Qu’est-ce-que la méthode Buteyko ?

méthode Buteyko

C’est une technique respiratoire. Son principe se base sur le fait que l’organisme a besoin de CO2. Or, les personnes anormales qui ne savent pas respirer font de l’hyperventilation. Privant ainsi à l’organisme le CO2 dont il a besoin pour activer ces divers mécanismes. A citer le transport de l’oxygène dans le sang et son transfert aux cellules par l’hémoglobine. C’est l’origine des spasmes dans les muscles lisses. Ce sont celles des intestins, des bronches et du système circulatoire. Pour contrebalancer ce manque, le corps envoie des signes. Il fera apparaître des symptômes comme une crise d’asthme. La crise est donc considérée comme un mécanisme de défense de l’organisme contre la pénurie de CO2.

Origine de la méthode

Konstantin Pavlovich Buteyko a élaboré la méthode Buteyko. C’était au cours des années 1950. Buteyko est un médecin de nationalité russe. Au cours de sa pratique, il a fait une observation sur le rythme respiratoire des patients. Notamment, les asthmatiques respiraient plus profondément et plus rapidement que la moyenne des gens au repos. Pendant une crise, leurs respirations sont encore plus intenses, d’où il y a une aggravation de la situation. Buteyko a suggéré à ses patients asthmatiques de réduire le volume et la fréquence de leur respiration. Comme résultat, il y avait une diminution considérable de leur symptôme d’asthme et d’hyperventilation. Leur consommation de médicaments a également diminué avec.

Cette méthode a été créée pour apprendre aux asthmatiques de respirer moins et mieux.

Quels sont les bienfaits de la méthode Buteyko ?

Des études scientifiques ont montré les effets positifs de sa pratique sur l’organisme. Notamment, elle contribue au traitement de l’asthme. Les symptômes de l’asthme peuvent être diminués avec, de même que le volume d’air respiré par minute. Elle améliore donc la qualité de vie et réduit significativement la consommation des médicaments.

Le docteur Buteyko prétendait que sa méthode améliore également le souffle des individus. D’après lui, elle peut être utile à tous ceux qui utilisent leur souffle intensément. A citer les sportifs, les chanteurs et les femmes au moment de l’accouchement. Cette dernière n’est pas encore scientifiquement prouvée jusqu’à maintenant.

Les spécialistes de la méthode Buteyko disent que l’hyperventilation chronique cause divers problèmes de santé. D’après eux, la méthode peut les atténuer. Telle la rhinite, les attaques de panique, la sinusite chronique et le ronflement.

Pratique de la méthode Buteyko

Il existe plusieurs façons de pratiquer la méthode. On peut suivre les six phases suivantes.

La première étape consiste à prendre le pouls initial. Il faut s’asseoir confortablement dans un endroit calme et le dos droit. On prend le pouls pendant 15 secondes. Il faut multiplier le résultat par 4 et ensuite le noter. C’est pour monitorer les effets de la pratique des exercices de respiration.

Dans la deuxième étape, on fait la pause contrôle. Elle consiste à inspirer tranquillement pendant 2 secondes par le nez puis expirer pendant 3 secondes. On retient ensuite sa respiration en se pinçant le nez et en comptant les secondes. Noter la durée de la pause contrôle au moment où on a l’impression de manquer d’air. C’est pour évaluer l’hyperventilation

La troisième s’agit de l’étape de la respiration très superficielle. On se tient le dos droit avec une respiration ralentie. Respirez ainsi pendant 5 minutes. On doit être attentif au maintien d’une respiration très fluide.

On entre ensuite dans la phase de pause de contrôle. C’est la quatrième étape. Pour la réaliser, il faut refaire une pause de contrôle et noter sa durée. La durée doit être plus longue que celle de la pause contrôle de la 2ème étape. Elle doit encore s’allonger au bout de quelques séances.

La cinquième étape consiste à prendre son pouls et le noter. C’est censé être inférieur à celui de l’étape numéro 1. Il doit être plus lent dès l’étape initiale au bout de quelque séance.

L’exercice se termine par une observation de la condition physique. La respiration superficielle a un effet calmant.

À NE PAS RATER !
Abonnez-vous à la newsletter Presse santé
Avec nous, pas d’indésirable. Vous pouvez vous désinscrire quand vous le souhaitez.
Adresse e-mail non valide