Doigt à ressaut : les solutions naturelles quand les doigts restent bloqués

34587
image montrant un doigt à ressault
Le doigt à ressaut (ou doigt à ressort) fait suite à une inflammation de la gaine du tendon fléchisseur. Le doigt est alors bloqué.

Doigt à ressaut, l ’un de vos doigts reste replié sur la paume sans que vous ne réussissiez plus à le détendre. Et si vous y parvenez finalement, il s’étend en provoquant un bruit de déclic, comme une gâchette.  C’est non seulement gênant mais aussi douloureux. Les approches naturelles sont là pour vous aider.

Index : Doigt à ressaut

image montrant un doigt à ressaut replié
doigt a ressaut sensation de ressaut des doigts lors de l’extension accompagné d’un ” claquement “

Normalement, le doigt se fléchit et s’étend grâce à deux tendons qui glissent dans la gaine synoviale. Si celle-ci se rétrécit du fait d’une inflammation, les tendons ne peuvent plus coulisser aisément. Les frottements peuvent alors engendrer l’apparition de nodules sur les tendons, ce qui gêne encore davantage leur mobilité. C’est ainsi que le doigt finit par se bloquer.  La seule solution pour déplier le doigt est alors de pousser dessus à sa base pour forcer le tendon à passer dans la gaine.

Le fait que l’un des doigts reste ainsi recroquevillé crée des tensions douloureuses dans la paume de la main. Parfois aussi des sensations de chaleur et de fourmillements, même un gonflement à la base du doigt. Cette pathologie apparaît chez des personnes qui effectuent souvent les mêmes gestes sollicitant particulièrement certains doigts (jouer d’un instrument de musique, tenir toute la journée des ciseaux ou un sécateur dans certaines professions ou activités de loisir) ou qui ont subi un traumatisme au niveau des tendons de la main (accident vélo ou de moto). On la retrouve aussi assez fréquemment chez des patients souffrant d’un syndrome du canal carpien

Des approches douces peuvent aider à atténuer le problème du Doigt à ressaut:

Toujours à partir d’une base d’huile végétale d’arnica (un flacon de 50 ml dont on ôte 20 ml), ajoutez 10 ml d’huile essentielle de Gingembre qui diminuera la fibrose de la gaine et 10 ml d’huile essentielle de Clou de girofle qui elle, va agir sur le tendon et limiter son inflammation. Massez d’abord le doigt en partant de la paume jusqu’à son extrémité, afin de suivre le trajet du tendon qui souffre. Élargissez ensuite à l’ensemble de la paume pour agir sur les tensions.

Il y a des médicaments très intéressants contre les fibroses et scléroses des tissus, notamment tendineux. Par exemple Calcarea fluorica 5 CH, associé à Causticum 7 CH et Ruta graveolens 7 CH, 5 granules de chaque matin et soir. A prendre au long cours.

Il va pétrir en profondeur la gaine qui s’est rétrécie et qui adhère au tendon. Le but est en fait de l’étirer, de la décoller, même de « casser » les fibres qui la composent puis de favoriser leur réparation, grâce notamment à des oligo-éléments (cuivre, silice, soufre), alors que la gaine est en phase dilatée.

L’objectif est évidemment de solliciter le moins possible le doigt en souffrance dans les gestes du quotidien. Par exemple, si vous avez l’habitude de cliquer sur votre souris d’ordinateur avec l’index et que celui-ci souffre d’un ressaut, prenez l’habitude d’utiliser le majeur. Ou vice versa. Pour soulager un doigt à ressaut, il est essentiel de bien veiller à relâcher son corps à chaque fois que l’on se servira de la main dont le doigt est lésé, particulièrement au niveau des épaules. Moins on sera crispé, moins la pathologie évoluera négativement. Cela demande évidemment de faire ses gestes en « pleine conscience », c’est-à-dire de marquer une petite pause avant l’action pour prendre le temps de la visualiser et de la réaliser ensuite calmement.

Tout souci tendineux doit vous amener à surveiller la quantité d’eau que vous avalez !  Mieux on est hydraté, mieux les tissus se dilatent et mieux on réussit à lutter contre les fibroses. On peut rajouter dans son litre d’eau quotidien des oligo-éléments qui auront un effet drainant, purifiant et réparateur sur les tendons (silice, cuivre, soufre). Le thé vert s’avère également intéressant pour sa richesse en antioxydants. Ces derniers ont en effet le mérite de neutraliser les radicaux libres, des substances très agressives contre l’organisme que nos cellules fabriquent au contact de l’oxygène, qui accélèrent le vieillissement des tissus et peuvent provoquer leur fibrose.

En cas de crise de douleur aiguë, parce que vous n’avez pas réussi à mettre suffisamment votre doigt au repos – ce qui convenons-en, est particulièrement difficile, la plupart des gestes quotidiens impliquant les mains ! – vous pouvez porter une attèle afin de l’immobiliser en position tendue. L’inflammation sera ainsi calmée. Mais cette solution n’est valable que sur le court terme, au maximum dix jours et dix nuits. Au-delà, le port de cette attèle provoquera des contractions-rétractations des muscles de la main et un enraidissement des articulations du doigt en souffrance. Ce qui nécessiterait ensuite une rééducation.

A la différence de la phytothérapie qui se sert de la plante toute entière, la gemmothérapie n’utilise que ses bourgeons. Ces derniers concentrent toute la puissance de la future plante ou du futur arbre, c’est-à-dire l’ensemble des principes actifs que l’on trouvera plus tard au niveau de la tige, des feuilles, des fleurs, des branches, de l’écorce. La gemmothérapie est efficace en traitement de fond pour remédier aux déséquilibres du corps, notamment pour réparer les atteintes tendineuses et fibreuses des tissus. On trouve les macérats de bourgeons en vente libre dans les pharmacies.

Votre ordonnance :10 gouttes de cassis pour ses vertus anti-inflammatoires, à prendre le matin car c’est un bourgeon stimulant. 10 gouttes de frêne à midi, pour drainer les molécules pro-inflammatoires et résidus acides qui s’accumulent au niveau du tendon et de la gaine synoviale. 10 gouttes de pin de montagne le soir pour reconstituer les tissus lésés.

Dr Gilles Mondoloni (Paris). Médecin du sport (pratique la mésothérapie, les infiltrations et les injections de PRP). Ancien consultant à la clinique du sport (Nollet, Paris). Médecin ostéopathe (Paris), ancien attaché des Hôpitaux de Paris (service de Médecine physique). Acupuncteur Auriculaire. Phytothérapeute. Chargé d’Enseignement en Naturopathie (Paris), DU Santé Alimentation et Micronutrition. Auteur des livres « Se soigner par l’ostéopathie » aux éditions Odile Jacob (2006) « Stop au mal de dos » aux éditions Solar (2015) « Pour en finir avec l’arthrose et l’ostéoporose: la méthode antidouleur au naturel » aux éditions Solar (2016) «Le guide de l'ostéopathie» aux éditions Odile Jacob (2017)

4 COMMENTAIRES

  1. Merci pour cet info je recommence avec de homéopathie et des massage à l”huile essentiel de gingembre girofle et peut être des oligoéléments je croix que tout cela peut marcher ensemble je suis opéré al”âge 17 ans et la c”est revenue et j”ai 57 ans mais plus de temps de occuper de moi je suis ouvert pour de autre info sur merci encore Irma

  2. Merci pour ces informations précieuses.
    J’ai mon fils de 8 mois qui a un pouce à ressaut, lorsque je lui fais un massage avec les huiles essentielles çà lui fait du bien et son pouce se redresse et la nuit pour dormir je lui met un bandage. Que me conseillez vous ? Car je n’aimerais pas faire une chirurgie.
    D’avance merci beaucoup de votre réponse.
    D’av

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.