Avez-vous besoin de contacter la rédaction ? Envoyez vos e-mails à [email protected] ou sur notre formulaire.
Actualité

Les microplastiques absorbés peuvent migrer de l’intestin au cerveau

Une nouvelle étude menée sur des souris a révélé que les microplastiques peuvent se propager de l'intestin à des organes vitaux du corps, tels que le cerveau, le foie et les reins.

Les microplastiques sont de minuscules particules de plastique qui se retrouvent souvent dans de nombreuses substances, y compris les aliments. Les chercheurs s’intéressent à comprendre comment la consommation de microplastiques peut influencer la santé et le fonctionnement du corps. Une nouvelle étude menée sur des souris a révélé que les microplastiques peuvent se propager de l’intestin à des organes vitaux du corps, tels que le cerveau, le foie et les reins.

Les microplastiques dans l’environnement

Les microplastiques sont devenus très présents dans l’environnement, y compris dans le sol, les aliments et l’eau. Selon les auteurs de l’étude, les microplastiques ingérés se propagent de l’intestin au cerveau, au foie et aux reins. Ces résultats montrent comment les microplastiques sont capables de se propager à d’autres parties du corps.
L’étude a été réalisée sur des souris exposées à différents types de microplastiques par le biais de l’alimentation gastrique orale. Après avoir ingéré des microplastiques, les chercheurs ont examiné le sérum, le cerveau, le foie, les reins et le côlon des souris pour identifier la présence de microplastiques. Ils ont découvert des microplastiques dans plusieurs organes, y compris le cerveau, le foie et les reins des souris exposées.

Effets métaboliques des microplastiques

Après l’exposition aux microplastiques, les chercheurs ont également constaté des changements métaboliques spécifiques dans le côlon, le foie et le cerveau. Ces changements dépendaient de la quantité d’exposition et du type de microplastique auquel les souris étaient exposées. Les résultats suggèrent que l’exposition aux microplastiques peut entraîner des changements métaboliques dans ces tissus, indiquant des effets systémiques potentiels.

Des recherches antérieures ont montré que les microplastiques peuvent perturber la fonction immunitaire et peuvent être un problème en cas d’infections ou d’aggravation de conditions telles que les maladies inflammatoires de l’intestin. De plus, l’étude a été réalisée sur une période de 4 semaines, montrant des altérations significatives du métabolisme et soulevant des préoccupations concernant l’accumulation à long terme des microplastiques dans le corps.

Les microplastiques et le cerveau

Une découverte importante de l’étude est que les microplastiques dosés en laboratoire, proches de la limite supérieure de taille des particules pour traverser les couches épithéliales de l’intestin, sont non seulement absorbés après ingestion, mais également déposés dans les organes. Cela démontre ce qui se passe dans le corps avec les microplastiques « sauvages », ceux que nous rencontrons dans notre environnement de vie.

Les microplastiques courants peuvent commencer à interférer avec la biologie, comme l’ont montré les travaux de métabolomique dans la même étude, pour plusieurs organes. Cependant, il convient de noter que cette étude a été réalisée sur des souris, il est donc nécessaire de mener des recherches futures pour voir si ces résultats peuvent s’appliquer aux humains.

Préoccupations et limitations de l’étude

L’étude présente certaines limites. Tout d’abord, elle a été réalisée sur des souris, il est donc nécessaire de poursuivre les recherches pour voir si ces résultats peuvent s’appliquer aux humains. De plus, les microplastiques utilisés dans l’étude ne contenaient pas d’additifs chimiques couramment présents dans les microplastiques, ce qui pourrait aggraver leur impact sur la santé. Des recherches futures pourraient étudier comment ces produits chimiques peuvent affecter l’impact des microplastiques sur les personnes.

L’étude n’a pas non plus examiné les taux d’élimination des microplastiques, ce qui peut influencer leur impact. Les chercheurs n’ont évalué que le cortex préfrontal du cerveau des souris et n’ont pas pu déterminer précisément la localisation des microsphères. Il est donc possible que les microplastiques n’aient pas traversé la barrière hémato-encéphalique.

Les chercheurs soulignent également que leur analyse des microplastiques était limitée. Des recherches futures pourraient se concentrer sur de meilleures façons d’identifier et de mesurer les microplastiques et les plastifiants dans les tissus.

Réduire l’exposition aux microplastiques

Dans l’intervalle, il existe quelques moyens de réduire votre risque d’exposition aux microplastiques. Par exemple, des preuves récentes suggèrent que faire bouillir de l’eau et la filtrer à travers un filtre à café peut aider à éliminer de nombreux microplastiques présents dans l’eau. Si la recherche continue de confirmer ces résultats, cela pourrait devenir une pratique plus courante.

Il est également recommandé de choisir des vêtements et des produits exempts de plastique, d’opter pour des aliments entiers et peu transformés et de boire de l’eau filtrée. Il est important de prendre des petites mesures pour éviter d’être exposé aux microplastiques. En prenant des décisions conscientes lors de l’achat de produits qui libèrent des particules de plastique, vous pouvez contribuer à réduire votre exposition.

Les microplastiques absorbés peuvent migrer de l’intestin au cerveau, ainsi qu’à d’autres organes vitaux du corps. Cette découverte souligne l’importance de mieux comprendre l’impact global des microplastiques sur la santé humaine. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour répondre à de nombreuses questions sur l’accumulation de microplastiques et les facteurs influençant leur absorption.
Il est essentiel de mener des études pour mieux comprendre les effets à long terme des microplastiques et d’identifier les meilleures méthodes pour identifier et mesurer ces particules dans les tissus biologiques. En attendant, il est recommandé de prendre des mesures pour réduire l’exposition aux microplastiques, notamment en choisissant des produits et des matériaux exempts de plastique.

La préservation de notre santé et de notre environnement est une responsabilité collective. En adoptant des pratiques respectueuses de l’environnement et en réduisant notre consommation de plastique, nous pouvons contribuer à préserver notre bien-être et celui des générations futures.

 

 

3.7/5 - (6 votes) Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi