Un lien entre l’intestin et les maladies de Parkinson et Alzheimer dévoilé dans cette étude

Des recherches récentes ont révélé un lien entre l'intestin et les maladies neurodégénératives telles que la maladie de Parkinson et la maladie d'Alzheimer.

Le rôle du microbiote intestinal dans la santé humaine est de plus en plus étudié. Des recherches récentes ont révélé un lien entre l’intestin et les maladies neurodégénératives telles que la maladie de Parkinson et la maladie d’Alzheimer. Ces découvertes ouvrent de nouvelles perspectives pour la compréhension et le traitement de ces affections. Voici la relation entre l’intestin et ces maladies, en nous basant sur des études scientifiques récentes.

Le microbiote intestinal et le système nerveux central

Le microbiote intestinal humain est composé de centaines de bactéries qui jouent un rôle crucial dans nos fonctions physiologiques et notre immunité. Ces bactéries se trouvent dans le tractus gastro-intestinal, de l’estomac au côlon. Les principales bactéries présentes dans l’intestin sont les Firmicutes, les Bacteroidetes, les Proteobacteria et les Actinobacteria.

La composition et l’abondance du microbiote intestinal varient d’une personne à l’autre en raison de plusieurs facteurs, tels que l’alimentation, les médicaments, les hormones, l’activité physique, les antibiotiques, l’âge et l’exposition à des substances toxiques. Un microbiote intestinal sain joue un rôle clé dans le maintien de l’homéostasie du corps en améliorant l’intégrité de la barrière intestinale et en métabolisant les molécules nutritionnelles provenant des aliments, des médicaments et des xénobiotiques. Ces microbes produisent également des acides gras à chaîne courte (SCFA) qui sont responsables de la diminution de l’inflammation systémique.

L’altération de la composition et de l’abondance du microbiote intestinal chez l’homme a été associée à l’obésité, au diabète, à l’hypertension, au cancer du côlon, à la stéatohépatite non alcoolique et à la maladie de Crohn. De nombreuses études ont également documenté comment le microbiote intestinal influence le système neural et psychique humain. Le microbiote intestinal interagit de manière bidirectionnelle avec le système nerveux central (SNC) par le biais de l’axe intestin-cerveau. Mécaniquement, certains membres du microbiote intestinal produisent des neurotransmetteurs tels que les catécholamines, l’acétylcholine, la sérotonine, l’acide gamma-aminobutyrique et l’histamine qui influencent l’axe intestin-cerveau.

D’autres mécanismes par lesquels le microbiote intestinal affecte le SNC sont la modulation de l’activité du système immunitaire, les effets sur le métabolisme du tryptophane, les altérations de la composition du microbiote et la synthèse de métabolites spécifiques. Les fonctions gastro-intestinales sont modulées par le système nerveux entérique (SNE) par des mécanismes directs ou indirects liés à la signalisation sympathique et parasympathique. Les cellules entéroendocrines reçoivent des signaux du microbiote intestinal pour activer la synthèse d’hormones circulatoires qui peuvent traverser la barrière hémato-encéphalique (BHE) et avoir un impact sur les cellules du SNC.

La dysbiose du microbiote intestinal entraîne une perméabilité intestinale accrue et un état pro-inflammatoire. Un intestin perméable ou une fonction barrière intestinale endommagée provoque le passage incontrôlé de facteurs inflammatoires, de composants bactériens et de métabolites toxiques qui pourraient induire une inflammation systémique. Les médiateurs inflammatoires pourraient entraîner une activation de la production de cytokines dans le cerveau, provoquant une neuroinflammation.

Le microbiote intestinal dans les maladies neurodégénératives

L’impact des microbes intestinaux sur le développement des maladies neurodégénératives, telles que la maladie de Parkinson et la maladie d’Alzheimer, a été discuté dans de nombreuses études. Les bactéries intestinales synthétisent plusieurs métabolites tels que l’oxyde de triméthylamine (TMAO), les curli amyloïdes, les SCFA, les acides biliaires secondaires (BA) et les lipopolysaccharides (LPS), qui sont associés à des changements immunitaires et métaboliques favorisant la progression des maladies neurodégénératives. L’étude a noté une hétérogénéité dans la composition du microbiote intestinal; par exemple, des échantillons fécaux de patients atteints de la maladie de Parkinson ont été analysés et ont montré une augmentation de l’abondance de Bacteroides et d’Akkermansia Muciniphila, ainsi qu’une diminution des Actinobacteria, des Firmicutes Faecalibacterium et de Roseburia.

Plusieurs études ont montré que le TMAO accélère significativement le changement conformationnel des protéines de l’Aβ en bobine aléatoire à feuillet bêta. La concentration de TMAO dans le liquide céphalorachidien était plus élevée chez les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et de la maladie de Parkinson. Les acides biliaires peuvent altérer le microbiote intestinal par des effets cytotoxiques sur certaines espèces bactériennes. Ils peuvent également activer l’anhydrase carbonique 12 (CAR12), la synthase d’oxyde nitrique (iNOS) et l’interleukine-18 (IL-18), qui sont liées à la prolifération bactérienne.

Par conséquent, un excès d’acides biliaires pourrait entraîner une dysbiose du microbiote intestinal. Une étude a montré que chez les patients atteints de la maladie d’Alzheimer, la concentration d’acides biliaires primaires était inférieure à celle des individus en bonne santé. En revanche, la concentration d’acides biliaires secondaires était plus élevée chez les patients atteints de la maladie d’Alzheimer que chez les individus sains. Les LPS synthétisés par le microbiote intestinal peuvent pénétrer dans le SNC et moduler les récepteurs des cellules microgliales. L’activation des récepteurs microgliaux TLR2 et TLR4 induit la production d’interleukine pro-inflammatoire IL-22 et d’interleukine IL17A, ce qui provoque une neuroinflammation. Un état de neuroinflammation prolongé peut conduire au développement de maladies neurodégénératives.

L’effet de l’alimentation sur les maladies neurodégénératives

Les patients atteints de maladies neurodégénératives peuvent bénéficier d’un régime alimentaire adapté. Par exemple, un régime spécifique peut réduire l’inflammation et ses conséquences, c’est-à-dire les troubles de la fonction neuronale, chez les patients atteints de la maladie de Parkinson et de la maladie d’Alzheimer. Le régime cétogène (KD), le régime méditerranéen-DASH Intervention for Neurodegenerative Delay (MIND) et le régime Dietary Approaches to Stop Hypertension (DASH) ont un impact positif sur l’évolution des maladies neurodégénératives. Comparé à différents régimes, le KD a montré un effet plus important sur les maladies neurodégénératives.

Ce régime est associé à une augmentation de la consommation de graisses et à une réduction de l’apport en glucides. Le KD augmente la production de corps cétoniques, ce qui exerce ses effets anti-inflammatoires en diminuant les niveaux de protéines chimiokines monocyte-attractant (CCL2/MCP-1) et en inhibant NF-kB. Les corps cétoniques ont également un effet préventif sur les neurones dopaminergiques et l’hyperphosphorylation de la protéine tau. De plus, ils sont également associés à des fonctions cognitives positives, telles que la mémoire et l’attention. Cependant, il convient de noter que le KD réduit la diversité des espèces bactériennes, ce qui est un inconvénient majeur de ce régime.

Le régime méditerranéen est également associé à de nombreux effets anti-inflammatoires en raison de sa teneur élevée en vitamines, en acides gras oméga-3 (ω3-PUFA), en polyphénols et en caroténoïdes. Ces composés préviennent de nombreux troubles cognitifs et démences. En combinant une intervention diététique avec une composition et une diversité adéquates du microbiote intestinal, il est possible d’avoir un impact positif sur l’évolution des maladies de Parkinson et d’Alzheimer.

 

La relation entre l’intestin et les maladies neurodégénératives est de plus en plus étudiée. Des recherches récentes ont révélé l’importance du microbiote intestinal dans la modulation du système nerveux central et dans le développement de maladies telles que la maladie de Parkinson et la maladie d’Alzheimer. Comprendre ces liens ouvre de nouvelles perspectives pour la prévention et le traitement de ces affections. Des interventions diététiques adaptées, telles que le régime cétogène et le régime méditerranéen, peuvent avoir un impact positif sur la progression de ces maladies en modulant la composition et la diversité du microbiote intestinal. Il est essentiel de poursuivre les recherches dans ce domaine afin de mieux comprendre les mécanismes sous-jacents et d’élaborer des stratégies thérapeutiques plus efficaces.

 

5/5 - (4 votes) Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi
Francois Lehn