Avez-vous besoin de contacter la rédaction ? Envoyez vos e-mails à [email protected] ou sur notre formulaire.
Actualité

Maladie du foie gras : jeûne intermittent et exercices d’aérobic pour favoriser la perte de poids et de graisse

Une étude suggère que la combinaison d'exercices d'aérobic et le jeûne pourrait être bénéfique pour les personnes atteintes d'une maladie du foie.

Marie Desange
Les derniers articles par Marie Desange (tout voir)

Une étude suggère que la combinaison d’exercices d’aérobic tels que la natation et le jeûne pourrait être bénéfique pour les personnes atteintes d’une maladie du foie.

La stéatose hépatique non alcoolique se caractérise par une accumulation de graisse dans le foie. L’accumulation de graisse dans le foie n’est pas dangereuse au départ, mais elle peut exposer les gens à d’autres problèmes de santé. Les données d’une étude récente suggèrent que la combinaison de l’exercice aérobie, ou cardio, avec le jeûne intermittent peut améliorer la stéatose hépatique non alcoolique.

Le foie est un organe crucial de l’organisme qui peut influencer de nombreux aspects de la santé. L’accumulation de graisse dans le foie, appelée stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD), est de plus en plus fréquente dans certains pays. Les chercheurs s’efforcent toujours de comprendre l’impact total de la NAFLD et les meilleurs choix de style de vie pour réduire l’accumulation de graisse dans le foie.

Une étude récente a examiné l’efficacité du jeûne intermittent et de l’exercice aérobique pour réduire l’accumulation de graisse dans le foie. Les chercheurs ont constaté que la combinaison de ces deux méthodes permettait de réduire efficacement les niveaux de graisse dans le foie. L’étude est publiée dans la revue Cell Metabolism

L’impact de la maladie du foie gras

On parle de NAFLD lorsque les graisses s’accumulent dans le foie. Sous ce terme général se cachent deux sous-types : la stéatose hépatique non alcoolique (NAFL) et la stéatohépatite non alcoolique (NASH). On parle de stéatose hépatique non alcoolique lorsqu’il y a simplement une accumulation de graisses mais pas de lésions du foie. La stéatohépatite non alcoolique se caractérise par une accumulation de graisses, une inflammation du foie et des lésions hépatiques. La stéatohépatite non alcoolique est de plus en plus fréquente, avec notamment une prévalence élevée chez les adultes obèses ou diabétiques.

La stéatose hépatique non alcoolique est une condition médicale lorsque des graisses excessives s’accumulent dans le foie. Elle peut provoquer une inflammation du foie, des cicatrices et finalement une cirrhose. Cette affection est devenue une maladie chronique du foie très courante. Les personnes souffrant d’obésité et de diabète de type 2 présentent un risque particulièrement élevé de développer une stéatose hépatique non alcoolique. La stéatose hépatique non alcoolique en soi n’entraîne pas nécessairement des problèmes hépatiques plus graves, mais elle peut augmenter le risque de maladie cardiovasculaire et de syndrome métabolique chez une personne.

Les personnes atteintes de NAFLD peuvent apporter des modifications utiles à leur mode de vie, comme atteindre et maintenir un poids santé. Cependant, les spécialistes poursuivent leurs recherches sur les meilleures mesures à prendre pour les personnes atteintes de NAFLD.

Combiner le jeûne et l’exercice pour le foie

Cette étude particulière était un essai contrôlé randomisé. Les auteurs de l’étude ont mené l’essai sur trois mois et ont inclus 80 participants dans leur analyse. Ils voulaient examiner l’efficacité de différentes interventions sur le mode de vie pour améliorer la teneur en graisse du foie. Tous les participants souffraient d’obésité et de NAFLD.

Les chercheurs ont remarqué que la principale thérapie de style de vie pour la stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD) combinait une restriction calorique quotidienne avec des exercices d’aérobic. Ils étaient curieux de savoir si le jeûne intermittent combiné à des exercices d’aérobic produirait les mêmes réductions de la graisse du foie.

Le jeûne intermittent consiste à ne manger que pendant certains intervalles de temps ou à avoir des jours spécifiques avec une forte restriction calorique. Les chercheurs ont réparti les participants dans l’un des quatre groupes pour mesurer l’amélioration de la stéatose hépatique. Le premier groupe a participé à des exercices aérobiques réguliers d’intensité modérée. Le deuxième groupe a participé à un jeûne alterné, c’est-à-dire qu’ils ne consommaient qu’environ 600 calories les jours de jeûne, et alternaient avec des jours de fête, où leur alimentation n’était pas restreinte. Le troisième groupe a participé à la fois à un programme d’exercices et au jeûne intermittent. Enfin, le dernier groupe était un groupe témoin sans aucune intervention.

Le groupe combiné a démontré une variété d’améliorations, dont certaines étaient supérieures à celles des autres groupes d’intervention.

en effet, les chercheurs ont constaté que la graisse du foie a été réduite de 5,5 % dans le groupe qui a participé à la fois au jeûne et à l’exercice. Ce groupe combiné a également réduit le poids corporel de 5 %, la masse grasse, le tour de taille et les taux d’enzymes hépatiques (ALT). Ils ont également constaté une augmentation de la sensibilité à l’insuline dans le groupe combiné, ce qui indique un meilleur contrôle de la glycémie. Les chercheurs ont constaté que la réduction de la graisse du foie et du poids corporel était similaire entre le groupe combiné et le groupe ayant uniquement participé au jeûne intermittent.

Ils ont également constaté que les trois groupes d’intervention ont vu une amélioration similaire de la résistance à l’insuline. Ainsi, l’intervention combinée pourrait être une option pour les personnes atteintes de NAFLD, mais ne constitue pas nécessairement une méthode bien supérieure.

Cette étude s’ajoute à la littérature actuelle concernant les avantages de la perte de poids sur le foie gras. Elle va dans le sens de nombreuses autres études selon lesquelles la restriction calorique est un élément clé du contrôle du poids. Sur la base de cette étude, le jeûne d’un jour sur deux serait adopté comme une stratégie bénéfique par les cliniciens et les patients pour le contrôle du poids et le traitement du foie gras.

Limites de l’étude

L’étude présentait certaines limites qu’il est important de prendre en compte. Tout d’abord, l’étude comprenait un nombre limité de participants et n’a duré que peu de temps. Plus de 80 % des participants étaient des femmes. Ce fait, ainsi que l’origine ethnique des participants, indiquent la nécessité de mener des recherches plus diversifiées. Deuxièmement, l’intervention combinée a montré des améliorations dans le foie, mais pas de retour à un niveau sain, ce qui pourrait indiquer la nécessité pour les personnes atteintes de NAFLD de poursuivre des interventions supplémentaires. On ne sait pas non plus si les interventions seraient efficaces chez les personnes atteintes de NAFLD plus sévère. En raison des différences numériques de base entre les groupes, il était possible d’observer des différences absolues moyennes plus importantes dans le groupe d’intervention combiné.

Enfin, cette étude n’a duré que trois mois. La prochaine étape serait de mener des essais à plus long terme dans ce domaine (6 à 12 mois). Cela nous aidera à déterminer si ces améliorations peuvent être maintenues sur de plus longues périodes.

Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi