Les 15 facteurs de risque modifiables pour développer une démence précoce avant l’âge de 65 ans

Une étude de cohorte menée par des chercheurs anglais et néerlandais sur la démence précoce a identifié 15 facteurs de risque modifiables pouvant contribuer au développement de la maladie.

La démence précoce, également connue sous le nom de démence précoce, se produit lorsqu’une personne de moins de 65 ans développe une démence. Une étude de cohorte menée par des chercheurs anglais et néerlandais sur la démence précoce a identifié 15 facteurs de risque modifiables pouvant contribuer au développement de la maladie. Ces facteurs comprennent le diabète, les troubles de l’alcool et l’isolement social.

Importance de la recherche sur la démence

La recherche sur la démence est une priorité pour de nombreux scientifiques, car elle permet de trouver des médicaments pour ralentir la progression de la maladie et d’en apprendre davantage sur les changements que les personnes peuvent apporter pour réduire les symptômes.

L’étude sur la démence précoce

Des chercheurs de l’Université d’Exeter en Angleterre et de l’Université de Maastricht aux Pays-Bas ont collaboré pour étudier la démence précoce. Ils ont axé leur recherche sur l’identification des facteurs de risque de démence précoce et sur la possibilité de réduire ce risque en ciblant ces facteurs. Les chercheurs ont utilisé les données de la Biobanque du Royaume-Uni pour l’étude. La Biobanque du Royaume-Uni compte près de 500 000 participants qui fournissent leurs données génétiques et médicales. Les chercheurs ont utilisé les données de près de 356 000 participants qui répondaient aux critères d’inclusion, à savoir être âgés de moins de 65 ans et ne pas avoir de démence.

Les résultats de l’étude

Pendant la période de suivi, 485 personnes ont développé une démence précoce. Les chercheurs ont identifié 39 facteurs de risque et ont déterminé que 15 de ces facteurs augmentaient le risque de démence précoce. Parmi ces facteurs, on retrouve un faible niveau d’éducation, des troubles de l’alcool, l’isolement social, une carence en vitamine D, un niveau élevé de protéine C-réactive, la dépression, l’accident vasculaire cérébral et le diabète.

Impact de la dépression sur la démence précoce

La dépression a un impact direct et indirect sur la structure et le fonctionnement du cerveau. La dépression chronique peut entraîner une perte plus rapide du volume cérébral avec l’âge. De plus, la dépression tend à diminuer les niveaux d’activités sociales et cognitives, qui sont eux-mêmes des facteurs de risque de déclin cognitif. Traitée, la dépression peut ralentir ou même arrêter le déclin cognitif.

Niveau d’éducation et démence précoce

Le niveau socioéconomique et le niveau d’éducation sont des facteurs de développement de la « réserve cognitive ». La réserve cognitive peut être considérée comme un tampon contre le développement de la démence symptomatique. Il est donc important de s’assurer d’un bon niveau d’éducation pour réduire le risque de démence précoce.

Facteurs de risque modifiables et démence précoce

Les résultats de l’étude montrent qu’il est essentiel de prendre soin de sa santé mentale et physique, en particulier pendant la période de mi-vie. De nombreux facteurs de risque identifiés peuvent être pris en charge, tels que l’expansion des activités sociales, l’évaluation du taux de vitamine D par l’équipe médicale, etc.

Comment prévenir la démence précoce

Il est crucial de savoir qu’il existe des mesures que l’on peut prendre pour réduire les chances de développer une démence précoce. Une alimentation équilibrée, un mode de vie sain, la réduction du stress, des comportements favorables à la santé cardiaque et la recherche d’une aide pour la dépression peuvent faire une différence. Il est également important d’améliorer sa situation financière, de s’assurer d’avoir suffisamment à manger, un logement sûr et des liens sociaux solides. Il est recommandé de consulter régulièrement un professionnel de la santé, de suivre les directives de dépistage recommandées et de travailler en étroite collaboration avec son équipe médicale pour maintenir une bonne santé générale.

 

La démence précoce est une condition grave qui peut toucher les personnes de moins de 65 ans. Les chercheurs ont identifié 15 facteurs de risque modifiables qui peuvent contribuer au développement de cette maladie. Il est essentiel de prendre soin de sa santé mentale et physique, de surveiller son niveau d’éducation, de s’engager dans des activités sociales et de demander l’aide d’une équipe médicale pour réduire le risque de démence précoce. En adoptant un mode de vie sain et en prenant des mesures pour prévenir les facteurs de risque, il est possible de réduire les chances de développer cette maladie débilitante.

 

5/5 - (2 votes) Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi
Francois Lehn