Surconsommation de sel : Conséquences, risques et conseils

Le sel se compose approximativement de 40 % de sodium et de 60 % de chlorure. On l’utilise en règle générale pour assaisonner les aliments ou pour les conserver. Mais malgré ses fonctions essentielles, une surconsommation de sel peut avoir des effets désagréables, à court et à long terme.

Où se trouve le sel ?

Il existe deux principales sources :

  • Le sel  » apparent  » : celui que le consommateur ajoute lui-même lorsqu’il cuisine ou à table. En réalité, il ne constitue que 10 à 20 % du sel consommé.
  • Le sel dit « caché » : il existe naturellement dans certains produits ou peut être introduit au cours du processus de fabrication. On le trouve dans de nombreux produits tels que le pain, le fromage, la charcuterie, les condiments (moutarde, bouillon, etc.), etc. ou dans des préparations telles que les plats cuisinés, les soupes, les jus de légumes, biscuits, pâtisseries… Le sel est le principal élément de notre alimentation (environ 80 %).

Quelques directives sur la quantité de sel dans nos aliments :

On retrouve 1/5e des 5 g recommandés par jour, soit 1 g de sel dans :

– une rondelle de saucisse.

– une poignée de crackers ou de chips.

– un quart d’un sandwich.

– un bol de soupe.

– 4 parts de pain.

– une tranche de pizza.

LES EFFETS QU’ON RISQUE À MANGER TROP SALÉ :

Conséquences à court terme d’une consommation excessive de sel.

Les effets à court terme se font sentir peu après la consommation de grandes quantités de sel. Parmi les principaux effets à court terme d’une consommation excessive de sel, on trouve le gonflement des mains et des pieds ou du visage. Certaines personnes se sentent ballonnées en raison de la rétention d’eau ou ont une soif intense après un repas salé. En général, ce type d’effets est passager, et le corps évacue l’excès de sodium et retrouve un état moins ballonné après avoir bu plusieurs verres d’eau et réduit délibérément l’apport en sodium des prochains repas.

Les effets de la surconsommation de sel à long terme.

De plus graves effets secondaires surviennent quand les consommateurs ingèrent de grandes quantités de sel sur de longues périodes.

Un taux de sodium plus élevé dans le sang limite la capacité des reins à éliminer l’eau, ce qui accroît le volume sanguin global et exerce une pression sur les vaisseaux sanguins de l’organisme. L’hypertension artérielle peut, à terme, entraîner des AVC et des défaillances cardiaques congestives. Puisque les reins font sans cesse des heures supplémentaires pour évacuer l’excès de sel, ils peuvent développer des maladies rénales.

La consommation d’une quantité excessive de sel sur de longues périodes risque également d’entraîner une accumulation de liquide dans les tissus et les cavités du corps. En outre, une alimentation riche en sodium peut conduire l’organisme à rejeter du calcium en petites quantités, ce qui peut éventuellement conduire à l’ostéoporose.

COMMENT RÉDUIRE SA CONSOMMATION DE SEL :

Il ne faut pas bannir le sel de son alimentation, car le sodium reste un élément essentiel pour faire fonctionner notre organisme. En revanche, il est conseillé d’éviter autant que possible les plats industriels contenant de grandes quantités de sel et de privilégier les sources pures de sodium.

  1. Suivre sa consommation de sodium.

Il faut d’abord déterminer la quantité de sodium consommée chaque jour et découvrir les sources riches en sodium dans son alimentation.

Une fois la fréquence de la consommation des aliments salés, est déterminée, il est possible d’apporter des changements qui correspondent aux objectifs de santé fixés.

  1. Réduire les aliments salés.

Les principaux coupables sont :

  • Les soupes en conserve.
  • Les frites et le pop-corn au micro-ondes.
  • Les assaisonnements comme la sauce soja.
  • Les repas surgelés.
  • Les cornichons et les olives.
  1. Ajouter de la saveur avec d’autres assaisonnements.
  2. Préparer ses repas à la maison.
  3. Manger des aliments riches en Potassium.

Ajouter plus de ce minéral à son alimentation en mangeant des aliments riches en potassium, comme : Les avocats. Les bananes. Les champignons. Les petits pois. Les pommes de terre. Épinards. Tomates. Oranges.

 

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un proffesionel de santé.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -