Tabacum, la solution homéopathique contre les nausées

bienfaits du Tabacum sur la santé

La souche homéopathique Tabacum s’obtient à partir des feuilles de tabac cultivé. Pour la préparation, les homéopathes utilisent des feuilles fraîches cueillies après la période de floraison et qui n’ont pas encore subi de procédure de fermentation.

Le tabac cultivé, aussi connu sous la dénomination scientifique de Nicotiana tabacum, est une plante qui provient majoritairement de l’Amérique centrale. Cependant, aujourd’hui, il est largement cultivé dans le monde, notamment pour combler les besoins en termes de fabrication du tabac manufacturé.

D’un point de vue descriptif, cette plante de la famille botanique des Solanaceae est facile à reconnaître, car elle se retrouve souvent en groupe dans les plantations. Ses feuilles sont à la fois grandes, épaisses et visqueuses au toucher. Quant à ses fleurs, selon les variétés, elles peuvent être de couleur rose, blanche ou encore vert jaunâtre. Par ailleurs, la plante entière dégage une odeur à la fois douce et âcre.

Enfin, le principal élément actif du tabac est la nicotine qui est un alcaloïde.

Dans quels cas l’utiliser ?

Tabacum et les nausées :

Ce médicament homéopathique permet de traiter les nausées en tout genre. Dans les cas de mal de transport, par exemple, il améliore les symptômes caractéristiques qui accompagnent généralement l’envie irrépressible de vomir. On cite notamment les vertiges, les sueurs froides ou la pâleur au niveau du visage.

Durant la période de grossesse, et spécialement pendant les trois premiers mois, ce médicament permet de réduire la fréquence des nausées matinales. Il atténue aussi d’autres signes comme l’hypersécrétion de salives et les vertiges.

En outre, il convient de noter que ce remède s’avère efficace dans le traitement de tout état pathologique qui s’accompagne de nausées, de vomissements et de vertiges. Il est aussi indiqué en cas de coliques du nourrisson et de crises spasmodiques.

Tabacum et le tabac :

Ce remède est une alternative homéopathique permettant de stopper l’addiction au tabac. Pour ce faire, les homéopathes ont recours à une branche de l’homéopathie nommée isothérapie ou isopathie. Cependant, il convient de noter que cette méthode ne fonctionne que pour les cas de dépendance chimique et non psychologique. En effet, les expériences réalisées ont démontré que ce médicament participe à la diminution du taux de nicotine dans le sang.

À noter que cette diminution facilite le sevrage tabagique et, par la même occasion, permet aussi de réduire facilement la consommation en tabac.

Quelle est la posologie recommandée ?

Avant chaque traitement, il est nécessaire de consulter un médecin homéopathe. En effet, seul ce dernier pourra indiquer la posologie appropriée et aussi la forme galénique adaptée pour le traitement (solution buvable en gouttes, granules et bien d’autres encore).

  • Mal de transport : dilution 7 à 9 CH, à prendre au moins 3 fois dans la journée
  • Sevrage de tabac : dilution 7 à 9 CH en 2 fois par jour

En cas de crises spasmodiques, associer une pommade TABACUM D6 et CUPRUM D1, à appliquer localement.