Palmier nain : origine, vertus et indications thérapeutiques

bienfaits du palmier nain

Le palmier nain est une plante venue tout droit du Sud des Etats-Unis et de l’Amérique centrale et du Sud. Son nom scientifique est Sabal Serrulata ou Serenoa Repens. Il fait partie de la famille des Arecaceae et est aussi appelé Palmier de Floride, Palmier-scie ou Saw-palmetto. Ce petit arbre pousse facilement à l’état sauvage et ne dépasse pas les 3 m. Ces principes actifs sont notamment les phytostérols, les alcools aliphatiques, et les acides gras libres et les esters d’acides gras.

Quand utiliser le palmier nain ?

En phytothérapie, cette plante est particulièrement prisée pour traiter l’hypertrophie bénigne de la prostate. Ce trouble correspond à l’augmentation du volume de la prostate, ce qui conduit à comprimer l’urètre et la vessie. L’homme qui en souffre connaît alors divers troubles de la miction (douleurs, envie fréquente d’uriner,…). Grâce à ses principes actifs, le palmier nain peut inhiber l’activité de l’enzyme responsable de ces problèmes de miction et diminuer les symptômes de l’hypertrophie bénigne de la prostate.

A part cela, le palmier nain est aussi indiqué en cas de :

  • Prostatite chronique ou inflammation de la prostate ;
  • Alopécie androgénétique. Il s’agit de la perte de cheveux provoquée par des troubles hormonaux ;
  • Hirsutisme. Ce problème de santé correspond à une croissance anormale de la pilosité chez la femme. Ces poils apparaissent surtout au niveau du menton, autour des mamelons, dans la zone de la moustache ou en bas de l’abdomen ;
  • Dermatite séborrhéique ou problème de cheveux gras. Le palmier nain peut est aussi un traitement efficace pour traiter les cheveux gras, car il agit en limitant la production excessive de sébum ;
  • Problème d’acné. En régulant la sécrétion de sébum, cette plante peut aussi être utilisée en guise de traitement des peaux acnéiques ;
  • Troubles relatifs au système urinaire chez les hommes ;
  • Troubles au niveau des seins ;
  • Affections digestives ;
  • Dysenterie.

A part ces effets sur ces divers troubles de la santé, il est aussi réputé pour ses propriétés aphrodisiaque, expectorant et antiseptique.

Sous quelle forme utiliser cette plante ?

En phytothérapie, ce sont généralement les fruits du palmier nain que l’on utilise. Ceux-ci sont utilisés sous forme d’extraits de fruits, de teinture mère et d’extraits normalisés. Il existe également des gélules à base de fruits de palmier nain.

Comment profiter des bienfaits du palmier nain ?

Le mode d’emploi et la posologie du palmier nain dépendent de la forme prise. Et pour en tirer le meilleur des effets thérapeutiques, sachez que :

  • En teinture : une dose de 1 à 2 ml 3 fois par jour est suffisante.
  • En gélules : il est conseillé de suivre les indications du fabricant.
  • Et en extraits : le palmier nain se prend à raison de 160 mg, 2 fois par jour.

Quelles précautions prendre pour l’utiliser correctement ?

Pour profiter de tous les vertus thérapeutiques du palmier nain, il vous savoir qu’il peut être à l’origine de plusieurs effets secondaires. Il peut être à l’origine de démangeaisons, de maux de tête, de légers troubles intestinaux et d’hypertension artérielle. Il convient aussi de souligner que les effets bénéfiques de cette plante médicinale ne se ressentent qu’après 1 ou 2 mois de traitement. Enfin, cette plante est fortement déconseillée lors d’une hormonothérapie et durant la grossesse.