Test de PSA: Une analyse essentielle pour la détection précoce du cancer de la prostate

Voici en détail l'utilité du test PSA, ses limitations et préoccupations, ainsi que les autres tests disponibles pour le dépistage et le suivi du cancer de la prostate.

Le test de l’antigène spécifique de la prostate (PSA) est une analyse sanguine utilisée pour le dépistage du cancer de la prostate, ainsi que pour le suivi du traitement de la maladie et la détection des récidives. Voici en détail l’utilité du test PSA, ses limitations et préoccupations, ainsi que les autres tests disponibles pour le dépistage et le suivi du cancer de la prostate.

Le rôle du test PSA

Le test PSA est utilisé à la fois pour le dépistage et pour évaluer l’évolution d’un cancer de la prostate déjà diagnostiqué. Il mesure le taux sanguin de l’antigène spécifique de la prostate, une protéine sécrétée uniquement par les cellules de la prostate et ayant pour fonction de liquéfier le sperme. Le PSA est produit à la fois par les cellules normales et cancéreuses de la prostate, bien que les cellules cancéreuses puissent en produire davantage.

Dépistage et évaluation des symptômes

Le test PSA a été approuvé en 1994 pour le dépistage du cancer de la prostate chez les hommes ne présentant aucun signe de la maladie. Il peut également être effectué pour évaluer les hommes présentant des signes et symptômes du cancer de la prostate ou des facteurs de risque de la maladie. Cependant, les recommandations quant à l’âge et la fréquence des tests varient selon les organismes de santé.

Suivi du cancer de la prostate

Le test PSA a été initialement utilisé pour surveiller l’évolution du cancer de la prostate pendant le traitement, et c’est toujours le cas aujourd’hui. Il est également effectué pour dépister les récidives de la maladie après le traitement initial. Le suivi régulier du PSA peut aider les médecins à détecter précocement toute augmentation du taux de PSA, ce qui pourrait indiquer une rechute du cancer.

Limitations et préoccupations

Le test PSA a suscité une controverse ces dernières années en raison de ses limites et des préoccupations associées à ses résultats. Les principales limitations sont les faux positifs et les faux négatifs.

Les faux positifs peuvent être causés par des niveaux élevés de PSA dus à d’autres raisons que le cancer de la prostate, tels que le vieillissement, l’inflammation de la prostate (prostatite) ou l’hypertrophie bénigne de la prostate (HBP). Des activités telles que les rapports sexuels récents, un exercice intensif, une infection des voies urinaires, un examen rectal numérique ou un cathéter de Foley peuvent également fausser les résultats du test.

Les faux négatifs se produisent lorsque les niveaux de PSA se situent dans la « fourchette normale », mais qu’un cancer de la prostate est présent. De plus, l’obésité et certains médicaments utilisés pour traiter l’HBP peuvent réduire les niveaux de PSA.

Il est important de noter que même si un cancer de la prostate est diagnostiqué sur la base d’un test PSA et d’autres examens complémentaires, cela ne garantit pas nécessairement une réduction du risque de décès lié à la tumeur. Environ 20% à 50% des hommes diagnostiqués avec un cancer de la prostate grâce au dépistage du PSA ne développeraient jamais de symptômes de la maladie au cours de leur vie. En même temps, un nombre significatif de ces hommes peuvent être confrontés aux effets secondaires du traitement, tels que l’incontinence urinaire et la dysfonction érectile.

Tests similaires et avancés

Outre le test PSA traditionnel, il existe plusieurs variations et tests avancés qui peuvent être utilisés pour améliorer la précision du dépistage et du suivi du cancer de la prostate. Certains de ces tests peuvent être effectués en complément du test PSA classique, tandis que d’autres sont réalisés séparément :

Vélocité du PSA : La vélocité du PSA mesure la vitesse à laquelle le taux de PSA change dans le temps. Bien qu’un changement du PSA au fil du temps soit souvent considéré comme plus préoccupant que le taux absolu de PSA, le rôle de ce test dans le dépistage du cancer de la prostate est encore incertain. Il peut être utilisé pour déterminer si des examens supplémentaires sont nécessaires ou pour évaluer la progression d’un cancer de la prostate déjà diagnostiqué.

Doublement du PSA : Le doublement du PSA est une autre façon d’évaluer la vélocité du PSA. Par exemple, un doublement rapide du PSA, ou une augmentation de 0,35 ng/mL ou plus en un an, pour une valeur de PSA inférieure à 4,0 ng/mL, peut indiquer un cancer à croissance rapide.

PSA libre : Lorsque le taux de PSA total se situe entre 4,0 et 10,0 ng/mL, un taux de PSA libre inférieur à 10% augmente la probabilité de la présence d’un cancer de la prostate, en fonction de l’âge. En revanche, un taux élevé de PSA libre (plus de 25%) indique un faible risque de cancer de la prostate, en fonction de l’âge. En dehors de cette fourchette, le test PSA libre est moins pertinent. Par exemple, une biopsie de la prostate est généralement recommandée pour un taux de PSA total supérieur à 10,0 ng/mL, indépendamment de la valeur du PSA libre.

Densité du PSA : Ce test compare la quantité de PSA à la taille de la prostate sur une IRM ou une échographie. Les cancers de la prostate produisent généralement plus de PSA par volume de tissu que les cellules normales de la prostate. Cependant, ce test est quelque peu limité car il nécessite une échographie ou une IRM de la prostate pour effectuer la comparaison.

Pro-PSA : Un test de pro-PSA peut être effectué lorsque le taux de PSA se situe entre 4 et 10, afin de distinguer un PSA élevé dû à une HBP d’un PSA élevé dû à un cancer de la prostate.

PSA spécifique à l’âge : L’âge peut être pris en compte lors de l’évaluation du taux de PSA, car celui-ci a tendance à augmenter avec l’âge.

Biomarqueurs combinés au PSA : D’autres tests peuvent être combinés avec le PSA pour améliorer sa valeur prédictive. Le test PCA3 est un test urinaire réalisé pour détecter une fusion de gènes fréquente chez les hommes atteints de cancer de la prostate. D’autres biomarqueurs sont également en cours d’évaluation, tels que la peptidase 3 liée à la kallikréine et le gène TMPRSS2-ERG.

Il est important de noter que la réalisation de ces tests avancés dépend du professionnel de santé en charge du suivi, du laboratoire et/ou du profil de santé du patient.

Autres tests de dépistage de la prostate

La plupart des professionnels de santé estiment que le test PSA devrait être effectué en complément d’un examen rectal numérique et que les deux tests ne devraient pas être utilisés seuls. Étant donné la proximité de la prostate avec le rectum, un examen rectal permet aux professionnels de santé de palper la glande pour détecter d’éventuelles masses, de la fermeté, etc.

Risques et contre-indications

Comme tout test médical, le test PSA comporte des risques potentiels et peut être contre-indiqué dans certaines situations. Les principaux risques du test PSA sont liés aux résultats faux négatifs et faux positifs.

Un faux négatif peut donner une fausse confiance en indiquant un faible taux de PSA alors que le cancer est présent. Les faux positifs sont généralement encore plus préoccupants. Ils peuvent conduire à un surdiagnostic, à un surtraitement et à tous les risques associés aux procédures diagnostiques (comme les biopsies) et aux traitements (comme la chirurgie). Le risque émotionnel lié à un faux positif ne doit pas non plus être sous-estimé.

En ce qui concerne les contre-indications, le test PSA n’est généralement pas recommandé avant l’âge de 40 ans pour les hommes présentant un risque moyen. De plus, le dépistage doit généralement être évité chez les hommes dont l’espérance de vie est inférieure à 10 à 15 ans, car la plupart des cancers de la prostate évoluent lentement et les risques des traitements pour un cancer de la prostate « moyen » sont susceptibles de dépasser les bénéfices potentiels.

Avant le test, il est important de discuter avec votre professionnel de santé des risques et des avantages du test, ainsi que des attentes en cas de résultats anormaux. Comprendre les limites du test et prendre une décision éclairée quant à la nécessité du test dans votre cas sont essentiels pour minimiser les risques associés.

Votre professionnel de santé évaluera également vos facteurs de risque de cancer de la prostate, tels que les antécédents familiaux de la maladie, ainsi que les éventuels symptômes que vous présentez.

Déroulement du test PSA

Le test PSA consiste en un simple prélèvement sanguin qui ne prend généralement pas plus de cinq minutes. Il faut généralement quelques jours pour que votre professionnel de santé reçoive les résultats du test et vous les communique. Si vous n’avez pas reçu vos résultats, ne supposez pas qu’ils sont normaux.

Le test PSA peut être effectué dans la plupart des cliniques. L’échantillon sanguin peut être analysé sur place ou envoyé à un laboratoire externe. Vous pouvez porter des vêtements normaux pour le prélèvement sanguin, bien qu’il soit utile d’avoir une chemise qui se déboutonne facilement au poignet pour exposer les veines de votre bras.

Il n’y a pas de restrictions alimentaires nécessaires avant le test. Cependant, il est souvent recommandé d’éviter l’éjaculation pendant un jour ou deux avant le test, car celle-ci peut augmenter les niveaux de PSA. De même, une activité physique intense peut également entraîner une augmentation du taux de PSA et devrait être réduite dans les jours précédant le test.

Interprétation des résultats

Le délai de disponibilité des résultats peut varier, mais ils sont généralement rendus dans les quelques jours qui suivent le test. Votre professionnel de santé peut vous appeler pour vous communiquer les résultats ou vous demander de vous rendre à son cabinet pour discuter de vos analyses.

En général, plus le taux de PSA est élevé (supérieur à 4 ng/mL), plus le risque de présence d’un cancer est élevé. Cependant, les niveaux peuvent être significativement supérieurs à 4 ng/mL sans que cela ne soit un cancer, ou le nombre peut être inférieur à 4 ng/mL même si un cancer est présent. Les résultats de chaque homme doivent être évalués individuellement pour déterminer si des examens complémentaires sont nécessaires (en dehors de l’examen rectal numérique).

Plus le taux de PSA est élevé, moins il est probable qu’un résultat soit un faux positif. Pour les hommes qui subissent une biopsie en raison d’un taux de PSA compris entre 4 nanogrammes par microlitre (ng/mL) et 10 ng/mL, seul un homme sur quatre sera finalement diagnostiqué avec un cancer de la prostate. Lorsque le taux de PSA est supérieur à 10 ng/mL, environ 42 % à 68 % des hommes seront diagnostiqués avec un cancer.

Suivi des résultats anormaux

Si votre taux de PSA est clairement « normal », votre professionnel de santé vous indiquera à quel moment le prochain test devrait être effectué (les recommandations varient et évoluent).

Si votre résultat est anormal, la première étape consiste souvent à répéter le test. Les erreurs de laboratoire ne sont pas rares. Il est également important d’exclure tout autre facteur que le cancer de la prostate et qui pourrait entraîner une augmentation du taux de PSA, comme la prostatite ou l’HBP.

La prochaine étape consiste à déterminer si des examens complémentaires sont indiqués ou s’il serait préférable de simplement répéter le test de PSA à une date ultérieure. Un taux de PSA supérieur à 10 nécessite souvent des examens complémentaires. Cependant, cela doit être adapté à chaque cas pour déterminer si les risques des examens complémentaires l’emportent sur les bénéfices de la détection et du traitement de la maladie.

Un taux de PSA compris entre 4 ng/mL et 10 ng/mL est considéré comme une « zone grise » et nécessite une évaluation approfondie en tenant compte des facteurs de risque, de l’âge, de l’état de santé général, des symptômes éventuels, des préférences personnelles, etc. L’évolution du taux de PSA dans le temps doit également être prise en compte et est parfois plus importante que la valeur absolue du PSA. Les hommes peuvent également envisager d’autres variations du PSA, telles que le PSA libre, lorsqu’ils prennent des décisions.

Si des examens complémentaires sont nécessaires (il est important de noter qu’un test de PSA, avec ou sans examen rectal numérique, ne peut pas diagnostiquer le cancer de la prostate), des tests tels que l’échographie transrectale, l’IRM multiparamétrique avec biopsies ciblées des régions anormales ou la biopsie aléatoire guidée par échographie peuvent être réalisés. Il est à noter que même avec des biopsies, le cancer de la prostate peut parfois être manqué. Pour les hommes de plus de 50 ans présentant un taux de PSA persistamment élevé mais des biopsies négatives, un test d’ARN PCA3 pourrait être envisagé.

Il est important de souligner qu’après une prostatectomie, l’objectif est souvent d’obtenir un taux de PSA de 0. Si un traitement par radiothérapie a été administré, le taux de PSA est généralement détectable, mais à un niveau bas (<1).

 

Le test PSA reste un outil essentiel pour la détection précoce du cancer de la prostate. Bien qu’il puisse présenter des limitations et des préoccupations, il peut aider à identifier précocement la présence d’un cancer de la prostate et à suivre son évolution. Les tests avancés et les variations du PSA peuvent également contribuer à améliorer la précision du dépistage et du suivi.

Il est essentiel que chaque homme discute avec son professionnel de santé des risques et des avantages du test PSA, et prenne une décision éclairée sur la nécessité du test dans son cas spécifique. Il est également important d’être attentif aux facteurs de risque de cancer de la prostate et de persister dans la recherche d’informations et de soins de santé appropriés. Le dépistage précoce peut sauver des vies, mais il est également crucial de peser les risques et les bénéfices avant de prendre des décisions concernant le traitement.

N’oubliez pas que cet article est une source d’informations générales et ne remplace pas les conseils médicaux personnalisés. Consultez toujours votre professionnel de santé pour obtenir des conseils adaptés à votre situation individuelle.

4.7/5 - (3 votes) Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi
Francois Lehn