Faire une petite siestes est bénéfique contre le vieillissement du cerveau

Prenez soin de votre cerveau et accordez-vous une petite sieste réparatrice lorsque vous en ressentez le besoin. C'est parfait pour votre cerveau

Les siestes régulières peuvent avoir des avantages pour la santé du cerveau. Une nouvelle étude montre que les personnes ayant une prédisposition génétique à faire des siestes ont un volume cérébral plus élevé que les autres, ce qui indique une diminution moindre du vieillissement cérébral par rapport aux non-siesteurs. Bien que l’étude ne révèle pas de lien de causalité entre et la santé du cerveau, elle offre néanmoins une nouvelle perspective d’exploration.

Les bienfaits des siestes pour la santé du cerveau

Des recherches indiquent que les courtes siestes peuvent améliorer la cognition, mais un lien de causalité direct entre les siestes et la santé du cerveau reste à déterminer. Une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’University College London, de l’Université de la République en Uruguay et du Broad Institute dans le Massachusetts utilise une technique d’analyse pour mettre en évidence les relations de causalité.

L’étude examine l’association possible entre une prédisposition génétique à faire des siestes et le volume cérébral, un indicateur de la santé du cerveau. Les chercheurs ont analysé les données de 378 932 participants au UK Biobank, dont l’âge moyen était de 57 ans. Parmi ces personnes, ils ont identifié celles ayant les 92 variantes génétiques associées aux siestes régulières. Ils ont également évalué le volume cérébral, le volume de l’hippocampe, le temps de réaction et la mémoire visuelle des personnes présentant ces marqueurs génétiques.

Les chercheurs ont constaté que les personnes ayant ces caractéristiques génétiques étaient plus susceptibles d’avoir un volume cérébral plus élevé. Une diminution du volume cérébral est associée à la neurodégénérescence sous forme d’atrophie causée par la mort des cellules, il est donc considéré comme un signe de santé. L’étude a été publiée dans Sleep Health.

Les liens entre les siestes et la santé du cerveau

La sieste est une activité ancrée dans de nombreuses cultures, avec des millions de personnes dans le monde qui s’octroient un court repos pendant la journée. Certaines personnes peuvent se sentir coupables de faire la sieste, mais des recherches suggèrent que les siestes ont de la valeur.

Une étude de 2016 a révélé que faire des siestes de 30 à 90 minutes peut avoir des bienfaits cognitifs. Les personnes peuvent se réveiller plus alertes et plus vives après de tels moments de repos. Cependant, la même étude suggère que faire des siestes plus longues peut entraîner des problèmes cognitifs.

La relation entre les siestes et la santé cognitive à long terme reste cependant incertaine. Une étude a révélé que les personnes en bonne santé cognitive qui font des siestes régulières ont un risque plus élevé de développer la maladie d’Alzheimer, tandis qu’une autre étude a trouvé l’effet inverse.

Une relation de causalité ou simplement une association ?

La principale auteure de l’étude a déclaré que son étude avait révélé une augmentation de 15,8 cm3 du volume cérébral total chez les personnes qui faisaient des siestes plus fréquentes. Elle a qualifié cela d' »équivalent à environ 2,6 à 6,5 années de différence de vieillissement ».

Comment les siestes peuvent aider la santé du cerveau

Le sommeil est important pour éliminer les toxines du cerveau et maintenir sa santé. La perte de sommeil à ondes lentes avec l’âge a été associée à une atrophie corticale. Si les siestes contiennent du sommeil à ondes lentes, cela pourrait contribuer à préserver contre le vieillissement cognitif et l’atrophie. Bien que les rêves soient généralement associés au sommeil paradoxal et non au sommeil lent, des recherches récentes indiquent qu’il est possible de rêver même pendant le sommeil lent à ondes delta.

L’importance de bien dormir

Ces résultats contribuent à la compréhension de la relation entre la fréquence des siestes diurnes et la santé du cerveau, même s’il reste du travail à faire sur ce sujet. Bien que les siestes régulières puissent être associées à un volume cérébral plus élevé, il reste encore beaucoup à apprendre sur la relation entre les siestes et la santé du cerveau.

Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour comprendre les mécanismes sous-jacents et déterminer si les siestes peuvent réellement rajeunir le cerveau. En attendant, il est recommandé de maintenir une bonne hygiène de sommeil et de consulter un professionnel de la santé en cas de problèmes de sommeil ou de santé mentale. Prenez soin de votre cerveau et accordez-vous une petite sieste réparatrice lorsque vous en ressentez le besoin.

 

 

Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi
Marie Desange