Des cas mystérieux d’hépatite d’origine inconnue touchent des enfants et inquiètent l’OMS

Une hépatite d'origine inconnue qui touche les enfants inquiète l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Une hépatite d’origine inconnue qui touche les enfants inquiète l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Celle-ci surveille des cas d’hépatites chez des dizaines d’enfants au Royaume-Uni dont l’origine reste à déterminer, selon un communiqué de presse publié le 15 avril 2022. Une transplantation du foie a été nécessaire chez certaines victimes britanniques. L’hépatite est une maladie qui touche le foie, au sens propre le terme hépatite signifie inflammation du foie.

Une origine inconnue

Le 5 avril 2022, l’OMS a été informée de 10 cas d’hépatite aiguë sévère d’étiologie inconnue chez des enfants de moins de 10 ans, dans le centre de l’Écosse. Le 8 avril, 74 cas avaient été identifiés au Royaume-Uni. Les virus de l’hépatite (A, B, C, E et D, le cas échéant) ont été exclus après des tests de laboratoire tandis que des investigations supplémentaires sont en cours pour comprendre l’étiologie de ces cas.

Symptômes

Le syndrome clinique dans les cas identifiés est une hépatite aiguë avec une élévation marquée des enzymes hépatiques, souvent accompagnée d’une jaunisse, parfois précédée de symptômes gastro-intestinaux, chez des enfants âgés principalement de moins de 10 ans. Certains cas ont nécessité un transfert dans un service spécialisé dans les maladies du foie et six enfants ont dû subir une transplantation, a précisé l’OMS. Au 11 avril 2022, aucun décès n’a été signalé parmi ces cas et un cas épidémiologiquement lié a été détecté.

D’autres pays touchés

Au total des cas ont été confirmés dans 5 pays : le Royaume-Uni, le Danemark, l’Irlande, les Pays-Bas et l’Espagne. Neuf cas suspects ont également été identifiés chez des enfants de 1 à 6 ans dans l’Alabama aux Etats-Unis, selon le Centre européen de contrôle et de prévention des maladies (ECDC).

La piste des adénovirus

Les habituels virus (A à E) de l’hépatite n’ayant pas été détectés chez les enfants atteints, les autorités sanitaires britanniques ont indiqué récemment qu’elles examinaient l’hypothèse d’un type de virus appelés adénovirus, ainsi que d’autres causes possibles comme le virus à l’origine de la Covid-19, d’autres infections ou des facteurs environnementaux. Les adénovirus sont une famille de virus qui provoquent généralement une série de maladies bénignes telles que le rhume (refroidissement), les vomissements ou la diarrhée.

Les autorités britanniques ont en revanche écarté tout lien avec le vaccin contre la Covid-19, qui n’a été administré à aucun des cas confirmés au Royaume-Uni. Les enquêteurs britanniques considèrent qu’une cause infectieuse est la plus probable du fait des caractéristiques cliniques et épidémiologiques des cas. Peu clair L’OMS a souligné que Covid-19 ou adénovirus, qui connaît une recrudescence au Royaume-Uni, avaient été détectés « dans plusieurs cas », mais leur rôle dans le développement de la maladie « n’est pas encore clair ».

 

 

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un proffesionel de santé.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -