un froid sec, on doit utiliser l’Aconitum napellus. Si l’origine est un froid humide, dans ce cas, on prend Dulcamara. Mais si le rhume résulte d’un courant d’air, l’association se fera avec la souche homéopathique de Nux vomica.