Avez-vous besoin de contacter la rédaction ? Envoyez vos e-mails à [email protected] ou sur notre formulaire.
Le saviez vous ?

Mythe persistant : « Nous n’utilisons que 10% de notre cerveau »

Une croyance populaire soutient que nous n'utilisons que 10% de notre cerveau, mais les recherches scientifiques ont réfuté ce mythe persistant.

Francois Lehn

La santé du cerveau est une préoccupation majeure pour de nombreuses personnes. Une croyance populaire soutient que nous n’utilisons que 10% de notre cerveau, mais les recherches scientifiques ont réfuté ce mythe persistant. Voici en détail combien de notre cerveau nous utilisons réellement, débunkerons certaines idées fausses courantes et présenterons des faits intéressants sur le cerveau.

Combien de notre cerveau utilisons-nous réellement ?

Ce mythe des 10% a été démystifié dans une étude publiée dans Frontiers in Human Neuroscience. Des techniques d’imagerie cérébrale, telles que l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf), permettent de mesurer l’activité du cerveau pendant que quelqu’un effectue différentes tâches. Ces méthodes ont montré que la plupart de notre cerveau est utilisée la plupart du temps, même lorsqu’une personne effectue une action très simple. Une grande partie du cerveau est même active lorsque nous sommes au repos ou en train de dormir. Le pourcentage du cerveau utilisé à un moment donné varie d’une personne à l’autre et dépend également de ce que la personne fait ou pense.

D’où vient le mythe des 10% ?

Il n’est pas clair comment ce mythe a commencé, mais il existe plusieurs sources possibles. Dans un article publié en 1907 dans la revue Science, le psychologue et auteur William James soutenait que les humains n’utilisent qu’une partie de leurs ressources mentales, sans préciser de pourcentage.

La figure a été mentionnée dans le livre de Dale Carnegie « Comment se faire des amis et influencer les autres » publié en 1936. Le mythe était décrit comme quelque chose que le professeur de l’auteur disait à l’époque.

Certains scientifiques croyaient à l’époque également que les neurones représentent environ 10% des cellules du cerveau. Cela aurait pu contribuer au mythe des 10%. Le mythe a été répété dans des articles, des émissions de télévision et des films, ce qui explique pourquoi il est si largement cru.

Améliorer les fonctions cérébrales

Comme tout autre organe, le cerveau est affecté par le mode de vie, l’alimentation et le niveau d’exercice d’une personne. Voici quelques choses que l’on peut faire pour améliorer la santé et les fonctions du cerveau.

Adopter une alimentation équilibrée

Une alimentation saine améliore la santé et le bien-être général. Elle réduit également le risque de développer des problèmes de santé susceptibles de conduire à la démence, tels que les maladies cardiovasculaires, l’obésité à l’âge mûr et le diabète de type 2.

Certains aliments favorisent la santé du cerveau, notamment :

  • Les fruits et légumes à peau foncée, riches en vitamine E, tels que les épinards, le brocoli et les myrtilles.
  • Certains sont riches en bêta-carotène, comme les poivrons rouges et les patates douces. La vitamine E et le bêta-carotène favorisent la santé du cerveau.
  • Les poissons gras, tels que le saumon, le maquereau et le thon, riches en acides gras oméga-3, qui peuvent soutenir les fonctions cognitives.
  • Les noix riches en antioxydants, qui favorisent la santé du cerveau.

Il existe une sélection de noix et de pacanes disponibles à l’achat en ligne.

Faire de l’exercice régulièrement

L’exercice régulier réduit également le risque de problèmes de santé susceptibles de conduire à la démence. Des activités cardiovasculaires telles que la marche rapide pendant 30 minutes par jour peuvent suffire à réduire le risque de déclin des fonctions cérébrales.

D’autres options accessibles et peu coûteuses comprennent :

Le vélo
La course à pied
La natation

Stimuler régulièrement le cerveau

Plus une personne utilise son cerveau, meilleure est la fonction mentale. Par conséquent, les exercices d’entraînement cérébral sont un bon moyen de maintenir la santé globale du cerveau. Une étude récente menée sur 10 ans a révélé que les personnes qui ont utilisé des exercices d’entraînement cérébral ont réduit le risque de démence de 29%. L’entraînement le plus efficace se concentrait sur l’augmentation de la vitesse du cerveau et de sa capacité à traiter rapidement des informations complexes.

Autres mythes sur le cerveau

Il existe plusieurs autres mythes populaires sur le cerveau, que nous allons discuter et débunker ci-dessous.

Cerveau gauche vs cerveau droit

Beaucoup croient qu’une personne est soit cerveau gauche, soit cerveau droit, les personnes cerveau droit étant plus créatives et les personnes cerveau gauche étant plus logiques. Cependant, des recherches suggèrent que c’est un mythe : les personnes ne sont pas dominées par un hémisphère cérébral ou l’autre. Une personne en bonne santé utilise constamment les deux hémisphères.

Il est vrai que les hémisphères ont des tâches différentes. Par exemple, une étude dans PLOS Biology a discuté de l’implication de l’hémisphère gauche dans le traitement du langage et de l’hémisphère droit dans le traitement des émotions.

Alcool et cerveau

L’alcoolisme à long terme peut entraîner de nombreux problèmes de santé, y compris des lésions cérébrales. Cependant, dire que l’alcool tue les cellules cérébrales est trop simpliste. Les raisons en sont complexes.

Si une femme boit trop d’alcool pendant la grossesse, cela peut affecter le développement du cerveau du fœtus et même provoquer le syndrome d’alcoolisation fœtale. Le cerveau des bébés atteints de ce syndrome peut être plus petit et contenir moins de cellules cérébrales, ce qui peut entraîner des difficultés d’apprentissage et de comportement.

Messages subliminaux

Les recherches suggèrent que les messages subliminaux peuvent provoquer une réponse émotionnelle chez les personnes qui ne sont pas conscientes d’avoir reçu un stimulus émotionnel. Mais les messages subliminaux peuvent-ils aider une personne à apprendre de nouvelles choses ?

Une étude publiée dans Nature Communications a révélé que l’écoute d’enregistrements de vocabulaire pendant le sommeil pouvait améliorer la capacité d’une personne à se souvenir des mots. Cela n’était vrai que pour les personnes qui avaient déjà étudié le vocabulaire.

Les chercheurs ont noté que le fait d’entendre des informations pendant le sommeil ne peut pas aider une personne à apprendre de nouvelles choses. Cela peut seulement améliorer la capacité de rappel des informations apprises plus tôt, lorsque la personne était éveillée.

Les plis du cerveau

Le cerveau humain est recouvert de plis, communément appelés « rides ». Le creux de chaque pli est appelé le sillon et la partie bombée est appelée le gyrus.

Certains pensent qu’une nouvelle ride se forme à chaque fois qu’une personne apprend quelque chose. Ce n’est pas le cas. Le cerveau commence à se plisser avant la naissance et ce processus se poursuit pendant l’enfance. Le cerveau fait constamment de nouvelles connexions et en brise d’autres, même à l’âge adulte.

Faits sur le cerveau

Maintenant que nous avons démystifié certains mythes couramment répandus, voici quelques faits intéressants sur le cerveau.

Utilisation de l’énergie
Le cerveau représente environ 2% du poids d’une personne, mais utilise 20% de leur oxygène et de leurs calories.

Hydratation
Établi pour la première fois en 1945, les scientifiques estiment que le cerveau contient environ 73% d’eau. Il est important de garder le cerveau hydraté. Une déshydratation de seulement 2% peut affecter la capacité d’une personne à effectuer des tâches nécessitant de l’attention, de la mémoire et des compétences motrices.

Cholestérol
Le cholestérol est un type de graisse que les gens considèrent souvent comme mauvaise pour leur santé. Il est vrai que manger trop de cholestérol est mauvais pour le cœur. Cependant, de nombreuses personnes ignorent que le cholestérol joue un rôle important dans le cerveau. Sans cholestérol, les cellules du cerveau ne pourraient pas survivre. Environ 25% du cholestérol du corps est contenu dans les cellules du cerveau.

A retenir

En raison de sa complexité, les scientifiques continuent d’apprendre sur le cerveau. La notion selon laquelle une personne n’utilise que 10% de son cerveau est un mythe. Les scanners IRMf montrent que même des activités simples nécessitent presque l’implication de plusieurs parties du cerveau.

 

 

 

Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi