Le ronflement peut-il être un signe de cancer ?

On pourrait croire qu’il s’agit d’un film d’horreur, mais le ronflement peut en fait être le signe d’un risque accru de cancer. En effet, une étude récente menée par l’Université d’Alberta a révélé que les personnes qui ronflent bruyamment sont plus susceptibles de développer des cancers de la tête et du cou.

Quelles sont les causes du ronflement ?

Beaucoup d’entre nous ont connu la frustration de partager un lit avec un partenaire qui ronfle. Mais qu’est-ce que le ronflement exactement, et pourquoi le faisons-nous ? Le ronflement se produit lorsque la circulation de l’air dans le nez et la gorge est obstruée. Il est souvent plus grave lorsque les personnes dorment sur le dos, car cette position permet à la gravité de tirer la langue et le palais mou vers l’arrière. Plusieurs facteurs peuvent se cacher derrière le ronflement. Notamment :

L’hypertrophie des adénoïdes :

Les adénoïdes sont une petite masse de tissu lymphatique située à l’arrière du nez. Elles aident à filtrer les bactéries et autres particules de l’air que nous respirons. Lorsqu’elles grossissent, elles peuvent bloquer les voies respiratoires et entraîner des ronflements. Dans certains cas, l’hypertrophie des végétations adénoïdes peut également entraîner une apnée du sommeil, c’est-à-dire une interruption de la respiration pendant le sommeil. Le traitement de l’hypertrophie des végétations adénoïdes consiste généralement à les enlever chirurgicalement.

L’obstruction des voies nasales :

Celle-ci peut être due à divers facteurs, tels que des allergies, une déviation de la cloison nasale ou une hypertrophie des adénoïdes. Lorsque les voies respiratoires sont obstruées, la personne est obligée de respirer par la bouche plutôt que par le nez. Cela peut faire vibrer le palais mou, d’où le bruit caractéristique du ronflement. Dans certains cas, tout comme l’hypertrophie des adénoïdes, l’obstruction nasale peut par ailleurs entraîner une apnée du sommeil, une affection grave qui nécessite un traitement médical.

L’apnée du sommeil :

Une nouvelle étude a révélé que l’apnée du sommeil pouvait être une cause de ronflement. L’étude, menée par des chercheurs de l’Université du Missouri, a porté sur un groupe de personnes souffrant d’apnée du sommeil et a révélé qu’elles étaient plus susceptibles de ronfler que les autres. L’auteur principal de l’étude, le Dr Brian Kent, a déclaré que ces résultats pourraient avoir des implications pour le traitement de l’apnée du sommeil. « Si nous pouvons traiter l’apnée du sommeil et réduire le ronflement, nous pourrons améliorer la qualité du sommeil des personnes atteintes de cette maladie ». A-t-il déclaré. Les résultats de l’étude seront publiés dans la revue Sleep Medicine.

L’apnée du sommeil est un état dans lequel la respiration est interrompue pendant le sommeil. Dans certains cas, l’air peut même être expulsé des poumons, ce qui provoque un bruit fort et dur. C’est l’état le plus grave qu’il ne faut surtout pas négliger. Si elle n’est pas traitée correctement, elle peut conduire à un cancer.

Quel est le lien établi entre le ronflement et le risque d’un cancer de la tête et du cou ?

Bien que le lien entre les ronflements forts et le cancer ne soit pas entièrement compris, les chercheurs l’Université d’Alberta pensent qu’il est lié à la façon dont les ronflements forts perturbent le flux d’air dans les poumons. Cela peut provoquer une inflammation des voies respiratoires, ce qui peut conduire au développement de cellules cancéreuses.

En outre, le ronflement entraîne souvent un manque de sommeil. Ce qui peut affaiblir davantage le système immunitaire et rendre l’organisme plus vulnérable au cancer. Bien que des recherches supplémentaires soient nécessaires pour confirmer le lien entre le ronflement et le cancer, il est clair que le ronflement n’est pas seulement une question de désagrément.

Comment y remédier ?

La bonne nouvelle est qu’il existe toujours des moyens simples et naturels à adopter pour réduire, voire éliminer le ronflement. Par exemple, dormir sur le côté plutôt que sur le dos peut contribuer à dégager les voies respiratoires et à prévenir le ronflement.

En outre, il existe aussi un certain nombre de changements de style de vie qui peuvent contribuer à réduire le ronflement. Si vous êtes fumeur, l’arrêt du tabac peut faire une grande différence. L’alcool et les sédatifs peuvent également détendre les muscles de la gorge et contribuer au ronflement. Aussi, les éviter avant de se coucher peut être utile. Perdre du poids peut aussi être d’une grande importance si vous êtes en surpoids, car un excès de poids autour du cou peut rétrécir les voies respiratoires et entraîner des ronflements. Essayez de suivre un de ces moyens et voyez s’ils font une différence.

Si vous êtes un ronfleur habituel, il est important de faire appel à un professionnel de santé pour un contrôle. Il pourra vous recommander des traitements qui vous aideront à réduire votre risque de développer un cancer.

 

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un proffesionel de santé.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -