Avez-vous besoin de contacter la rédaction ? Envoyez vos e-mails à [email protected] ou sur notre formulaire.
Médecine douceGuide des plantes médicinales

L’ylang-ylang : la médecine naturelle qui sent bon

Aline Legrand

L’ylang-ylang est une plante exotique de la famille des Annonacées. Originaire d’Asie du sud-est, son nom signifie en philippin « la fleur des fleurs ». Son appellation scientifique est Cananga odorata. Elle est riche d’une huile essentielle fortement concentrée en actifs. La première distillation, très chère et réservée à la parfumerie, se nomme quintessence. Les suivantes, « extra » et « première » sont prisées en phytothérapie. Quels sont leurs secrets ?

Quelles sont la composition et les propriétés de l’ylang-ylang ?

L’huile essentielle contient principalement :

  • esters terpéniques : acétate de linalyle (sédatif, anxiolytique, antalgique, spasmolytique), acétate de géranyle (sédatif, antifongique),
  • sesquiterpènes : potentiellement anti-inflammatoires, anticancéreux, antalgiques, sédatifs, dont du germacrène-D antifongique, antibactérien, antiviral,
  • alcool monoterpénique : linalol (relaxant, anti-inflammatoire, antalgique, antibactérien, antifongique), géraniol (antibactérien, antiviral, anti-inflammatoire, antioxydant),
  • alcools sesquiterpéniques : comme le farnésol (sédatif, antispasmodique, possiblement anticancéreux).
Ses propriétés sont essentiellement calmantes, relaxantes, hypotensives, anti-inflammatoires, antispasmodiques, antimicrobiennes.

Quels sont ses usages phytothérapeutiques ?

  • améliorer les troubles cardiaques et cardiovasculaires : son effet hypotenseur et sédatif agit contre les troubles du rythme cardiaque,
  • soulager les spasmes : respiratoires, contractions musculaires et articulaires, douleurs menstruelles,
  • diminuer les insomnies : calme les tensions nerveuses et les troubles du sommeil associés (angoisse nocturne, nervosité empêchant de dormir),
  • atténuer la fatigue : tonique pour le corps, elle aide à combattre le surmenage, améliore l’humeur (sautes d’humeur durant la ménopause) et relance l’élan psychique. Elle est réputée être aphrodisiaque (asthénie sexuelle),
  • soutenir l‘épiderme : cicatrice, calme les inflammations, ralentit le vieillissement des tissus.

Comment l’utiliser ?

Elle ne doit pas être utilisée par voie orale. Son ingestion peut provoquer des nausées, étourdissements et des troubles neurologiques.
Toujours la diluer dans une huile de support (1 à 20 gouttes d’huile essentielle pour 100 gouttes d’huile végétale) et tester avant l’application sur la peau pour prévenir une allergie.
  • en voie cutanée : massage du plexus solaire, du ventre, des articulations et des muscles ou application sur la peau, 3 à 4 fois par jour.
  • en diffusion : diffuser dans l’air une vingtaine de minutes avant le coucher.
  • en inhalation sèche : 2 gouttes sur un mouchoir à respirer dans la journée, 3 à 4 fois maximum.

Quelles sont les précautions d’emploi ?

L’huile essentielle d’ylang-ylang est contre-indiquée pendant la grossesse et l’allaitement, chez les jeunes enfants et les personnes ayant des antécédents épileptiques.

Utilisée pure, peut provoquer des irritations cutanées. Risque d’interaction médicamenteuse avec les hypertenseurs et les anticoagulants.

Ne pas utiliser de manière prolongée, consultez un médecin si aucune amélioration.

Toujours prendre l’avis d’un professionnel de santé car l’automédication peut présenter des risques.

Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi