L’élimination des acides gras trans : une priorité de l’OMS

Voici les efforts déployés par l'OMS pour lutter contre les acides gras trans, les progrès réalisés par différents pays et l'importance des certificats décernés par l'OMS.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) joue un rôle essentiel dans la lutte contre les maladies et l’amélioration de la santé à l’échelle mondiale. L’une des priorités de l’OMS est l’élimination des acides gras trans produits industriellement, qui représentent un grave problème de santé publique dans de nombreux pays. Voici les efforts déployés par l’OMS pour lutter contre les acides gras trans, les progrès réalisés par différents pays et l’importance des certificats décernés par l’OMS.

Les dangers des acides gras trans

Les acides gras trans sont des graisses semi-solides à solides présentes dans la nature et produites industriellement. Leur consommation est associée à un risque accru d’infarctus du myocarde et de décès par cardiopathie. Ces graisses nocives se trouvent principalement dans les aliments frits, les gâteaux et les plats préparés. Non seulement elles n’apportent aucun bienfait à notre santé, mais elles sont souvent associées à une teneur élevée en sucre, en gras et en sel.

L’initiative REPLACE de l’OMS

En 2018, l’OMS a lancé l’initiative REPLACE, une approche stratégique visant à éliminer les acides gras trans produits industriellement de l’alimentation mondiale. L’objectif initial était d’éliminer complètement ces graisses nocives d’ici la fin de 2023. Bien que cet objectif ambitieux n’ait pas été atteint, des progrès remarquables ont été réalisés dans de nombreux pays.

Les pays engagés dans la lutte contre les acides gras trans

L’OMS a décerné ses tout premiers certificats à cinq pays qui ont démontré des progrès significatifs dans l’élimination des acides gras trans produits industriellement. Ces pays sont l’Arabie saoudite, le Danemark, la Lituanie, la Pologne et la Thaïlande. Chacun d’entre eux a mis en place une politique basée sur les meilleures pratiques pour éliminer ces graisses nocives de leur alimentation, en s’appuyant sur des systèmes de contrôle et d’application adéquats.

Les résultats de l’initiative REPLACE

L’OMS a également publié les résultats obtenus au cours des cinq premières années de mise en œuvre de l’initiative REPLACE. Ces résultats mettent en évidence les progrès réalisés dans la lutte contre les acides gras trans produits industriellement. Par exemple, sept pays, dont l’Égypte, la Macédoine du Nord, le Mexique, la Moldavie, le Nigéria, les Philippines et l’Ukraine, ont récemment adopté de nouvelles politiques basées sur les meilleures pratiques pour éliminer ces graisses nocives.

L’impact des politiques basées sur les meilleures pratiques

Au total, 53 pays ont maintenant mis en place des politiques basées sur les meilleures pratiques pour éliminer les acides gras trans produits industriellement. Cela représente une amélioration considérable de l’environnement alimentaire pour 3,7 milliards de personnes, soit 46 % de la population mondiale. Ces politiques devraient permettre de sauver environ 183 000 vies par an.

Les défis de la mise en œuvre des politiques

Si la mise en place de politiques est une étape cruciale, leur mise en œuvre effective est tout aussi importante. L’OMS encourage les pays à suivre l’exemple des pays qui ont reçu des certificats et à appliquer et contrôler rigoureusement leurs politiques pour garantir les bienfaits de l’élimination des acides gras trans produits industriellement.

Les efforts de l’industrie alimentaire

Outre les actions des gouvernements, l’industrie alimentaire joue également un rôle clé dans la lutte contre les acides gras trans. De nombreux fabricants de produits alimentaires ont pris des mesures pour éliminer ces graisses nocives de leurs produits. Cette collaboration entre les gouvernements et l’industrie alimentaire est essentielle pour assurer la disponibilité d’aliments plus sains pour tous.

Les prochains objectifs de l’OMS

Bien que des progrès significatifs aient été réalisés, il reste encore beaucoup à faire pour éliminer complètement les acides gras trans produits industriellement. L’OMS propose un nouvel objectif révisé visant à une élimination presque totale à l’échelle mondiale d’ici 2025. Cela nécessitera une adoption généralisée de politiques basées sur les meilleures pratiques dans les pays qui représentent la majorité de la charge mondiale des acides gras trans.

L’élimination des acides gras trans produits industriellement est une priorité majeure de l’OMS dans sa lutte contre les maladies cardiovasculaires et l’amélioration de la santé mondiale. Les efforts déployés par différents pays et l’attribution de certificats par l’OMS témoignent des progrès réalisés dans la lutte contre ces graisses nocives. Cependant, il est essentiel que les pays continuent à mettre en œuvre et à contrôler rigoureusement leurs politiques pour garantir un environnement alimentaire plus sain pour tous. Ensemble, nous pouvons éliminer les acides gras trans et améliorer la santé de millions de personnes à travers le monde.

5/5 - (3 votes) Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi
Francois Lehn