Le Chaga, le champignon champion pour la santé

1395

Le « Chaga», de son nom latin Inonotus obliquus, est un champignon plutôt atypique. Présent uniquement dans les zones arctiques, les peuplades du grand Nord s’en servent depuis des centaines d’années pour leurs problèmes de santé. Il agit tant sur le système immunitaire, pulmonaire que comme le plus puissant antioxydant naturel. Un véritable trésor du Nord à découvrir.

Le chaga (Inonotus obliquus) est un type de champignon qui pousse sur l’écorce des bouleaux et merisiers dont il est le parasite. Il se plaît dans des endroits reculés du grand Nord, dans des régions froides comme la Sibérie, le nord du Canada, l’Alaska. De façon générale, ce champignon se développe mieux là où la température descend sous les -40 degrés Celsius. À mesure qu’il grandit, il se nourrit des nutriments et des composés présents dans le bouleau. De cette façon, il prédigère les nutriments du bouleau, en les concentrant dans une forme plus facilement disponible pour les humains. En substance, la chaga sert d’usine chimique essentielle pour des substances d’une grande valeur pour notre santé.

Un thé au chaga ?

Ce champignon miraculeux est utilisé depuis des centaines d’années par les habitants de Sibérie et les autres peuplades du cercle arctique. Les Sibériens ont constaté que, malgré leur climat, la consommation régulière de chaga empêchait l’apparition de maladies diverses. Ils l’ont utilisé pour stimuler l’endurance physique et atteindre une longue durée de vie. Pour profiter de ses vertus, il faut le « boire ». Son goût, terreux, boisé, rappelle étonnamment celui du thé Pu-erh chinois.

C’est comme cela, sous forme de boisson, que ce champignon est utilisé plus largement depuis le 16eme siècle en Russie et en Europe de l’est pour soigner les gastrites, les cancers, les ulcères et la tuberculose. Dès 1958, les premières études en Russie et en Finlande ont démontré que le chaga pouvait avoir des effets positifs sur les cancers du foie, de l’utérus, de l’estomac, du sein ou encore sur le diabète et l’hypertension. Une multitude d’études ont été faites depuis sur cet « Alicament » et toutes les recherches arrivent à la même conclusion. Le chaga peut être utilisé comme adjuvant naturel aux traitements classiques contre le cancer.

Le Champignon de Soljenitsyne

La petite histoire raconte que des habitants d’une région de la Sibérie seraient totalement épargnés du cancer car la coutume de l’endroit serait de boire une infusion de ce fameux champignon local au quotidien ! Il a gagné cette réputation aussi en étant appelé le «champignon de Soljenitsyne». Cet auteur Russe a contribué à sa popularité en en parlant dans son livre « Le pavillon des cancéreux ».

Un super antioxydant plein de Superoxyde-Dismutase (SOD)

A l’université de Chicago, plusieurs études ont montré que le chaga est riche en betulin et en acide betulinique. Ce sont des stérols végétaux (sous-groupe de stéroïdes) qui agissent comme des piégeurs efficaces des radicaux libres et dispersent également les cellules tumorales. Les chercheurs ont constaté que ces composés induisent également l’apoptose (mort cellulaire programmée) des cellules cancéreuses.

Le Chaga est reconnu maintenant pour contenir une concentration très élevée en superoxyde dismutase (SOD), une enzyme importante qui fonctionne comme un puissant antioxydant. La SOD a une fonction anti-vieillissement qui neutralise les radicaux libres d’oxygène et évite ainsi les dommages oxydatifs aux cellules et aux tissus. 

Un champignon champion

Plusieurs actions du chaga sont maintenant bien documentées :

Il possède des propriétés fortifiantes

Il est un anti-allergique.

Il est antiseptique et cicatrisant

Il agit comme anti-inflammatoire

Il inhiberait certaines tumeurs cancéreuses (Anti-tumoral)

Il abaisse le taux de glycémie ainsi que la tension artérielle.

Il contient des polysaccharides qui contribuent à la prévention des maladies de types dégénératives et à la régulation des fonctions immunitaires.

Il est aussi très antioxydant grâce à la mélanine qu’on retrouve dans sa croute noir.

Chacun sa recette

Certaines personnes aiment boire la décoction nature, bien corsée. C’est ce que vous obtiendrez en faisant frémir 10 g de chaga moulu dans 2 tasses d’eau pendant 15 minutes. Le chaga ne doit pas bouillir, si on veut conserver ses propriétés et éviter d’extraire trop d’amertume. D’autres préfèrent les proportions suivantes : 10 g de chaga pour 1 L d’eau, on laisse frémir pendant une heure. Le résultat sera un peu moins âcre.

Pour plus d’informations :

Native Delicatessen

55 Rue de la Fontaine au Roi, 75011 Paris

tel : 0683858788

http://www.precieusesante.com

Si cet article vous a plu abonnez-vous à notre news letter !

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

    • Bonjour, plus d’informations, vous pouvez vous adresser au distributeur du Chaga en France dont nous avons indiqué les coordonnées. Il est très au fait de ce que le chaga permet et ne permet pas. Bien cordialement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here