Diabète type 2 : Il pourrait y avoir un nouveau facteur de risque selon une étude

Un composant chimique présent en force dans la plupart des produits que nous utilisons au quotidien, pourrait être un des facteurs de risque relatif au diabète de type 2

Le diabète de type 2 peut avoir un impact dévastateur sur les individus et leurs familles, c’est pourquoi toutes les connaissances que nous pouvons acquérir sur ses causes et sur les moyens de le prévenir sont essentielles. Le diabète touche plus de 400 millions de personnes dans le monde, mais la connaissance des facteurs de risque tels que les aliments que nous mangeons, nos niveaux d’activité physique, la génétique et les antécédents familiaux peut nous aider à travailler à la prévention. Dans cet article, nous explorons un composant déclaré inoffensif qui a pourtant fait l’objet d’une étude américaine. Poursuivez votre lecture pour plus de détails.

L’étude en détail.

L’étude SWAN (Study of Women’s Health Across the Nation Multipollutant Study) a suivi 1308 femmes sans diabète en 1999-2000 pendant 6 ans afin de mieux comprendre l’association entre l’exposition aux phtalates et l’apparition du diabète de type 2.

Les phtalates sont un groupe de produits chimiques qui sont ajoutés aux plastiques pour les rendre flexibles, mais on peut également les trouver dans de nombreux autres produits.

L’enquête a utilisé des échantillons ponctuels d’urine prélevés sur des participantes en 1999-2000, puis en 2002-2003. La présence de 11 métabolites de phtalates a été mesurée au cours de cette période. Un modèle de risques proportionnels de Cox a été utilisé pour estimer le ratio de risque (HR) de développer un diabète associé à chaque métabolite de phtalate. Ce modèle comprenait l’ajustement des facteurs démographiques, du mode de vie et des facteurs liés à la santé comme co-variables. La race/ethnicité a également été examinée en tant que modificateur d’effet avec des termes d’interaction.

Les femmes blanches sont plus atteintes que les femmes noires ou asiatiques.

Les résultats de l’étude ont montré qu’un composant particulier – les phtalates – étaient liés à un risque accru de diabète de type 2 chez les femmes blanches vivant aux États-Unis. Les résultats du modèle de risques proportionnels de Cox ont révélé que les personnes présentant des concentrations plus élevées de phtalates avaient un risque plus élevé qui varie entre 30 % et 63 % de développer un diabète que celles présentant des concentrations plus faibles, après ajustement pour toutes les co-variables étudiées. Cependant, ce lien n’a pas été observé chez les femmes d’autres origines raciales/ethniques ou chez les femmes vivant en dehors des États-Unis, ce qui suggère que des facteurs environnementaux ou génétiques différents peuvent être en jeu en ce qui concerne le risque de diabète de type 2 et l’exposition aux phtalates chez les femmes blanches vivant en Amérique.

Dans l’ensemble, ces résultats suggèrent un rôle important de l’exposition aux phtalates dans le risque de développement du diabète de type 2. En particulier chez les femmes blanches résidant en Amérique. L’auteur de l’étude, Mia Q. Peng, titulaire d’un doctorat au département d’épidémiologie de l’école de santé publique de l’université du Michigan, souligne la nécessité de poursuivre les recherches sur les mécanismes sous-jacents de ce lien et les interventions possibles qui pourraient aider à réduire ce risque au sein de ce groupe de population.

Quels sont les produits qui contiennent du phtalate ?

Produits de soins capillaires :

De nombreux produits de soins capillaires, comme les shampooings, les après-shampooings, les mousses et les laques, contiennent souvent du phtalate comme ingrédient ou composant. Cela leur permet de rendre nos cheveux doux et lisses tout en nous protégeant de la chaleur et des outils de coiffage. Le phtalate aide à réduire l’électricité statique dans les cheveux et retient l’humidité pour éviter le dessèchement. En outre, il est un agent de contrôle de la viscosité qui épaissit la formule du produit et facilite son application tout en lui conférant une odeur agréable.

Les jouets :

Les jouets en plastique fabriqués par diverses entreprises sont souvent mélangés à du phtalate afin de créer un matériau souple et flexible qui conserve sa forme plus longtemps que les autres matériaux. Cela permet au jouet de durer plus longtemps tout en offrant aux enfants un produit sûr avec lequel ils peuvent jouer sans craindre les bords tranchants ou les morceaux qui se détachent à cause de l’usure du temps. Le phtalate empêche également le jouet de se fragiliser ou de se briser lorsqu’il est utilisé pendant de longues périodes ou lorsqu’il est soumis à des températures extrêmes.

Matériaux d’emballage :

De nombreux produits emballés dans du carton, du film plastique ou des sacs en papier sont probablement fabriqués à l’aide de phtalate au cours des processus de production. Ce composé chimique permet de rendre les matériaux d’emballage plus souples et plus durables pour un usage quotidien, protégeant ainsi le produit qui y est stocké des dommages causés par l’exposition à la lumière ou à l’humidité au fil du temps. Il permet également au matériau d’emballage d’être facilement plié sans se casser, ce qui améliore son utilisation générale tout en garantissant que le produit arrive intact à destination.

Cosmétiques :

Les cosmétiques tels que les rouges à lèvres, les baumes à lèvres, les lotions, les crèmes, les poudres, les fonds de teint, etc., contiennent du phtalate comme ingrédient, ce qui leur permet de nous offrir une peau plus douce, une meilleure hydratation et une protection contre les rayons ultraviolets (UV). Le phtalate améliore la texture de ces produits en leur donnant une sensation soyeuse tout en les aidant à ne pas s’étaler ou s’effacer lorsqu’ils sont appliqués sur la surface de la peau, ce qui leur permet de durer pendant plusieurs utilisations au cours de la journée.

Pièces automobiles :

Les pièces automobiles telles que les tuyaux et les joints utilisés à l’intérieur des moteurs sont souvent traitées à l’aide du phtalate au cours de leur processus de fabrication, car il agit comme un lubrifiant qui les aide à rester flexibles, même sous les niveaux élevés de chaleur générés par les moteurs à combustion interne pendant de longues périodes, sans se déformer ou se fissurer en raison de l’usure associée à une utilisation constante dans ces conditions. Il empêche également ces pièces automobiles de devenir fragiles en raison d’une exposition à long terme à l’huile et à d’autres produits chimiques agressifs présents dans les composants du moteur, assurant ainsi un fonctionnement plus souple des véhicules sur des périodes prolongées sans nécessiter de travaux d’entretien ou de réparations fréquents sur ces pièces, en particulier lors des intervalles d’entretien réguliers.

Retrouvez la suite de la liste ici !

Comme a mentionné le figaro.fr Santé : « Dans les conditions normales d’usage des produits contenant des phtalates, la population générale n’est que faiblement exposée à ces substances. Les professionnels en charge de leur mise en œuvre peuvent y être davantage exposés. »

Source :

 

Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi
Margot Fontenive