Allergies et intolérances alimentaires : les aliments les plus allergisants

Une allergie alimentaire implique le système immunitaire, les manifestations sont souvent immédiates et parfois violentes, voir mortelles. La seule prévention efficace étant l’éviction des aliments allergisants, il devient impératif aujourd’hui d’avoir un étiquetage alimentaire informatif  précis et transparent pour savoir exactement ce que l’on mange et ce que l’on risque.

Les allergies et intolérances alimentaires n’affectent pas seulement le tube digestif avec : vomissements, diarrhées, douleurs abdominales, constipation chronique, maladie coeliaque, maladie de Crohn, rectocolite hémorragique, aphtes, oedèmes des lèvres et des muqueuses, gastrites mais peuvent toucher tous les organes :

  • Troubles cutanés : urticaire, eczéma, acné…
  • Troubles respiratoires et de la sphère ORL : rhinites, asthme, bronchites asthmatiformes, toux chronique, otite, conjonctivite…
  • Troubles neurologiques : migraines et céphalées, instabilité de l’humeur (syndrome de l’enfant hyperactif, hypersensibilité, tendance dépressive)
  • Troubles urinaires : syndrome néphrotique, cystites non infectieuses
  • Troubles articulaires : poussées inflammatoires, arthrites, rhumatismes réactions de choc anaphylactique

Les aliments les plus allergisants

270 aliments ont été répertoriés comme allergisants, les 9 principaux sont :

l’œuf, le lait de vache et ses dérivés, l’arachide, le sésame, la noisette, le céleri, la pomme, l’avocat, la banane.

Les autres sont le plus souvent :

  • les céréales : le blé, le seigle, le sarrasin
  • les crustacés (crabes, crevettes) et les poissons
  • le gluten  des céréales : blé, épeautre, kamut, orge, avoine, seigle
  • les légumineuses (pois, lentilles, lupin, soja)
  • les autres oléagineux : noix, amandes, pistaches…
  • les légumes : tomates, radis, épinards, persil, carotte, courges …
  • les fruits : agrumes et fruits exotiques, la fraise , la châtaigne
  • les épices : curry, paprika, moutarde
  • les aliments transgéniques (fruits et légumes, céréales et légumineuses)
  • les additifs alimentaires (colorants (tartrazine), conservateurs (sulfites, benzoates), antioxydants (gallates, citrates), glutamate, tryptophane…
  • les antibiotiques (traces dans les viandes et le lait des animaux provenant des élevages intensifs)
  • le nickel (traces dans de nombreux aliments industriels, matériel de cuisine en inox)
  • Fausses allergies mais vrais symptômes

Les fausses allergies et intolérances alimentaires peuvent provoquer les mêmes symptômes cliniques, mais n’impliquent pas le système immunitaire : les tests cutanés et la recherche des IgE sont négatifs, le seul test consiste à évincer l’aliment suspecté pour vérifier la suppression des symptômes.

Ce type de réaction est provoquée par des aliments riches en histamine ou provoquant la libération d’histamine ; elles ne font pas intervenir le système immunitaire.

Les aliments riches en histamine : fromages fermentés, charcuteries, choucroute, sardines, anchois, thon, saumon, poissons fumés, vin (surtout blanc) , bière, épinards, tomates, conserves

Les aliments histamino-libérateurs : poissons et surtout les poissons « bleus »,  crustacés, blanc d’œuf, fraises, tomates, ananas et fruits exotiques, noix, noisettes et arachides, pois et lentilles, chocolat, alcool