Avez-vous besoin de contacter la rédaction ? Envoyez vos e-mails à [email protected] ou sur notre formulaire.
Actualité

Etude: Les toxiques chimiques de microplastiques pénètrent pas la peau

Des études récentes ont révélé que les microplastiques peuvent pénétrer dans notre organisme par différentes voies, dont la peau.

Les microplastiques sont de minuscules particules de plastique qui mesurent moins de 5 millimètres. Ils sont omniprésents dans notre environnement et les experts s’inquiètent de leurs effets sur la santé humaine. Des études récentes ont révélé que les microplastiques peuvent pénétrer dans notre organisme par différentes voies, dont la peau. Cette découverte soulève des préoccupations quant aux effets néfastes des produits chimiques présents dans les microplastiques sur notre santé.

Les dangers des additifs chimiques présents dans les microplastiques

Les microplastiques sont souvent accompagnés d’additifs chimiques tels que les retardateurs de flamme. Ces additifs peuvent avoir des effets néfastes sur notre santé, notamment des perturbations endocriniennes, des toxicités reproductives et neurologiques, des hépatotoxicités et même des cancers. Certains pays ont déjà interdit l’utilisation commerciale de certains de ces additifs, mais leur contamination environnementale persiste depuis des décennies.

Une étude récente publiée dans Environment International a examiné comment certains retardateurs de flamme ajoutés aux plastiques peuvent être absorbés par la peau. Les chercheurs ont utilisé des modèles de peau humaine en 3D pour étudier l’absorption de ces additifs par la peau. Les résultats ont montré que plusieurs retardateurs de flamme ont réussi à passer la barrière cutanée et à atteindre l’équivalent de la circulation sanguine humaine, bien que les quantités réellement absorbées étaient minimes.

L’absorption des produits chimiques par la peau

L’étude a révélé que la peau pouvait absorber jusqu’à 8% de la dose d’exposition, mais que cette quantité variait en fonction des retardateurs de flamme utilisés. Les chercheurs ont également constaté que la peau humide était plus susceptible d’absorber certains retardateurs de flamme que la peau sèche. Cependant, la quantité d’additifs chimiques qui ont réussi à circuler dans le sang ne dépassait pas 0,14% de ce qui était initialement présent dans les microplastiques.

Les chercheurs ont également étudié l’effet des différents types de microplastiques sur l’absorption des retardateurs de flamme. Ils ont constaté que les microplastiques en polyéthylène conduisaient à une accumulation plus importante dans la peau par rapport aux microplastiques en polypropylène. Cependant, le type de microplastique n’a pas eu d’impact significatif sur la quantité d’additifs chimiques qui ont réussi à pénétrer dans la circulation sanguine.

Les limites de l’étude

Il convient de noter que cette étude présente certaines limites. Les modèles de peau utilisés peuvent fournir une approximation de la peau humaine, mais ils ne tiennent pas compte des autres facteurs qui pourraient être impliqués dans les expositions réelles. De plus, les chercheurs ont testé des types de microplastiques qui ne sont pas couramment utilisés dans les produits de consommation, ce qui limite la portée des résultats.

Néanmoins, ces résultats soulignent la nécessité de prendre en compte les dangers potentiels des produits chimiques présents dans les microplastiques pour la santé humaine. Les chercheurs recommandent aux régulateurs et aux décideurs politiques de légiférer sur les microplastiques afin de protéger la santé publique contre cette exposition. Ils soulignent également l’importance de concevoir des produits sans produits chimiques dangereux et de trouver des alternatives plus sûres aux retardateurs de flamme.

Les microplastiques et la santé humaine

La recherche sur les microplastiques et leurs effets sur la santé humaine est encore limitée. Il est essentiel de poursuivre les études pour mieux comprendre les risques potentiels et prendre des mesures pour minimiser ces risques. Les scientifiques pourraient développer des retardateurs de flamme non dangereux et explorer des moyens de réduire l’accumulation de microplastiques dans notre environnement.

Il est également crucial de sensibiliser le public aux dangers des microplastiques et de promouvoir des pratiques durables pour réduire leur utilisation et leur propagation. Éviter les produits en plastique à usage unique, recycler correctement les plastiques et soutenir les initiatives visant à nettoyer les océans et les cours d’eau sont autant de mesures que nous pouvons prendre individuellement pour contribuer à la protection de notre santé et de notre environnement.

Les microplastiques sont une préoccupation croissante en raison de leur présence généralisée et des additifs chimiques potentiellement dangereux qu’ils contiennent. L’étude citée dans cet article montre que ces additifs peuvent être absorbés par la peau, bien que les quantités réellement absorbées soient minimes. Cependant, il est important de poursuivre la recherche sur les effets des microplastiques sur la santé humaine et de prendre des mesures pour minimiser ces risques. En tant que consommateurs, nous avons également un rôle à jouer en réduisant notre utilisation de plastique et en choisissant des alternatives durables.

 

 

Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi