Réchauffement climatique et santé: moins de fruits et légumes disponibles, plus de mortalité

Selon les projections pour 2050, le changement climatique va entrainer une réduction de la disponibilité en fruits et légumes. L’impact du climat sur les ressources agricoles entrainera, d’après leur projection, une hausse de la mortalité dans les pays industrialisés.

Les préoccupations concernant les changements climatiques pourraient bien dépasser celles liées à l’obésité dans les préoccupations santé du 21e siècle. Pour la première fois, une étude tente d’estimer l’impact du changement climatique dans le monde sur la mortalité liée aux modifications de l’agriculture à l’horizon 2050. Les chercheurs de l’Université d’Oxford ont plus particulièrement étudié l’impact sur les modifications du poids (risque lié à un poids insuffisant ou excessif) ainsi qu’à la disponibilité en fruits et légumes et en viande rouge.

Des fruits et légumes moins disponibles

Selon les projections de ce modèle, en 2050, le changement climatique aura conduit à une réduction de la disponibilité globale de fruits et légumes de 4 % et de viande rouge de 0,7 %, causant 529 000 morts dans le monde. Au global, les conséquences de la réduction de la disponibilité des fruits et légumes sont deux fois plus importantes que celles liées à un poids insuffisant.

C’est dans les pays à hauts revenus, moins confrontés à un poids insuffisant, que l’impact des fruits et légumes sur la mortalité est le plus élevé. A contrario, c’est en Asie du Sud-est que les conséquences du climat sur un poids insuffisant se feront le plus ressentir.

Le scénario pourrait-être encore plus sombre

Les auteurs de cette étude publiée dans la prestigieuse revue: The Lancet précisent certaines limites de leur modèle, qui ne prend pas en compte d’autres facteurs, comme l’impact du climat sur la pêche et l’aquaculture, ou encore sur la qualité nutritionnelle des aliments. Pour ajouter que la prise en compte de la plupart de ces facteurs additionnels ne ferait qu’assombrir le tableau. Seule «consolation», la mortalité liée à l’obésité devrait évoluer favorablement avec le changement climatique.

Source

Springmann M et al : Global and regional health effects of future food production under climate change: a modelling study. The Lancet

 

 

 

 

Article précédentVin rouge contre bière et spiritueux : 1- 0 pour le vin rouge
Article suivantLe mode de vie pro-inflammatoire déclenche les récidives du cancer
Avatar
Marie Desange est journaliste santé, passionnée tant par les dernières recherches en scientifiques en nutrition, neurosciences et bien être que par les nouvelles approches de santé qui ne sont pas encore passées par le filtre des études scientifiques, mais qui marchent. Ostéopathie, chiropractie, acupuncture, neuro-feedback, méditation, aromathérapie, homéopathie, médecine chinoise ou Indienne (Ayurveda), shiastu, soins énergétiques, techniques corporelles ou thérapies psychologiques, toutes ces disciplines méritent d’être mises en avant pour que les lecteurs puissent être bien informés et faire leur choix sur ce qui peut les aider. De plus, la pratique journalistique lui permet de rencontrer toujours plus d’acteurs de ces nouvelles approches et de sélectionner ceux qui ont une particularité et une réelle maîtrise de ce qu’ils proposent. Les soins complémentaires et les nouvelles approches de santé doivent être rigoureux et sans danger pour les personnes qui se tournent vers elles. Avec le temps et l’expérience, Marie sait sélectionner ce qui peut apporter, selon les cas, de vrais bénéfices pour le mieux être des personnes qui le recherchent. ` Journaliste pour le journal on-line pressesante.com, Marie a encore plein de supers sujets sous le coude à vous proposer, que vous ne lirez pas ailleurs.