Avez-vous besoin de contacter la rédaction ? Envoyez vos e-mails à [email protected] ou sur notre formulaire.
Le saviez vous ?

Les 5 principaux troubles neurologiques et leurs symptômes

Il existe de nombreux types de troubles neurologiques, certains étant bénins et temporaires, tandis que d'autres sont plus graves et nécessitent un traitement continu ou d'urgence.

Les troubles neurologiques sont des affections qui affectent le système nerveux central, le système nerveux périphérique ainsi que le cerveau et la moelle épinière. Ces troubles peuvent résulter d’anomalies structurales, chimiques ou électriques dans le système nerveux. Il existe de nombreux types de troubles neurologiques, certains étant bénins et temporaires, tandis que d’autres sont plus graves et nécessitent un traitement continu ou d’urgence.

Qu’est-ce qu’un trouble neurologique ?

Les troubles neurologiques sont un groupe de maladies qui affectent les systèmes nerveux central et périphérique. Le système nerveux central comprend le cerveau et la moelle épinière, tandis que le système nerveux périphérique comprend les nerfs qui se ramifient à partir de ces zones et se propagent dans d’autres parties du corps. Le système nerveux est responsable de multiples processus corporels, tels que le mouvement, les sensations, l’alimentation, la respiration, la parole, l’apprentissage, la mémoire et l’humeur. Il existe plus de 600 troubles neurologiques différents, ayant des causes diverses comme les troubles génétiques, les anomalies congénitales, les infections et les traumatismes crâniens.

Les maux de tête

Les maux de tête sont la forme la plus courante de douleur neurologique. Il existe de nombreux types de maux de tête, tels que les migraines, les maux de tête sinusaux et les céphalées en grappe. Le type le plus courant de maux de tête est la céphalée de tension, causée par des muscles tendus au niveau du cou, de la mâchoire, du cuir chevelu et des épaules. Les déclencheurs courants des maux de tête comprennent le stress, le manque de sommeil, les repas sautés et la consommation d’alcool. Dans la plupart des cas, les maux de tête peuvent être traités à domicile en prenant un analgésique en vente libre ou en apportant des changements appropriés au mode de vie. Cependant, certains maux de tête peuvent être le signe d’une affection sous-jacente plus grave et nécessitent une attention médicale, notamment en cas de maux de tête réguliers de plus de 15 jours par mois, de maux de tête soudains et sévères, de maux de tête après un coup à la tête ou de maux de tête associés à de la fièvre, raideur de la nuque, douleur à l’oreille ou à l’œil, confusion ou perte de conscience.

L’épilepsie et les crises

L’épilepsie est une affection dans laquelle des décharges soudaines d’activité électrique dans le cerveau provoquent des crises. Bien que la plupart des cas d’épilepsie n’aient pas de cause identifiable, des crises peuvent parfois se produire en raison d’un accident vasculaire cérébral, d’une tumeur cérébrale, d’une infection cérébrale, d’une lésion cérébrale grave, d’une consommation de drogues ou d’alcool, ou d’un manque d’oxygène à la naissance. Il existe deux principaux types de crises : les crises généralisées qui affectent les deux côtés du cerveau et les crises focales qui affectent une zone spécifique du cerveau. Les crises généralisées peuvent se manifester par des symptômes tels qu’un clignotement rapide des yeux ou une fixation dans le vide, tandis que les crises focales peuvent provoquer des convulsions, une confusion ou une désorientation. Le traitement de l’épilepsie vise à mieux contrôler les crises et la santé générale de la personne, et peut inclure la prise de médicaments anti-épileptiques sur ordonnance, la tenue d’un registre des crises et des déclencheurs, un sommeil adéquat, la gestion du stress et l’exercice régulier.

La maladie d’Alzheimer et la démence

La démence est un groupe de symptômes associés à un déclin progressif des fonctions cérébrales. Il existe différentes formes de démence, et la maladie d’Alzheimer est la plus courante. Le principal facteur de risque de la maladie d’Alzheimer est l’âge avancé, la plupart des personnes atteintes étant âgées de 65 ans ou plus. Les signes de la maladie d’Alzheimer peuvent inclure des pertes de mémoire, des pertes ou des oublis d’objets, des déambulations et des pertes de repères, des questions répétées, un mauvais jugement, des difficultés à gérer l’argent et à payer les factures, une lenteur à accomplir les tâches quotidiennes, une perte de spontanéité et d’initiative, une anxiété accrue, une agression ou les deux, des changements d’humeur et de personnalité.

La maladie de Parkinson

La maladie de Parkinson est une maladie causée par la perte de cellules nerveuses dans la partie du cerveau qui contrôle le mouvement et la coordination. Cela peut entraîner des symptômes tels que des tremblements musculaires qui commencent généralement dans la main ou le bras, une rigidité musculaire qui peut affecter le mouvement et les expressions faciales, un ralentissement des mouvements qui peut se manifester par une démarche lente et traînante. La maladie de Parkinson est la deuxième maladie neurodégénérative la plus courante après la maladie d’Alzheimer. On ne sait pas exactement ce qui cause la perte de cellules nerveuses dans la maladie de Parkinson, mais des facteurs génétiques et environnementaux jouent probablement un rôle. Bien qu’il n’existe actuellement aucun traitement curatif pour la maladie de Parkinson, des traitements sont disponibles pour soulager les symptômes et maintenir la qualité de vie des patients, tels que des médicaments, la stimulation cérébrale profonde et des thérapies de soutien telles que la physiothérapie, l’ergothérapie et l’orthophonie.

L’accident vasculaire cérébral

L’accident vasculaire cérébral (AVC) désigne l’interruption de l’apport sanguin à une partie du cerveau. Sans un apport approprié de sang, les cellules cérébrales dans la zone touchée manquent de l’oxygène et des nutriments vitaux dont elles ont besoin pour fonctionner et survivre. Il existe trois types d’AVC : l’AVC ischémique, qui résulte d’un caillot sanguin dans un vaisseau sanguin qui alimente le cerveau, l’AVC hémorragique, qui résulte de la rupture d’un vaisseau sanguin dans le cerveau, et l’accident ischémique transitoire (AIT), qui résulte d’une perturbation temporaire de l’apport sanguin au cerveau. Les signes d’un AVC sont généralement soudains et peuvent inclure une confusion, des difficultés à comprendre la parole, des difficultés à parler, des difficultés à voir d’un ou des deux yeux, un mal de tête sévère sans cause connue, des engourdissements ou une faiblesse du visage, de la jambe ou du bras, en particulier d’un côté du corps, des difficultés à marcher, des étourdissements, une perte d’équilibre et une perte de coordination. Le traitement de l’AVC dépend du type d’AVC et de la rapidité avec laquelle la personne arrive à l’hôpital. Les options de traitement possibles comprennent la thrombolyse, la thrombectomie, les médicaments antiplaquettaires, les anticoagulants et, dans de rares cas, la chirurgie.

A retenir

Les troubles neurologiques peuvent avoir un impact significatif sur la santé et la qualité de vie d’une personne. Il est essentiel de consulter un médecin en cas de symptômes neurologiques afin d’obtenir un diagnostic précis et un traitement approprié. La recherche et l’innovation médicales continuent d’explorer de nouvelles approches de traitement et de gestion de ces troubles, dans l’espoir d’améliorer la vie des personnes atteintes de troubles neurologiques.

4.1/5 - (7 votes) Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi