Voici 8 signes alarmants de l’auto-sabotage.

Qu’est-ce que l’auto-sabotage d’un point de vue psychologique ?

L’auto-sabotage est un terme utilisé pour décrire un comportement nuisible pour soi-même, que ce soit intentionnellement ou non. Selon le Dr Carmen Harra, neuropsychologue, l’auto-sabotage se produit lorsque le subconscient d’une personne est en conflit avec ses objectifs conscients.

Par exemple, une personne qui souhaite perdre du poids peut inconsciemment saboter ses efforts en mangeant trop ou en choisissant des aliments malsains. De même, une personne qui veut arrêter de fumer peut se mettre à allumer une cigarette lorsqu’elle est stressée. Dans de nombreux cas, l’auto-sabotage découle d’un manque de confiance en soi ou de la peur de l’échec. Cependant, il peut aussi être le résultat d’un conditionnement négatif provenant de l’enfance ou d’expériences passées.

En comprenant la cause profonde du comportement d’auto-sabotage, les individus peuvent apprendre à le surmonter et à atteindre leurs objectifs.

Avez-vous parfois l’impression d’être votre pire ennemi ? Si vous avez constamment du mal à atteindre vos objectifs, vous vous auto-sabotez peut-être. Selon le Dr Carmen Harra, il existe huit signes courants d’auto-sabotage :

  1. La fixation d’objectifs irréalistes :

Se fixer des objectifs irréalistes est une forme d’auto-sabotage. Dr Carmen Harra exprime que lorsque nous nous fixons des objectifs impossibles à atteindre, nous nous exposons à la déception et à la frustration. Cela peut entraîner un sentiment d’inadéquation et une faible estime de soi.

De plus, le Dr Harra note que des objectifs irréalistes peuvent également créer des conflits dans nos relations. Lorsque nous visons trop haut, nous nous mettons la pression, ainsi que ceux qui nous entourent, pour répondre à nos attentes. Cela peut entraîner des tensions et du ressentiment.

  1. La procrastination :

Le Dr Carmen Harra est apparue sur Oprah, The Today Show, pour parler de son livre « The Karma Queen’s Guide to Relationships » où elle explique comment la procrastination peut être une forme d’auto-sabotage. Lorsque nous remettons à plus tard une chose que nous savons être bonne pour nous, nous réaffirmons en fait notre conviction que nous ne sommes pas capables de l’accomplir. Cela peut entraîner une spirale de pensées négatives et, en fin de compte, nous empêcher de prendre des mesures pour améliorer notre vie. Le Dr Harra invite les lecteurs à examiner de près leurs propres habitudes de procrastination et à voir si elles ne sont pas en train de saboter leur propre réussite. Pour surmonter la procrastination, cet article peut vous être utile : 8 conseils pour mettre fin à la procrastination.

  1. Le perfectionnisme :

Le Dr Carmen Harra explique que le perfectionnisme est souvent un signe d’auto-sabotage. Les personnes perfectionnistes ont tendance à être leurs pires détracteurs. Elles se fixent des normes incroyablement élevées et s’en veulent lorsqu’elles ne les atteignent pas. Ce cycle d’attentes irréalistes et d’autocritique peut entraîner des sentiments d’inadéquation, d’anxiété et de dépression. Il peut également empêcher les gens d’essayer de nouvelles choses et de prendre des risques. Après tout, pourquoi se donner la peine d’essayer si c’est pour échouer ?

Cependant, en apprenant à laisser tomber le perfectionnisme, les gens peuvent s’ouvrir à de nouvelles expériences et opportunités. Ils peuvent aussi apprendre à s’accepter tels qu’ils sont, avec toutes leurs imperfections. Si vous êtes perfectionniste, rassurez-vous : votre quête de perfection peut en fait vous empêcher de réaliser votre potentiel.

  1. La critique :

Elle explique que lorsque nous critiquons constamment les autres, nous projetons en fait nos propres sentiments négatifs sur eux. Cela peut mener à des relations tendues et à un sentiment général de malheur. En outre, le Dr Harra suggère que nous nous concentrions sur nos propres qualités positives plutôt que de nous attarder sur les aspects négatifs des autres. Ce faisant, nous pouvons créer des relations durables basées sur la compréhension et le respect mutuels.

  1. La rumination :

Nous sommes tous passés par là : coincés dans un cycle de pensées négatives dont il semble impossible de se défaire. Selon le Dr Carmen Harra, ce mode de rumination est en fait une forme d’auto-sabotage. Lorsque nous faisons une fixation sur nos problèmes, cela nous empêche de prendre des mesures pour les résoudre. Nous sommes tellement pris dans nos propres pensées que nous commençons à croire qu’il n’y a pas d’issue. Cela peut provoquer le désespoir et l’impuissance, qui ne font que perpétuer le cycle.

Afin de se libérer de ce schéma destructeur, Dr Harra recommande de développer une « boîte à outils » de mécanismes d’adaptation positifs. Il peut s’agir de tenir un journal, de méditer ou même de prendre quelques instants chaque jour pour apprécier les bonnes choses de la vie. En vous concentrant sur les aspects positifs, vous pouvez commencer à surmonter la négativité et reprendre le contrôle de votre vie.

  1. Le discours négatif sur soi :

Le Dr Carmen Harra souligne souvent l’importance d’un dialogue positif avec soi-même, qui est la clé de la réussite dans tous les domaines de la vie. Cependant, elle reconnaît également que le dialogue négatif avec soi-même peut être un signe d’auto-sabotage. Lorsque nous nous dénigrons constamment, nous envoyons à notre subconscient le message que nous ne sommes pas dignes de réussir.

En conséquence, nous pouvons commencer à croire que nous ne sommes pas capables d’atteindre nos objectifs et à saboter nos efforts avant même de commencer. Si vous vous surprenez à tenir un discours négatif sur vous-même, le Dr Harra vous recommande de prendre du recul et d’évaluer vos croyances. Une fois que vous aurez identifié les pensées qui vous freinent, vous pourrez commencer à les remplacer par des affirmations positives.

Avec du temps et de la pratique, vous pouvez entraîner votre esprit à se concentrer sur les choses qui vous aideront à atteindre vos objectifs au lieu de vous attarder sur les choses qui vous empêcheront de les atteindre.

  1. L’auto-culpabilisation :

Lorsque nous commettons une erreur, il est naturel de se sentir coupable. Mais parfois, ces sentiments peuvent devenir excessifs et conduire à l’auto-culpabilisation. Lorsque nous nous concentrons sur nos erreurs et que nous nous en voulons, nous nous empêchons en fait d’aller de l’avant et de tirer des leçons de nos expériences.

Au lieu de nous attarder sur ce que nous avons fait de mal, nous devons nous concentrer sur ce que nous pouvons faire de mieux à l’avenir. Ce n’est qu’alors que nous pourrons briser le cycle de l’auto-sabotage et acquérir un mieux-vivre.

  1. L’évitement :

Lorsque nous évitons de faire face à nos peurs ou de relever nos défis, nous nous compliquons la vie à long terme. Non seulement l’évitement nous empêche d’atteindre nos objectifs, mais il nous maintient également dans un cycle de pensées négatives. Si nous voulons nous libérer de l’auto-sabotage, nous devons être prêts à affronter nos peurs de front. Ce n’est qu’alors que nous pourrons commencer à créer la vie que nous souhaitons vraiment pour nous-mêmes.

Conclusion :

Selon le Dr Harra, l’auto-sabotage découle souvent de la peur de l’échec ou de la crainte de ne pas être assez bon. Nous pouvons nous fixer des objectifs irréalistes afin d’éviter la déception d’échouer. Nous pouvons aussi remettre à plus tard une tâche par crainte de ne pas pouvoir l’accomplir parfaitement. Reconnaître ces peurs est une étape importante pour les surmonter. Une fois que nous comprenons ce qui motive nos comportements saboteurs, nous pouvons commencer à apporter des changements positifs.

Si vous êtes prêt à briser le cycle de l’auto-sabotage, soyez attentif à ces huit signes. Vous pouvez apprendre à les surmonter avec la conscience, la pratique et la patience. Rappelez-vous :  » Vous êtes capable ! Vous êtes fort ! Vous méritez d’être heureux ! »

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un proffesionel de santé.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -