Pollution atmosphérique : même une courte période dans une ville polluée affecte la santé

Quand on part en vacances, on recherche des informations comme la météo, comment se déplacer en ville et où accéder au Wi-Fi gratuit. Mais un nouvel élément d’information important, que personne ne regardait jusqu’à présent, devrait devenir un  nouveau critère de choix décisif : les niveaux de pollution atmosphérique.

Une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’UCLA montre que même une visite à court terme dans une ville gravement polluée peut nuire à la santé. L’étude a porté sur 26 adultes non-fumeurs en bonne santé (avec un âge moyen de 23,8 ans) qui ont voyagé de Los Angeles à Beijing au cours des étés de 2014 et 2015 sur une période de 10 semaines. Les participants à l’étude ont été divisés en deux groupes et des échantillons de sang ont été prélevés dans le premier groupe à huit semaines et dans le deuxième groupe à six semaines après l’arrivée à Pékin. L’étude a été réalisée en collaboration avec l’Université de Pékin.

Pollution atmosphérique : 800% de polluants atmosphérique en plus dans le corps

Les participants à l’étude ont connu des changements importants sur la santé pendant leur séjour à Pékin, y compris des niveaux plus élevés de graisses oxydées, ce qui a entraîné une inflammation cardiaque accrue et un changement dans la fonction enzymatique, qui est associée à une maladie cardiaque. L’étude a également révélé que ces personnes avaient jusqu’à 800 pour cent plus de concentration de polluants atmosphériques dans leur corps en plus qu’ils n’en avaient à Los Angeles.

Les bonnes nouvelles sont que quand ils sont retournés à Los Angeles, la plupart des effets négatifs sur la santé se sont, en grande partie, estompés dans les quatre à sept semaines.

Pékin, Los Angeles, Londres ou Paris : des dépassements des normes courants

Il est bien connu que l’exposition à long terme à la pollution atmosphérique est associée à une augmentation des maladies cardiovasculaires. Mais on ne savait pas si une visite à court terme dans un endroit où la pollution atmosphérique était grave pourrait avoir un impact significatif », a déclaré l’auteur principal de l’étude, le Dr Jesus Araujo, professeur de médecine et de cardiologie environnementale à l’université de Médecine de l’UCLA

À ne pas rater !
Abonnez-vous à la newsletter Presse santé

Recevez chaque semaine et en avant première notre actualité santé : actualités médicales, conseils santé, innovations scientifiques, dossiers complets directement dans votre boite mail !

Adresse e-mail non valide
Essayez c est gratuit. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

« Il est probable que les effets sur la santé seraient encore plus importants après une exposition plus longue à la pollution atmosphérique, des déplacements répétitifs, ou chez des personnes ayant des problèmes de santé préexistants », a déclaré Yan Lin, premier auteur de l’étude.

Ni Pékin ni Los Angeles ne sont connues pour leur air pur, mais la qualité de l’air de Pékin est nettement pire. La concentration de particules en suspension dans l’air à Pékin était en moyenne 371 pour cent plus élevée qu’à Los Angeles au moment de l’étude.

Il est important de noter que Pékin n’est qu’une des nombreuses villes très polluées qui attire des millions de touristes et de voyageurs d’affaires chaque année. Plusieurs autres villes en Chine et en Inde sont parmi les plus polluées au monde. Même Londres et Paris ont des niveaux de pollution qui dépassent les limites légales fixées par l’Organisation mondiale de la santé.

Comment se protéger des polluants atmosphériques en ville

Il existe des moyens d’atténuer le risque de développer des problèmes de santé lorsque vous voyagez dans des villes polluées. Eviter l’activité physique intense, comme courir à l’extérieur ou faire de la randonnée. Pour les personnes atteintes de maladies cardiovasculaires préexistantes, éviter de se rendre à ces endroits pendant de longues périodes, en particulier aux heures de pointe où les niveaux de pollution atmosphérique sont élevés. Si l’on doit voyager pendant de longues périodes de temps, le médecin recommande de rester à l’intérieur autant que possible avec purificateurs d’air.

Source:
Yan Lin et al. Pro-Oxidative and Pro-Inflammatory Effects After Traveling from Los Angeles to Beijing: A Biomarker-Based Natural Experiment, Circulation (2019). DOI: 10.1161/CIRCULATIONAHA.119.042054