Comment se présente la dyspraxie et comment peut-on la détecter ?

Qu’est-ce que la dyspraxie ?

La dyspraxie infantile est un trouble moteur de la coordination des mouvements intentionnels. Elle affecte donc des activités musculaires complexes telles que l’écriture, l’équilibre, la maîtrise du ballon et la danse. La dyspraxie est un trouble du développement, ce qui signifie qu’elle affecte la façon dont les parties du système nerveux qui coordonnent ce type d’activités se développent pendant l’enfance.

De plus, la dyspraxie chez l’enfant peut affecter d’autres activités qui impliquent la coordination de l’activité musculaire et cérébrale, notamment la parole, les capacités intellectuelles et l’organisation de tâches complexes. La dyspraxie n’affecte pas l’intelligence. Elle constitue cependant un obstacle supplémentaire pour les enfants au cours de leur scolarité.

Dans tout groupe d’enfants, il existe un large éventail de capacités, et les enfants se développent à des rythmes différents. Les enfants atteints de dyspraxie ne sont pas des enfants anormaux ; ils constituent le groupe d’enfants dont la coordination motrice se développe le plus lentement, de sorte que certaines choses leur sont plus difficiles à apprendre. Cela ne signifie pas que les compétences qu’ils trouvent difficiles ne peuvent pas être acquises, mais simplement que les enfants dyspraxiques les trouveront plus difficiles à apprendre que les autres enfants.

Quelles sont les causes de la dyspraxie ?

Bien que la cause exacte de la dyspraxie soit inconnue, on pense qu’elle est due à des problèmes dans la façon dont les messages sont envoyés du cerveau au corps. Ces problèmes peuvent être dus à un retard dans le développement du système nerveux ou à un problème de structure de certaines cellules du cerveau. La dyspraxie est souvent diagnostiquée pendant l’enfance, mais elle peut également toucher les adultes.

Cependant, pour toute capacité humaine, il existe une large gamme de « normalité », avec une moyenne, et certains d’entre nous sont plus ou moins capables que d’autres. De même que certains enfants ont une coordination bien meilleure que la moyenne (y compris certains qui, par exemple, deviennent des sportifs ou des danseurs accomplis), d’autres peuvent avoir une coordination bien moins bonne. Il existe donc un large éventail de développement de la coordination motrice, allant de très faible à très bon. Lorsque ce développement est nettement altéré, nous parlons de dyspraxie, car nous savons que cela représente un véritable défi pour votre enfant.

Un certain nombre d’éléments ont été suggérés comme pouvant augmenter le risque de dyspraxie :

  • La dyspraxie semble être héréditaire, elle semble donc avoir une composante génétique – la façon dont votre enfant est « fait ». Cela suggère que, chez certains enfants, un développement moins efficace des nerfs moteurs pourrait être quelque chose de préprogrammé dans leurs gènes.
  • Les bébés prématurés, en particulier ceux de très faible poids à la naissance, semblent présenter un risque accru de dyspraxie.
  • Il est prouvé que l’exposition à des niveaux élevés d’alcool ou à des drogues illégales pendant la grossesse peut provoquer la dyspraxie, bien que l’exposition à ces toxines ait également de nombreux autres effets.

En quoi consistent les symptômes de la dyspraxie ?

La dyspraxie affecte les enfants de diverses manières et à des degrés variés. Il arrive que certains enfants ne connaissent que de petits problèmes de synchronisation de leurs mouvements, alors que d’autres en souffrent plus gravement. Les problèmes peuvent interférer avec la capacité de l’enfant à participer et à fonctionner dans les activités quotidiennes et les compétences de vie, y compris l’éducation. Pour de nombreuses personnes, la dyspraxie se poursuit à l’âge adulte, ce qui peut avoir des répercussions sur le travail et l’emploi. La dyspraxie ne signifie pas que l’enfant est moins intelligent, mais que sa capacité d’apprentissage est affectée.

Symptômes de la dyspraxie chez les enfants d’âge préscolaire :

  • Retard dans l’atteinte des étapes du développement – par exemple, s’asseoir, se tenir debout, marcher, aller aux toilettes et parler (bien que la plupart des enfants qui sont en retard pour certaines étapes ne souffrent pas de dyspraxie).
  • Difficultés à s’alimenter et à dormir dans la petite enfance.
  • Manque d’intérêt pour les jouets de construction comme les Lego® et les jouets à empiler.
  • Ils peuvent ne pas être capables de courir, de sauter, d’attraper ou de donner un coup de pied dans un ballon alors que leurs camarades le font.
  • Comprend mal les concepts tels que « dans », « sur », « devant », etc.
  • N’arrive pas à s’habiller.
  • Maladroit – ne ramasse pas bien les petites choses ; a tendance à casser les petits jouets.
  • Lent et hésitant dans la plupart des actions ; a tendance à trébucher.
  • Ne semble pas être capable d’apprendre quoi que ce soit instinctivement, mais doit être enseigné.
  • Mauvaise maîtrise du crayon – dessiner, tenir un crayon.
  • Ne peut pas faire de puzzles ou de jeux de triage de formes.
  • Les dessins semblent très immatures par rapport à ceux des autres enfants.
  • Peut paraître facilement distrait.
  • Le tonus musculaire peut être élevé (les muscles semblent durs ou tendus).
  • Le tonus musculaire peut être faible (un bébé peut avoir l’air mou quand on le tient).
  • Retard dans le développement du langage ou problèmes d’élocution. Par exemple, le langage est bizarre et incohérent, ce qui le rend difficile à comprendre.

Symptômes de la dyspraxie chez les enfants d’âge scolaire :

  • Des problèmes semblables à ceux évoqués ci-dessus risquent de persister.
  • Difficultés dans les situations de groupe.
  • Difficultés en mathématiques et en écriture.
  • Avoir des difficultés à copier des éléments du tableau à l’école.
  • Paraître désorganisé.
  • Avoir de mauvaises capacités de concentration et d’écoute.
  • Être incapable de suivre des instructions.
  • Éviter l’éducation physique et les jeux.
  • Se sentir en colère, contrarié ou frustré contre lui-même.
* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un profesionel de santé.