Comment éviter la « crise de foie » pendant les fêtes

crise de foie

On sait trop bien qu’un repas trop copieux et trop bien arrosé laisse souvent des traces fort désagréables le lendemain matin. En plus de la fameuse « gueule de bois » due à l’excès d’alcool, les excès de table peuvent également entraîner ce que certains appellent une « crise de foie », caractérisée par une indigestion et des douleurs dans la région du foie. Mais saviez-vous que le foie n’a rien à voir avec cet état ?

En langage courant, ce qu’on appelle crise de foie est un état caractérisé par des troubles digestifs, des nausées ou même des vomissements, parfois accompagnés de migraine et de vertiges. Ces malaises coexistent parfois avec une douleur au niveau du côté droit de l’abdomen, juste sous les côtes, ce qui correspond à la localisation anatomique du foie. C’est pour cette raison qu’il n’est pas rare qu’on entende dire « j’ai mal au foie » ou encore « j’ai le foie engorgé » le lendemain d’un excès de table.

Le foie n’a rien à voir avec les « crises de foie »

En réalité, la douleur ressentie au niveau de la région du foie est due à des problèmes liés au fonctionnement de la vésicule biliaire, un organe voisin qui sert d’entrepôt à la bile utilisée pour la digestion des graisses. En cas de surcharge de matières grasses, comme c’est généralement le cas lors d’un repas trop copieux, cette vésicule évacue mal la bile, ce qui provoque des contractions brusques (spasmes) qui peuvent être fort douloureuses. La crise de foie est donc essentiellement une indigestion, le reflet d’une incapacité de l’organisme à gérer le surplus de nourriture ingéré. Face à une telle situation, le remède est fort simple : manger le moins possible, boire de l’eau et attendre que le système digestif retrouve son équilibre.

 Peut-être plus grave qu’une simple indigestion

Même si pendant les fêtes de fin d’année, la « crise de foie » qui survient a toutes les chances d’être une indigestion, il faut néanmoins demeurer vigilant : si les signes d’indigestion persistent, il est possible qu’ils soient dus à d’autres troubles plus graves, comme une intoxication alimentaire ou une gastro-entérite, et l’avis d’un médecin peut être requis. Une autre situation problématique est la lithiase vésiculaire, mieux connue sous le nom de « calculs biliaires ». La présence de ces calculs peut obstruer les conduits qui mènent la bile vers le foie et les intestins, et la vésicule biliaire se met alors à gonfler, provoquant de violentes douleurs au ventre qui peuvent, dans certains cas, se propager jusque dans l’épaule. Si cette douleur perdure au-delà de six heures et est accompagnée de vomissements persistants, il faut consulter un médecin de toute urgence.

Mangez lentement, prenez le temps de mâcher, ça ira tout seul

La période des Fêtes est propice à la consommation excessive d’aliments gras : tartes, pâtés, sauces onctueuses, fromages, foie gras, pour n’en nommer que quelques-uns. Si vous voulez profiter de ces aliments tout en évitant les désagréments associés aux indigestions, un truc facile est de manger lentement en prenant le temps de bien mastiquer : le travail de votre système digestif en sera grandement facilité et vos systèmes de contrôle de l’appétit seront également plus performants et vous éviteront de dépasser les limites de votre organisme. Après tout, la meilleure façon de fêter n’est-elle pas de demeurer en bonne santé ?

Bonne fêtes de fin d’année à tous de la part de toute l’équipe de Pressesante.com

Marie Desange est journaliste santé, passionnée tant par les dernières recherches en scientifiques en nutrition, neurosciences et bien être que par les nouvelles approches de santé qui ne sont pas encore passées par le filtre des études scientifiques, mais qui marchent.Ostéopathie, chiropractie, acupuncture, neuro-feedback, méditation, aromathérapie, homéopathie, médecine chinoise ou Indienne (Ayurveda), shiastu, soins énergétiques, techniques corporelles ou thérapies psychologiques, toutes ces disciplines méritent d’être mises en avant pour que les lecteurs puissent être bien informés et faire leur choix sur ce qui peut les aider.De plus, la pratique journalistique lui permet de rencontrer toujours plus d’acteurs de ces nouvelles approches et de sélectionner ceux qui ont une particularité et une réelle maîtrise de ce qu’ils proposent. Les soins complémentaires et les nouvelles approches de santé doivent être rigoureux et sans danger pour les personnes qui se tournent vers elles. Avec le temps et l’expérience, Marie sait sélectionner ce qui peut apporter, selon les cas, de vrais bénéfices pour le mieux être des personnes qui le recherchent. `Journaliste pour le journal on-line pressesante.com, Marie a encore plein de supers sujets sous le coude à vous proposer, que vous ne lirez pas ailleurs.