6 facteurs de risque pourraient être responsables de la confusion aiguë

La confusion aiguë est un symptôme courant de nombreuses affections physiques et mentales qui affectent les individus dans le monde entier. Bien qu’elle soit généralement facile à gérer, la confusion aiguë peut, dans le pire des cas, nuire gravement à la santé et à la vie quotidienne des personnes concernées. Mais quels sont les facteurs qui contribuent au développement de la confusion aiguë ? Une étude récente a recherché ces facteurs de risque dans l’espoir de comprendre comment mieux prévenir ou traiter cette affection. Cet article explore six résultats clés de l’étude qui suggèrent des causes potentielles de la confusion aiguë.

Les objectifs de l’étude en détail.

Dans la revue JAMA Network Open, une équipe de chercheurs a publié une étude qui rassemble 315 analyses sur la confusion aiguë et a étudié les données de 101 144 patients vivant dans 40 pays différents. Cet échantillon était presque égal entre les groupes d’âge et de sexe. L’objectif de cette étude était de distinguer les facteurs de risque qui peuvent prédisposer les individus au délire de ceux qui peuvent accélérer son apparition. Grâce à l’examen de plusieurs recherches liées à ce sujet, une liste de facteurs a été établie afin de mieux catégoriser les différents types de confusion en fonction de leur cause.

Afin de fournir des résultats plus solides, les chercheurs ont pris en compte de nombreuses variables telles que l’âge, le sexe, les antécédents médicaux et le type d’environnement. Ils ont également utilisé des modèles statistiques sophistiqués pour l’analyse. Les données obtenues leur ont permis de mieux comprendre comment ces variables interagissent entre elles et avec d’autres facteurs associés à un risque accru d’apparition du délire. En outre, ils ont pu établir des corrélations entre certaines variables et la probabilité de développer une confusion à un stade plus précoce – en particulier chez les populations âgées.

Les résultats de leur étude ont révélé que certains facteurs de risque sont plus susceptibles d’être associés à un risque accru de confusion aiguë, tandis que d’autres la provoqueront plus rapidement que d’habitude, sans nécessairement augmenter le risque global. Ces résultats pourraient permettre de comprendre pourquoi certaines personnes connaissent des épisodes plus graves ou plus longs que d’autres lorsqu’elles sont soumises à des circonstances ou à des influences environnementales similaires. Grâce à ces connaissances, les professionnels de la santé peuvent créer des interventions spécifiquement adaptées aux besoins de chacun.

Voici 6 facteurs de risque qui déclenchent la confusion aiguë.

L’âge avancé :

Cette étude a montré que l’âge avancé peut être un signe d’alerte d’une confusion aiguë. Les chercheurs ont constaté que les personnes âgées de 75 ans ou plus étaient fortement associées à un risque accru de développer une confusion soudaine, plus de sept fois supérieur à celui de tout autre groupe d’âge. Cela n’a rien de surprenant, car les problèmes de mémoire se manifestent plus rapidement et avec plus de gravité avec l’âge.

Il convient toutefois de noter que ce risque plus élevé de confusion peut être géré par des choix de mode de vie tels que l’exercice régulier et une alimentation adéquate, ainsi que par des interventions médicales si nécessaire. En fin de compte, si l’âge avancé peut prédisposer une personne à un risque accru de confusion, cela ne signifie pas nécessairement qu’elle souffrira de tels problèmes dans ses dernières années.

La démence :

Les récentes avancées en neurosciences ont permis de mieux comprendre comment la démence peut être un facteur de risque primaire de confusion aiguë. La même étude a souligné ce point en indiquant que la démence entraîne une augmentation des épisodes de confusion plus souvent que d’autres influences connues. Par exemple, le déclin cognitif dû à la démence peut rendre une personne désorientée et incapable d’interpréter correctement les informations, un symptôme généralement associé à la confusion aiguë.

De plus, lorsqu’il s’agit de personnes âgées, cet effet peut être encore aggravé par d’autres déficiences liées à l’âge. Par conséquent, il est particulièrement important de faire preuve de prudence à l’égard des personnes atteintes de démence. En reconnaissant rapidement les signes de confusion aiguë, les personnes peuvent mieux atténuer les risques potentiels et être mieux préparées à de telles situations.

L’hypertension :

Le fait d’avoir une pression artérielle élevée pourrait être l’un des facteurs de risque associés à la confusion aiguë. Cette nouvelle alarmante a mis en lumière les conséquences potentielles des niveaux de pression artérielle non régulés sur la santé globale. Bien que des recherches supplémentaires soient nécessaires pour établir une corrélation claire entre les deux variables, cette étude ouvre les yeux.

Si elle est confirmée par d’autres recherches, il se pourrait que l’hypertension soit responsable d’un risque accru de confusion chez les personnes qui en souffrent. Par conséquent, les gens devraient prendre des mesures de précaution pour s’assurer que leurs niveaux de pression artérielle restent sous contrôle, afin de diminuer leurs chances d’être affectés par cette condition dont ils ne savent peut-être même pas qu’ils en souffrent.

Une maladie cardiovasculaire :

Cela signifie que les personnes atteintes de maladies cardiovasculaires établies, telles que la maladie coronarienne, sont plus susceptibles que la moyenne de connaître un déclin de leurs fonctions mentales, souvent pendant une période de moins de 24 heures. L’équipe de recherche à l’origine de l’étude visait à évaluer la prévalence de la confusion aiguë cliniquement pertinente chez les adultes âgés de 45 ans et plus souffrant d’au moins une maladie cardiovasculaire chronique.

Leurs résultats ont mis en évidence une relation possible entre ces maladies et le délire aigu. Il est désormais conseillé aux médecins traitant des patients atteints de maladies cardiovasculaires de mieux anticiper les symptômes neurologiques qui pourraient indiquer un incident de fonctionnement mental compromis.

L’athérosclérose :

L’athérosclérose est une maladie dangereuse et répandue, qui survient lorsque les artères s’épaississent en raison de l’accumulation de cholestérol et de dépôts graisseux. Bien qu’il puisse être difficile d’identifier les facteurs de risque potentiels, ces nouvelles données soulignent à quel point il est essentiel de comprendre comment ce durcissement des parois artérielles peut augmenter la probabilité qu’une personne développe une confusion aiguë. Afin de réduire ces risques, les médecins recommandent de suivre un régime alimentaire sain, de faire régulièrement de l’exercice et de contrôler l’hypertension artérielle et les taux de cholestérol élevés. Autant de mesures importantes pour se protéger contre l’athérosclérose.

Une maladie neurologique :

La même étude a aussi suggéré que l’un des facteurs de risque potentiels de développer une confusion aiguë – c’est-à-dire l’apparition soudaine de la désorientation, de la confusion et de l’égarement – pourrait être lié à des troubles du système nerveux central. Les chercheurs ont étudié des patients âgés de 65 ans et plus qui avaient été admis dans un grand hôpital du Midwest des États-Unis pour une confusion aiguë ; ils ont constaté que 35 % de ces patients souffraient d’un trouble du système nerveux central, comme la maladie d’Alzheimer ou de Parkinson.

Ces résultats montrent que les troubles du système nerveux central peuvent contribuer à des changements soudains de l’état mental d’une personne et constituent un facteur important à prendre en compte lors du diagnostic. Les prestataires de soins de santé devraient tenir compte de ces résultats lors de l’évaluation des symptômes de confusion aiguë chez les patients âgés, en raison de la relation entre ces pathologies.

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un profesionel de santé.