7 symptômes physiques de la dépression, c’est pas que « dans la tête ».

La dépression fait mal. Et alors que nous associons souvent cette maladie mentale à une douleur émotionnelle comme la tristesse, les pleurs et le sentiment de désespoir, la recherche montre que la dépression peut aussi se manifester sous forme de douleur physique.

Il est aussi important de garder ces symptômes physiques à l’esprit que les effets émotionnels. D’une part, c’est un excellent moyen de garder le contrôle sur son corps et son esprit. Les symptômes physiques peuvent signaler le début d’une période de dépression ou vous indiquer si vous êtes ou non en dépression. D’autre part, les symptômes physiques démontrent que la dépression est, en fait, très réelle et peut être préjudiciable à notre bien-être général.

Voici sept des symptômes physiques les plus courants de la dépression :

1. Fatigue ou baisse constante du niveau d’énergie

La fatigue est un symptôme courant de la dépression. Il nous arrive à tous d’avoir des niveaux d’énergie plus bas et de nous sentir léthargiques le matin. Si nous pensons souvent que l’épuisement est dû au stress, la dépression peut également provoquer de la fatigue. Cependant, contrairement à la fatigue quotidienne, la fatigue liée à la dépression peut également provoquer des problèmes de concentration, des sentiments d’irritabilité et d’apathie. Les personnes déprimées ont souvent un sommeil non réparateur, ce qui signifie qu’elles se sentent léthargiques même après une nuit complète de repos.

Si la fatigue quotidienne est un signe de cette maladie mentale, d’autres symptômes comme la tristesse, le sentiment de désespoir et l’anhédonie (manque de plaisir dans les activités quotidiennes) peuvent également être présents lorsque vous êtes déprimé.

2. Diminution de la tolérance à la douleur (c’est-à-dire que tout fait plus mal)

Avez-vous parfois l’impression que vos nerfs sont en feu et que vous ne trouvez aucune raison physique à votre douleur ? Il s’avère que la dépression et la douleur coexistent souvent. Une étude réalisée en 2015 a montré une corrélation entre les personnes déprimées et la diminution de la tolérance à la douleur. Une autre étude réalisée en 2010 a montré que la douleur a un impact plus important sur les personnes déprimées. Ces deux symptômes n’ont pas de relation de cause à effet claire, mais il est important de les évaluer ensemble, surtout si votre médecin vous recommande un médicament.

3. Douleurs dorsales ou musculaires généralisées

Vous pouvez vous sentir bien le matin, mais une fois au travail ou assis à un bureau d’école, votre dos commence à vous faire mal. Cela peut être dû au stress ou à la dépression. Bien qu’ils soient souvent associés à une mauvaise posture ou à des blessures, les maux de dos peuvent également être un symptôme de détresse psychologique.
Une étude de 2017 de 1 013 étudiants universitaires canadiens ont trouvé une association directe entre la dépression et les maux de dos.

4. Maux de tête

Presque tout le monde a des maux de tête occasionnels. Ils sont si fréquents que nous les considérons souvent comme rien de grave. Des situations de stress au travail, comme un conflit avec un collègue, peuvent même déclencher ces maux de tête. Cependant, votre mal de tête n’est pas toujours provoqué par le stress, surtout si vous avez déjà toléré votre collègue par le passé. Si vous constatez un passage à des maux de tête quotidiens, cela peut être un signe de dépression.

Contrairement aux migraines atroces, les maux de tête liés à la dépression n’entravent pas nécessairement le fonctionnement d’une personne. Il s’agit en fait de « maux de tête de tension », ce type de douleur à la tête peut ressembler à une légère sensation de pulsation, en particulier autour des sourcils.

Bien que ces maux de tête soient soulagés par des médicaments antidouleur en vente libre, ils réapparaissent généralement de façon régulière. Parfois, les céphalées de tension chroniques peuvent être un symptôme de trouble dépressif majeur.

5. Problèmes oculaires ou diminution de la vision

Trouvez-vous que le monde est flou ? Alors que la dépression peut faire paraître le monde gris et sombre, une étude de 2010 en Allemagne suggère que ce problème de santé mentale peut en fait affecter la vue. Dans cette étude portant sur 80 personnes, les personnes déprimées avaient des difficultés à voir les différences entre le noir et le blanc. Connue par les chercheurs sous le nom de « perception des contrastes », cette situation pourrait expliquer pourquoi la dépression peut rendre le monde flou.

6. Douleurs d’estomac ou malaises dans l’abdomen

Cette sensation d’enfoncement dans l’estomac est l’un des signes les plus reconnaissables de la dépression. Cependant, lorsque votre abdomen commence à avoir des crampes, il est facile de les faire passer pour des gaz ou des douleurs menstruelles. Une douleur qui s’aggrave, surtout en cas de stress, peut être un signe de dépression. En fait, les chercheurs de la faculté de médecine de Harvard suggèrent que les malaises gastriques tels que les crampes, les ballonnements et les nausées peuvent être le signe d’une mauvaise santé mentale.

Quel est le lien ? Selon ces chercheurs de Harvard, la dépression peut causer (ou être le résultat) d’une inflammation du système digestif, avec des douleurs qui sont facilement confondues avec des maladies comme les maladies inflammatoires de l’intestin ou le syndrome du côlon irritable. Les médecins et les scientifiques appellent parfois l’intestin le « second cerveau », car ils ont découvert un lien entre la santé de l’intestin et le bien-être mental. Nos estomacs sont remplis de bonnes bactéries et s’il y a un déséquilibre de bonnes bactéries, des symptômes d’anxiété et de dépression peuvent apparaître. Une alimentation équilibrée et la prise de probiotiques peuvent améliorer la santé de l’intestin, ce qui peut également améliorer l’humeur, mais des recherches plus approfondies sont nécessaires.

7. Problèmes digestifs ou horaires irréguliers des selles

Les problèmes digestifs, comme la constipation et la diarrhée, peuvent être gênants et inconfortables. Souvent causés par une intoxication alimentaire ou des virus gastro-intestinaux, il est facile de supposer que les malaises intestinaux sont dus à une maladie physique. Mais des émotions comme la tristesse, l’anxiété et l’accablement peuvent perturber nos voies digestives. Une étude de 2011 suggère un lien entre l’anxiété, la dépression et les douleurs gastro-intestinales.

La douleur est une autre façon pour votre cerveau de communiquer

Si vous vous sentez mal à l’aise d’identifier et de parler d’émotions pénibles, comme la tristesse, la colère et la honte, cela pourrait entraîner une manifestation différente des sentiments dans le corps.

Sources

The gut-brain connection (n.d.)

Hosseinzadeh ST, et al. (2011). Psychological disorders in patients with chronic constipation

Kleiber B, et al. (2005). Depression and pain: Implications for symptomatic presentation and pharmacological treatments.

Krishnadas K, et al. (2012). Depression: an inflammatory illness.


Marsala SZ, et al. (2015). Pain Perception in major depressive disorder: A neurophysiological case — control study. 

Miller A. (2018). Five things to know about inflammation and depression. 

Miller AH, et al. (2017). The role of inflammation in depression: from evolutionary imperative to modern treatment target. 

The quirky brain: How depression may alter visual perception. (2010).


Robertson D, et al. (2017). Associations between low back pain and depression and somatization in a Canadian emerging adult population. 

Targum S, et al. (2011). Fatigue as a residual symptom of depression.