9 mythes courants à propos des antidépresseurs à considérer

Les antidépresseurs font partie des traitements les plus efficaces pour lutter contre les symptômes de la dépression, mais de nombreuses personnes ont encore des idées fausses sur leur fonctionnement et leurs effets. Qu’il s’agisse d’informations obsolètes ou de confusion entre différents médicaments de la même classe, de nombreuses informations erronées circulent. Examinons donc 9 mythes courants concernant les antidépresseurs afin de mieux comprendre leur rôle dans le cadre d’un plan de traitement global de la dépression.

  1. Les antidépresseurs créent une dépendance.

Vrai : Il est possible de devenir psychologiquement et physiquement dépendant des antidépresseurs, ce qui peut entraîner des symptômes de sevrage lorsqu’on les arrête brusquement. Cela est dû au fait que les antidépresseurs agissent en modifiant la chimie du cerveau afin d’aider les gens à gérer la dépression et d’autres problèmes de santé mentale. Cependant, les personnes qui prennent des antidépresseurs depuis longtemps peuvent développer une tolérance, nécessitant des doses plus élevées de médicament pour ressentir les mêmes effets qu’auparavant, ce qui les rend vulnérables à la dépendance.

  1. Les antidépresseurs vous rendent euphorique.

Faux : Bien que la prise d’un antidépresseur puisse améliorer l’humeur et réduire les symptômes dépressifs, elle n’est pas destinée à vous rendre excessivement heureux ou à vous faire planer, comme peuvent le faire certains médicaments. En fait, de nombreuses personnes ressentent une diminution du plaisir lorsqu’elles prennent des antidépresseurs, pendant la période d’adaptation jusqu’à ce que leur corps s’adapte au nouveau médicament.

  1. Les antidépresseurs vont résoudre tous vos problèmes.

Faux : Les antidépresseurs ne sont pas des pilules magiques qui règlent tout du jour au lendemain ; il faut parfois des semaines, voire des mois, pour qu’ils commencent à agir correctement et à avoir un effet notable sur l’humeur et le comportement d’une personne. Pour aller vraiment mieux, les personnes ont besoin d’un traitement complet qui comprend une thérapie, des changements de mode de vie et de bonnes pratiques d’autogestion, en plus des médicaments si nécessaire.

  1. Les antidépresseurs changent votre personnalité.

Faux : Si la prise d’un antidépresseur peut entraîner de légers changements de comportement ou d’attitude en raison de l’ajustement des niveaux de neurotransmetteurs dans le cerveau, elle ne modifie pas fondamentalement la personnalité ou les traits d’identité fondamentaux d’une personne comme certains pourraient le penser. De plus, tout changement ressenti devrait être gérable et réversible une fois que le médicament a été arrêté ou que les niveaux de dosage ont été modifiés.

  1. Tout le monde ressent les effets secondaires des antidépresseurs.

Faux : Bien que les effets secondaires les plus courants des antidépresseurs soient les nausées, la somnolence, l’augmentation de l’appétit et la prise de poids, l’agitation ou la nervosité, ces effets ne sont en aucun cas universels pour tous ceux qui les prennent conformément aux recommandations de leur médecin. Chaque patient est différent en ce qui concerne sa réaction aux médicaments. Discuter des effets secondaires potentiels avec votre médecin avant de commencer un traitement peut vous aider à vous préparer à ce que vous pourriez rencontrer en cours de route.

  1. Les hommes ne sont pas déprimés et n’ont pas besoin d’antidépresseurs.

Faux : La dépression touche les hommes tout autant que les femmes, mais les hommes ne cherchent souvent pas à obtenir de l’aide en raison de la stigmatisation sociale des problèmes de santé mentale et des croyances culturelles sur la masculinité qui découragent la vulnérabilité émotionnelle. Pourtant, des études révèlent que les taux de suicide chez les hommes sont plus élevés que chez les femmes (le ratio est de 3 sur 4). La vérité est que toute personne, quelle que soit son identité sexuelle, peut souffrir de dépression à n’importe quel moment de sa vie, ce qui ne fait qu’accentuer le besoin de sensibilisation à ce problème afin que davantage d’individus sachent comment demander de l’aide en cas de besoin.

  1. Il n’existe qu’un seul type d’antidépresseur.

Faux : En réalité, il existe plusieurs classes d’antidépresseurs, comme les ISRS (inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine), les IRSN (inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et de la norépinéphrine), les ATC (antidépresseurs tricycliques) et les IMAO (inhibiteurs de la monoamine oxydase), chacun ayant une composition chimique différente et affectant donc les patients différemment selon les circonstances ou les besoins individuels. Il est donc important de consulter votre professionnel de la santé au sujet de ces options avant de choisir un traitement.

  1. Une fois que vous commencez à prendre des antidépresseurs, vous ne pouvez pas vous arrêter.

Faux : Il est possible pour les patients qui se sont vus prescrire un antidépresseur par leur médecin, après une évaluation minutieuse généralement basée sur les symptômes présentés par le patient, d’arrêter de le prendre sans avoir à faire face à de graves conséquences, bien que l’arrêt du traitement doive toujours se faire sous surveillance étant donné que ses effets secondaires, en particulier le sevrage, comme les maux de tête, l’irritabilité, les vertiges, etc. peuvent apparaître avec le temps.  Un arrêt progressif plutôt qu’un arrêt soudain est recommandé lors d’un changement de régime médicamenteux, car un arrêt brutal pourrait entraîner des effets indésirables.

  1. Les antidépresseurs font grossir.

Vrai. Les antidépresseurs, qui peuvent être efficaces pour traiter la dépression et améliorer la qualité de vie, s’accompagnent souvent de l’effet secondaire de la prise de poids. De nombreuses études ont confirmé que les utilisateurs connaissent une prise de poids significative lorsqu’ils prennent certains types d’antidépresseurs, surtout s’ils sont prescrits à long terme.

L’utilisation d’antidépresseurs tricycliques est particulièrement associée à un risque élevé de prise de poids supplémentaire. La Haute Autorité de Santé de France recommande néanmoins ce groupe comme traitement de deuxième intention car ses membres présentent moins de risques cardiovasculaires que les autres classes. Dans tous les cas, tous les médecins sont invités à surveiller les effets sur le poids des patients avant de prescrire tout type de traitement pharmacologique de la dépression.

Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi
Margot Fontenive