Les aliments fermentés : Un carburant pour le développement du cerveau humain

Une étude publiée dans le journal Communications Biology examine le rôle et les avantages potentiels des aliments fermentés externes dans l'expansion du cerveau humain.

Les aliments fermentés sont devenus de plus en plus populaires ces dernières années, mais leur potentiel pour le développement du cerveau humain est une découverte récente. Une étude publiée dans le journal Communications Biology examine le rôle et les avantages potentiels des aliments fermentés externes dans l’expansion du cerveau humain. Les chercheurs ont proposé une nouvelle hypothèse de fermentation externe et ont discuté des preuves qui la soutiennent. Nous allons explorer ici cette hypothèse en détail et discuter de son impact potentiel sur l’évolution humaine.

Contexte : L’expansion du cerveau humain

Le volume du cerveau humain a triplé au cours de l’évolution. Cependant, les mécanismes sous-jacents à cette modification restent mal compris. Différentes hypothèses ont été avancées, mais aucune n’a fourni une explication complète. L’une de ces hypothèses est celle du « tissu coûteux », qui suggère que l’élargissement du cerveau humain a nécessité le réallocatation de ressources provenant du système digestif. Une autre hypothèse est celle de la cuisson des aliments, qui aurait fourni les calories et la nutrition nécessaires à l’expansion du cerveau. Cependant, l’utilisation contrôlée du feu aurait nécessité une certaine capacité cognitive qui pourrait ne pas avoir été présente chez les hominidés avec un rapport cerveau-corps inférieur.

L’hypothèse de fermentation externe

Face aux limites des hypothèses précédentes, les chercheurs ont proposé une nouvelle hypothèse : la fermentation externe. La fermentation externe se produit lorsque la décomposition des aliments est effectuée par des bactéries présentes dans l’environnement ou à la surface des aliments. Selon cette hypothèse, l’ingestion d’aliments fermentés externes aurait pu conduire à une réduction de la taille de l’intestin, ce qui aurait permis l’expansion du cerveau. La fermentation externe présente de nombreux avantages pour la santé intestinale, notamment en contribuant à la flore microbienne, en améliorant l’absorption des nutriments et en renforçant l’immunité de l’hôte.

Avantages de l’hypothèse de fermentation externe

L’hypothèse de fermentation externe présente plusieurs avantages par rapport aux hypothèses précédentes. Contrairement à la consommation de viande ou de tubercules, qui nécessitent des capacités cognitives plus élevées, la consommation d’aliments fermentés externes ne nécessite pas de planification spéciale ni de coordination sociale. De plus, la fermentation est une pratique plus simple et plus facile à découvrir que la cuisson des aliments. En outre, la fermentation est une alternative plus simple aux autres techniques de conservation des aliments. Les chercheurs suggèrent que les hominidés avec des capacités cognitives et des cerveaux plus petits auraient pu facilement pratiquer la fermentation par rapport à d’autres méthodes.

Pratiques actuelles de fermentation

La fermentation est une technologie alimentaire qui existe depuis des milliers d’années et est largement répandue dans le monde entier. Les gens fermentent toutes sortes d’aliments à partir de sources variées dans des conditions climatiques différentes. Cette diversité de pratiques de fermentation soutient la plausibilité, l’acceptabilité culturelle et l’universalité de la fermentation.

Tester l’hypothèse de fermentation externe

Pour tester l’hypothèse de fermentation externe, les chercheurs suggèrent plusieurs avenues de recherche. Il s’agirait notamment d’examiner les changements génétiques liés aux processus métaboliques, digestifs et immunitaires affectés par la fermentation externe, d’analyser les gènes des récepteurs olfactifs pour détecter d’éventuelles sélections positives liées à la détection des aliments fermentés, et d’étudier les changements dans le microbiome humain par rapport aux proches parents des singes. Des études microbiologiques, des analyses comparatives et des investigations génétiques et génomiques sont nécessaires pour soutenir ou réfuter cette hypothèse.

L’hypothèse de fermentation externe propose que l’adoption de la technologie de fermentation par les premiers hominidés ait été un mécanisme clé pour l’expansion du cerveau humain et la réduction de l’intestin. Cette hypothèse offre de nouvelles perspectives sur l’évolution du régime alimentaire humain et l’anatomie de l’intestin et du cerveau. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour valider cette hypothèse, et il est important d’encourager les commentaires et les tests expérimentaux pour approfondir notre compréhension de cette théorie fascinante.

 

 

5/5 - (1 vote) Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi
Francois Lehn