Avez-vous besoin de contacter la rédaction ? Envoyez vos e-mails à [email protected] ou sur notre formulaire.
Actualité

Les emplois stimulants réduisent le risque de déclin cognitif et de démence

Selon les résultats de cette étude, les personnes qui occupent des emplois plus routiniers ou répétitifs, c'est-à-dire des emplois qui peuvent être effectués sans une grande implication mentale, sont 66% plus susceptibles de développer un trouble cognitif après l'âge de 70 ans.

Le type de travail que vous effectuez tout au long de votre vie peut-il affecter vos chances de développer une démence ultérieurement ? Cette question a été au centre d’une nouvelle étude intrigante. Selon les résultats de cette étude, les personnes qui occupent des emplois plus routiniers ou répétitifs, c’est-à-dire des emplois qui peuvent être effectués sans une grande implication mentale, sont 66% plus susceptibles de développer un trouble cognitif après l’âge de 70 ans.

En revanche, les chercheurs affirment que les personnes dont les emplois sont stimulants sur le plan cognitif dans la trentaine, la quarantaine, la cinquantaine et la soixantaine peuvent présenter un risque réduit de troubles cognitifs ultérieurs. Ces conclusions, issues d’une étude observationnelle, ne signifient pas nécessairement que de tels emplois causent des problèmes cognitifs ultérieurs. Il existe d’autres moyens de renforcer les réserves cognitives pour les personnes dont les emplois ne nécessitent pas un degré élevé d’engagement mental.

Comment les types de travail peuvent affecter la cognition

Pour cette étude, les chercheurs ont examiné le travail et la santé cognitive ultérieure de 7003 personnes en Norvège, représentant 305 types d’emplois différents. Les emplois ont été évalués à l’aide d’une échelle d’intensité des tâches routinières (RTI).

Les tâches routinières sont celles qui sont les moins stimulantes sur le plan cognitif. Ces emplois nécessitent souvent rapidité et précision, mais étant donné qu’il s’agit de tâches répétitives, ils peuvent nécessiter moins d’implication mentale. Des exemples de tâches routinières sont le travail en usine, la tenue de dossiers et la comptabilité.

Les tâches non-routinières, qui ont reçu des notes RTI plus basses, nécessitent une plus grande implication cognitive. Elles impliquent des défis réguliers et nouveaux qui peuvent nécessiter une analyse, de la créativité ou une interprétation stratégique des informations brutes. Certains de ces emplois peuvent être axés sur les relations interpersonnelles, où le travailleur doit constamment interagir, encadrer et persuader les autres. Des exemples de tâches non-routinières comprennent la programmation informatique et les relations publiques.

Les chercheurs ont ensuite réparti les emplois en quatre groupes, en fonction de leur intensité de tâches routinières :

Les emplois les plus fréquents dans le groupe à forte intensité de tâches routinières étaient les aides et les nettoyeurs dans les bureaux et autres établissements.

Le groupe à intensité de tâches routinières élevée intermédiaire était composé principalement de vendeurs en magasin et d’autres personnels de vente au détail.

Les travailleurs de la petite enfance et les infirmières étaient les plus souvent affectés au groupe à intensité de tâches routinières moyenne-basse.

Le groupe à faible intensité de tâches routinières était le plus souvent représenté par les enseignants du primaire et du secondaire.

Parmi les personnes du groupe à forte intensité de tâches routinières, 42% ont été diagnostiquées avec un trouble cognitif à l’âge de 70 ans, contre 27% dans le groupe à faible intensité de tâches routinières. Les chercheurs ont pris en compte l’âge, le revenu et les facteurs de santé de base pour s’assurer que leurs résultats n’étaient pas influencés par ces facteurs.

Des emplois stimulants pour renforcer le cerveau

Les résultats de cette nouvelle étude soutiennent l’hypothèse des réserves cognitives. Selon cette hypothèse, les capacités cognitives acquises grâce à l’éducation et à l’occupation au début et au milieu de la vie offrent une résistance aux changements cérébraux associés au déclin cognitif lié à l’âge. Maintenir des réserves cognitives peut être une question de « l’utiliser ou le perdre » dans une certaine mesure. Cependant, nos connaissances sur la façon dont la démence se développe permettent d’envisager d’autres facteurs causatifs possibles, tels que la génétique et l’environnement.

De nouvelles expériences d’apprentissage stimulant stimulent la survie des nouveaux neurones. Le travail stimulant sur le plan cognitif peut ainsi stimuler l’activité neuronale et aider à maintenir un cerveau en forme.
Cependant, ne pas « l’utiliser » peut entraîner d’autres influences liées à la santé cognitive. Les modes de vie sédentaires, l’isolement social et la limitation des interactions sociales peuvent avoir des effets néfastes sur le développement cognitif tout au long de l’âge adulte et entraîner de mauvais résultats cognitifs.

Est-ce que le type de travail a vraiment de l’importance ?

Une étude observationnelle comme celle-ci ne peut pas établir que le travail d’une personne est directement responsable de problèmes cognitifs ultérieurs. Elle peut seulement établir que certains groupes d’intensité de tâches routinières sont associés à certains résultats en matière de troubles cognitifs chez les individus à l’âge de 70 ans.

Les personnes dont les emplois ne sont pas stimulants sur le plan mental peuvent être troublées par les résultats de cette étude. Cependant, il existe d’autres moyens de préserver la santé cérébrale et de prévenir le déclin cognitif.

Notre connaissance des facteurs de mode de vie, des activités stimulantes sur le plan cognitif et des relations sociales a considérablement augmenté au cours des dernières années et décennies. Les personnes dont les emplois ne sont pas stimulants sur le plan mental peuvent toujours s’engager dans une gamme d’autres activités utiles, comme des passe-temps stimulants et amusants, le maintien de relations sociales avec des amis et des membres de la famille, qui peuvent bénéficier à leur cerveau ainsi qu’à leur santé globale et leur bien-être.
Bien sûr, certaines personnes pourraient envisager de trouver un travail stimulant sur le plan cognitif si cela est possible.

A retenir

Les résultats de cette étude suggèrent qu’il existe une corrélation entre le type de travail et le risque de développer un déclin cognitif et une démence ultérieurement dans la vie. Les emplois routiniers et répétitifs sont associés à un risque accru, tandis que les emplois stimulants sur le plan cognitif peuvent contribuer à renforcer le cerveau et à réduire ce risque. Cependant, il est important de noter que cette étude est observationnelle et ne peut pas prouver de relation de cause à effet directe. D’autres facteurs, tels que la génétique et l’environnement, peuvent également influencer le risque de démence.

Pour les personnes dont les emplois ne sont pas stimulants sur le plan mental, il existe toujours des moyens de préserver la santé cérébrale, tels que l’engagement dans des activités stimulantes, le maintien de relations sociales et un mode de vie sain.

Il est essentiel de continuer à mener des recherches dans ce domaine pour mieux comprendre l’impact du travail sur la cognition et pour développer des stratégies de prévention et d’intervention efficaces pour réduire le risque de démence.

 

Trajectories of Occupational Cognitive Demands and Risk of Mild Cognitive Impairment and Dementia in Later Life
https://www.neurology.org/doi/10.1212/WNL.0000000000209353

5/5 - (8 votes) Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi