Paralysie du sommeil : Tout ce qu’il faut savoir

Dans cet article, nous détaillons les causes et les symptômes de la paralysie du sommeil et quoi faire pour réduire le risque.

La paralysie du sommeil se produit lorsque la conscience d’une personne est éveillée, mais que son corps est encore dans un état de sommeil paralysé. La personne peut être incapable de parler et sentir une pression sur sa poitrine, entre autres symptômes. Pendant la paralysie du sommeil, les sens et la conscience d’une personne sont actifs et éveillés, mais son corps ne peut pas bouger. Elle survient au moment où la personne s’endort ou se réveille et résulte de la désynchronisation du corps et de l’esprit. Pendant la paralysie du sommeil, une personne peut avoir des hallucinations sonores et visuelles, ce qui peut causer une grande détresse.

Dans cet article, nous détaillons les causes et les symptômes de la paralysie du sommeil et ce qu’une personne peut faire pour réduire le risque d’en être victime.

Qu’est-ce que la paralysie du sommeil ?

Pendant le sommeil, le corps se détend et les muscles volontaires ne bougent pas. Cela permet d’éviter de se blesser en réalisant des rêves. Une personne peut se réveiller alors que son corps est dans cet état de relaxation. Il s’agit de la paralysie du sommeil. La paralysie du sommeil survient entre l’éveil et le sommeil. Pendant les épisodes, les personnes peuvent avoir des hallucinations hypnopompiques ou hypnagogiques, qui peuvent être visuelles, auditives et sensorielles. Ces hallucinations surviennent au moment où la personne se réveille ou s’endort, respectivement. La paralysie du sommeil ne met pas la vie en danger, mais elle peut être source d’anxiété. Elle peut survenir en même temps que d’autres troubles du sommeil, comme la narcolepsie. Elle débute souvent à l’adolescence et peut devenir fréquente entre 20 et 30 ans. Elle touche environ 7,6 % des personnes au cours de leur vie. Il s’agit d’une parasomnie, c’est-à-dire d’un événement indésirable associé au sommeil.

Les causes

Dans le cas de la paralysie du sommeil, la transition du corps vers ou depuis le sommeil à mouvements oculaires rapides (REM) est désynchronisée avec le cerveau. La conscience de la personne est éveillée, mais son corps reste dans l’état de sommeil paralysé. Le corps alterne entre les mouvements oculaires rapides (REM) et les mouvements oculaires non rapides (NREM). Un cycle REM-NREM dure environ 90 minutes, et la majeure partie du temps passé à dormir est consacrée à l’état NREM. Pendant la phase NREM, le corps se détend. Pendant le sommeil paradoxal, les yeux bougent rapidement, mais le corps est détendu. C’est à ce moment-là que se produisent les rêves. Les zones du cerveau qui détectent les menaces sont en état d’alerte et excessivement sensibles.

Les facteurs qui peuvent augmenter le risque de paralysie du sommeil sont les suivants :

la narcolepsie
des habitudes de sommeil irrégulières, dues par exemple au décalage horaire ou au travail posté
des antécédents familiaux de paralysie du sommeil
La paralysie du sommeil peut être un symptôme de problèmes médicaux, notamment

la dépression
la migraine
l’apnée obstructive du sommeil
l’hypertension
troubles anxieux

Signes et symptômes

Le principal symptôme de la paralysie du sommeil est l’incapacité de bouger le corps au moment de l’endormissement ou du réveil. Toutefois, au cours de ces épisodes, les personnes peuvent présenter d’autres symptômes, notamment

l’impossibilité de parler pendant l’épisode
avoir des hallucinations et des sensations
ressentir une pression sur la poitrine
difficulté à respirer
transpiration
maux de tête et douleurs musculaires

Diagnostic

La plupart des gens ne connaissent la paralysie du sommeil qu’une ou deux fois dans leur vie. Toutefois, si une personne souffre de paralysies du sommeil récurrentes qui provoquent de l’anxiété, du stress ou qui ont un impact sur sa qualité de vie, elle peut souhaiter demander une assistance médicale. Un médecin évaluera les symptômes et les antécédents médicaux complets d’une personne lorsqu’il diagnostiquera une paralysie du sommeil. S’il soupçonne que les épisodes peuvent être le résultat d’autres conditions, il peut recommander à la personne de participer à une étude du sommeil.

 

Traitement et prévention

Il n’existe pas de traitement spécifique pour la paralysie du sommeil, mais la gestion du stress, le maintien d’un horaire de sommeil régulier et l’observation de bonnes habitudes de sommeil peuvent réduire la probabilité d’une paralysie du sommeil.

Les stratégies visant à améliorer l’hygiène du sommeil sont les suivantes

assurer 6 à 8 heures de sommeil par nuit
veiller à ce que l’heure du coucher et du lever soit cohérente
maintenir une chambre à coucher sombre et tempérée
réduire l’exposition à la lumière le soir et utiliser des veilleuses pour aller aux toilettes la nuit
s’exposer à la lumière du jour pendant les heures d’éveil
ne pas prendre de repas lourd le soir ou manger dans les deux heures précédant le coucher
s’abstenir de consommer de l’alcool ou de la caféine le soir
faire de l’exercice tous les jours, mais pas dans les deux heures précédant le coucher.

Comprendre la physiologie du sommeil et le mécanisme de la paralysie du sommeil est une étape importante pour la surmonter. Le stress permanent et la perturbation du cycle du sommeil peuvent avoir de graves conséquences sur la santé. Des habitudes de sommeil saines ne sont pas seulement nécessaires pour gérer la paralysie du sommeil, mais aussi pour la santé et le bien-être en général.

Médicaments et thérapie

Si une personne souffre de paralysie du sommeil en raison d’une narcolepsie ou d’autres troubles du sommeil, un médecin peut recommander des traitements médicamenteux ou une psychothérapie pour gérer ces conditions.

Les traitements médicamenteux qui peuvent aider à gérer la paralysie du sommeil associée à la narcolepsie comprennentSource sûre :

antidépresseurs tricycliques
inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS)
Les médecins peuvent être en mesure d’éduquer et de rassurer les personnes pour qui la paralysie du sommeil est source de stress et d’anxiété.

La thérapie cognitivo-comportementale peut également aider les personnes à mettre en place des mécanismes d’adaptation aux événements de paralysie du sommeil et à s’attaquer aux causes sous-jacentes, telles que l’insomnie et les mauvaises habitudes de sommeil.

Comment se réveiller

Une personne se réveille naturellement d’une paralysie du sommeil. Bien que l’événement puisse être effrayant, il passera avec le temps. Il est impossible de forcer son corps à sortir d’un état de paralysie.

Résumé

Pendant la paralysie du sommeil, une personne est éveillée et a des facultés cognitives, mais elle ne peut pas bouger son corps. Cela se produit lorsque l’esprit et le corps d’une personne ne sont pas synchronisés au moment de l’endormissement ou du réveil. Pendant la paralysie du sommeil, une personne peut avoir des hallucinations sonores, visuelles et sensorielles. De nombreuses personnes ne connaîtront la paralysie du sommeil qu’une ou deux fois dans leur vie. Toutefois, les personnes souffrant de narcolepsie et d’autres troubles du sommeil ont un risque plus élevé de souffrir de paralysie du sommeil.
Il n’existe pas de traitement pour la paralysie du sommeil et il ne s’agit pas d’une urgence médicale. Cependant, les épisodes peuvent causer une détresse importante.

 

Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi
Marie Desange