Stop au stress : voici 6 signes alarmants auxquels vous devez réagir le plutôt possible

Parce qu'il faut bien écouter son corps pour rester en bonne santé, nous vous présentons ces signes révélateurs du stress chronique.

Avez-vous l’impression que la vie vous envoie constamment des courbes ? Vous vous sentez dépassé, épuisé et incapable de vous concentrer sur les tâches à accomplir ? Si c’est le cas, il est important de reconnaître que vous souffrez peut-être de stress chronique. Le stress peut nous affecter de nombreuses façons et, s’il n’est pas géré ou traité, il peut entraîner de graves problèmes de santé. Dans cet article, nous allons aborder 6 signes clés qui pourraient indiquer que vous souffrez de stress chronique. Si l’un de ces signes vous est familier, il est peut-être temps de chercher de l’aide. Alors continuez à lire et analysons chaque signe un par un !

Signe 1 : Sentiments d’anxiété.

Les sentiments d’anxiété sont l’un des signes les plus courants de stress chronique. Ils peuvent se manifester par un sentiment de malaise général et d’inquiétude, ainsi que par une anxiété plus spécifique à des situations ou des tâches particulières. Dans certains cas, cela peut provoquer une détresse importante et interférer avec le fonctionnement quotidien. L’anxiété s’accompagne souvent de symptômes physiques tels que palpitations cardiaques, essoufflement, tremblements, transpiration et nausées. En ce qui concerne la biologie sous-jacente, le stress chronique peut entraîner une augmentation de l’activité du système nerveux sympathique, ce qui se traduit par une vigilance accrue et une plus grande sensibilité aux menaces perçues. Cette réaction de « lutte ou de fuite », typique du stress aigu, peut devenir un état permanent chez les personnes soumises à un stress chronique.

Signe n° 2 : Irritabilité et colère.

Les personnes souffrant de stress chronique peuvent avoir de fréquentes explosions émotionnelles ou des périodes d’irritabilité ou de colère intense. Il s’agit souvent d’un moyen pour les individus d’exprimer leur frustration face à des situations de leur vie ou de faire face à leurs émotions intenses. D’un point de vue biologique, l’activation prolongée des systèmes de réponse au stress de l’organisme peut entraîner une augmentation des niveaux de cortisol dans le sang (également appelée hypercortisolisme). Lorsque cela se produit au fil du temps, cela peut affecter la chimie du cerveau, entraînant des changements potentiels dans la régulation de l’humeur et des émotions.

Signe n° 3 : troubles du sommeil.

Les troubles du sommeil sont un autre signe courant indiquant qu’une personne peut être confrontée à un stress chronique. Il peut s’agir de la difficulté à s’endormir le soir en raison de pensées obsédantes ou de l’incapacité à se détendre adéquatement, de réveils fréquents au cours de la nuit, de réveils précoces et de l’impossibilité de se rendormir, de rythmes de sommeil irréguliers et de la sensation d’épuisement au réveil, même après une nuit complète de sommeil. Des études ont suggéré que ces types de troubles du sommeil sont liés à une augmentation des niveaux de cortisol ou d’autres hormones liées au système de réponse au stress de l’organisme, ce qui pourrait expliquer pourquoi ils sont si fréquents chez les personnes soumises à un stress chronique.

Signe n° 4 : changements dans les habitudes alimentaires.

Le stress a été associé à des changements dans les habitudes alimentaires, comme la suralimentation (en particulier les aliments réconfortants), la sous-alimentation et la perte totale d’appétit. Le premier cas peut être attribué à un effort d’apaisement face à des émotions difficiles, tandis que le second peut découler d’une diminution de l’intérêt pour la nourriture en raison d’un sentiment d’accablement ou de préoccupation face à des pensées ou des événements stressants. Des recherches ont suggéré que ces types d’altérations des habitudes alimentaires pourraient être liés à la fois à des éléments psychologiques, tels que l’émotivité négative, et à des éléments physiologiques, notamment des déséquilibres hormonaux liés aux systèmes de réaction de lutte ou de fuite de l’organisme, causés par une exposition prolongée à des situations ou à des environnements stressants.

Signe n° 5 : Maux et douleurs.

Les maux et les douleurs (comme les maux de tête ou les tensions musculaires) sont un autre signe de stress chronique qui nécessite l’attention d’un professionnel de la santé mentale ou d’un médecin. Physiologiquement parlant, l’activation soutenue du système nerveux sympathique (que l’on observe en période de stress intense) envoie des signaux pour une libération accrue d’adrénaline dans notre corps, ce qui peut entraîner une tension musculaire dans différentes zones, notamment le cou, les épaules, le dos, le bas-ventre, etc. Au fil du temps, cette tension devient plus prononcée, ce qui nous amène à ressentir un inconfort important et à souffrir d’autres troubles physiques associés, tels que des problèmes digestifs, des maux de tête, etc…

Signe n° 6 : Manque de concentration/oubli.

Une mauvaise concentration/oubli est un autre signe indiquant que l’on peut souffrir de niveaux de stress excessifs qui nécessitent une attention/intervention médicale avant qu’ils ne deviennent des problèmes plus graves par la suite. D’un point de vue cognitif, une mauvaise concentration/oubli peut survenir lorsque nous sommes soumis à des tensions persistantes, notre cerveau est submergé, ce qui rend difficile le maintien de la concentration et la rétention d’informations, car ses ressources sont utilisées en permanence pour gérer/détruire toutes les stimulations entrantes et essayer de répondre aux besoins quotidiens. Les effets à long terme comprennent des troubles de la mémoire, une altération des fonctions exécutives et une diminution de la vitesse de traitement.

Comment lutter contre le stress ?

Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi
Margot Fontenive