Les bénéfices de la bourrache en phytothérapie

La bourrache, connue sous le surnom de langue de bœuf, a été rapportée durant les croisades du Proche-Orient en Europe où elle pousse abondamment au bord des chemins, dans les jardins et les terrains vagues. Elle appartient à la famille des Boraginacées et son nom scientifique est Borago officinalis. Au départ, on lui a attribué des vertus magiques aphrodisiaques. Mais au fur et à mesure, des propriétés médicinales ont été découvertes. Quelles sont-elles ?

Quelle est la composition de la bourrache ?

La bourrache contient :
  • des mucilages : ces polysaccharides ont des effets anti-inflammatoires, émollients et décongestionnants,
  • de l‘allantoïne : anti-inflammatoire, cicatrisante,
  • des flavonoïdes : des flavonols et des anthocyanes dans les fleurs (anti-inflammatoires et antioxydants, protecteurs cardiovasculaires, dépuratifs),
  • des alcaloïdes pyrrolizidiniques : aucune application thérapeutique, ils sont hépato et néphrotoxiques
  • du sel de potassium : diurétique,
  • de l’huile végétale : riche en acides gras essentiels poly-insaturés (oméga-6, acides linoléiques et gamma-linoléiques) et oléiques (oméga-9), elle contient aussi, en moindre quantité, des acides gras saturés (comme l’acide palmitique) nocifs à la santé cardiovasculaire.

Quelles sont ses indications thérapeutiques ?

  • soulager les problèmes respiratoires :  rhume, grippe et toux,
  • soigner la peau : apaise, régénère, hydrate, améliore le psoriasis, l’eczéma, l’herpès, prévient l’apparition des vergetures et des rides,
  • drainer les voies urinaires,
  • améliorer le transit intestinal.

Comment l’utiliser ?

La plante est délicate à utiliser en raison des alcaloïdes pyrrolizidiniques : les tisanes ne sont plus conseillées, surtout de façon habituelle, ainsi que les cataplasmes de plantes sur la peau.
  • huile pure : ingérer une cuillère à soupe par jour ou appliquer en massage sur la peau.
  • capsules : 3 capsules par jour d’huile pour un adulte.
  • teinture-mère : 25 gouttes 3 fois par jour dans un verre d’eau (suivre le dosage recommandé).

Quelles sont les précautions à prendre ?

La plante est contre-indiquée aux femmes enceintes et allaitantes, aux enfants et aux personnes atteintes de troubles hépatiques. En revanche, l’huile ne contenant pas d’alcaloïdes pyrrolizidiniques ne présente pas de contre-indications connues.

Un fort dosage d’huile peut entraîner des troubles digestifs.

Il existe des risques d’interaction médicamenteuse avec les antidépresseurs, anticoagulants, antiépileptiques, entre autres.

Toujours prendre l’avis d’un professionnel de santé car l’automédication peut entraîner des risques.

Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi
Aline Legrand