Les aliments qui peuvent réduire le risque de maladie d’Alzheimer

En adoptant certains régimes alimentaires spécifiques, il est possible de soutenir la santé du cerveau et de réduire les facteurs de risque associés à cette maladie dévastatrice.

La maladie d’Alzheimer est une affection neurologique progressive qui entraîne l’atrophie du cerveau. Bien qu’il n’existe pas de cause définitive pour cette maladie, des recherches récentes mettent en évidence l’importance de l’alimentation dans la réduction du risque de développer la maladie d’Alzheimer. En adoptant certains régimes alimentaires spécifiques, il est possible de soutenir la santé du cerveau et de réduire les facteurs de risque associés à cette maladie dévastatrice.

Les régimes alimentaires bénéfiques pour la santé du cerveau

Plusieurs régimes alimentaires ont été identifiés comme bénéfiques pour la santé du cerveau et la réduction du risque de développer la maladie d’Alzheimer. Parmi ces régimes, on retrouve le régime méditerranéen, le régime DASH et le régime MIND. Ces régimes sont caractérisés par une consommation élevée d’aliments sains et une limitation des aliments nocifs.

Le régime méditerranéen se compose principalement d’huile d’olive, de poisson, de pain, de céréales, de fruits, de légumes, de légumineuses, de noix, de haricots et de graines. Il préconise une consommation modérée de produits laitiers, de volaille et d’alcool, ainsi qu’une consommation réduite de viande rouge, de viande transformée et de sucreries.

Le régime DASH, quant à lui, met l’accent sur les céréales complètes, les fruits, les légumes, les légumineuses, les noix et les produits laitiers faibles en gras. Il préconise une consommation modérée de volaille et de poisson, ainsi qu’une consommation limitée de viande rouge, de sucreries, de matières grasses saturées et de sel.

Enfin, le régime MIND est une combinaison des principes du régime méditerranéen et du régime DASH. Il met l’accent sur la consommation d’huile d’olive, de poisson, de céréales complètes, de baies, de légumes verts feuillus, de noix et de haricots. Il recommande une consommation modérée de volaille et d’alcool, ainsi qu’une consommation limitée de viande rouge, de viande transformée, de pâtisseries, de sucreries, de fromage, de beurre, de margarine et d’aliments frits.

Les aliments bénéfiques pour la santé du cerveau

Bien qu’il n’existe pas d’aliment miracle pour prévenir la maladie d’Alzheimer, certains aliments ont été identifiés comme bénéfiques pour la santé du cerveau. L’inclusion de ces aliments dans votre alimentation peut contribuer à maintenir la santé de votre cerveau, en particulier lorsqu’ils sont consommés dans le cadre d’un régime alimentaire favorisant la santé du cerveau.

Les noix

Les noix sont riches en lignanes, un composé végétal unique qui contribue à réduire la neurodégénérescence, c’est-à-dire la perte progressive de structure ou de fonction des neurones. Les noix peuvent également inhiber les voies de signalisation inflammatoires dans le cerveau. Des études ont également montré que les noix, en particulier celles contenant de l’acide alpha-linolénique (ALA), peuvent réduire le risque de développer la maladie d’Alzheimer en raison de leurs effets anti-inflammatoires.

Les baies

Les baies, de couleur rouge, violette ou bleue, peuvent avoir un impact positif sur la santé du cerveau grâce à leur teneur en anthocyanines, des composés végétaux qui aident à réduire le stress oxydatif et l’agrégation des protéines tau. Les protéines tau sont impliquées dans le transport des nutriments à l’intérieur des cellules nerveuses. Dans la maladie d’Alzheimer, ces protéines deviennent défectueuses et forment des fibres enchevêtrées, ce qui perturbe le système de transport des neurones et entraîne leur mort et un déclin cognitif.

Les noisettes

Les noisettes sont riches en acide phénolique, notamment en acide caféique, qui protège les cellules du cerveau en aidant à réduire la phosphorylation de la protéine tau. La phosphorylation de la protéine tau est un processus crucial lié au développement de la maladie d’Alzheimer. Les noisettes contiennent également des flavonoïdes tels que la quercétine, qui peuvent contribuer à réduire l’oxydation des protéines et des graisses dans le cerveau, deux facteurs pouvant contribuer au risque de développer la maladie d’Alzheimer.

Les légumes verts feuillus

Les légumes verts feuillus, tels que les épinards et le chou frisé, sont riches en folate, en lutéine et en phylloquinone (vitamine K), des composés qui peuvent contribuer à la santé du cerveau. Le folate, en particulier, peut avoir un impact sur la santé du cerveau en aidant à réguler les niveaux d’homocystéine, un acide aminé dans le sang associé à la maladie d’Alzheimer à des niveaux élevés.

Le saumon

Le saumon, un poisson gras d’eau froide, est une excellente source d’acides gras oméga-3 DHA et de vitamine D. La vitamine D agit principalement comme une hormone et possède de nombreux mécanismes de protection contre le vieillissement. Par exemple, la vitamine D réduit la production de plaques amyloïdes, qui sont couramment présentes dans le cerveau des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Les acides gras oméga-3 peuvent réduire l’inflammation dans le corps et fournir des capacités antioxydantes, améliorant ainsi la santé et les fonctions cérébrales.

Les œufs

Les œufs sont l’une des meilleures sources de nutriments favorables à la santé du cerveau, tels que la choline et la lutéine. La choline peut contribuer à réduire le risque de développer la maladie d’Alzheimer en aidant à la réduction d’une protéine cérébrale nocive appelée bêta-amyloïde, présente en quantités élevées chez les patients atteints de la maladie d’Alzheimer. De plus, la choline peut soutenir la santé du cerveau en favorisant la production de neurotransmetteurs, notamment l’acétylcholine, essentielle à la mémoire et aux fonctions cognitives. Des données préliminaires suggèrent que la consommation plus fréquente d’œufs et d’aliments riches en choline peut réduire le risque de développer la maladie d’Alzheimer chez les personnes âgées.

Les aliments à limiter pour réduire le risque de maladie d’Alzheimer

Outre les aliments bénéfiques pour la santé du cerveau, il est également important de limiter certains aliments pour réduire le risque de développer la maladie d’Alzheimer. Le régime MIND préconise de limiter la consommation excessive d’aliments riches en graisses saturées, tels que la viande rouge, le beurre, le fromage gras, les pâtisseries et les aliments frits. Les graisses saturées peuvent entraîner un dysfonctionnement de la barrière hémato-encéphalique et l’accumulation de plaques associées à la maladie d’Alzheimer. Une barrière hémato-encéphalique fonctionnelle empêche les substances toxiques d’atteindre le cerveau, et la détérioration de cette barrière protectrice précède souvent les symptômes extérieurs de la démence.

Il est important de noter que ces aliments ne doivent pas être éliminés complètement de l’alimentation, mais plutôt limités. Une consommation réduite de ces aliments associée à une consommation accrue d’aliments favorables à la santé du cerveau favorisera la santé du cerveau tout au long de la vie.

Bien que rien ne puisse garantir à 100% la prévention de la maladie d’Alzheimer, des régimes alimentaires spécifiques et la consommation d’aliments bénéfiques pour la santé du cerveau peuvent contribuer à réduire le risque de développer cette maladie dévastatrice. En incluant des aliments tels que les noix, les baies, les noisettes, les légumes verts feuillus, le saumon et les œufs dans votre alimentation, vous pouvez soutenir la santé de votre cerveau et réduire les facteurs de risque associés à la maladie d’Alzheimer.

N’oubliez pas de limiter également la consommation d’aliments riches en graisses saturées, tels que la viande rouge, le beurre et les pâtisseries, pour maintenir une barrière hémato-encéphalique fonctionnelle et prévenir l’accumulation de plaques dans le cerveau.

En adoptant ces habitudes alimentaires saines, vous pouvez prendre des mesures concrètes pour préserver la santé de votre cerveau et réduire le risque de développer la maladie d’Alzheimer. N’oubliez pas de consulter un professionnel de la santé avant d’apporter des modifications importantes à votre alimentation pour vous assurer de choisir les meilleures options pour votre santé globale.

5/5 - (3 votes) Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi
Francois Lehn