L’exercice peut réduire les chances de développer 13 types de cancer différents

Une étude menée en 2016 par le National Cancer Institute et l'American Cancer Society a révélé que l'exercice peut réduire les chances de développer 13 types de cancer différents.

Le cancer est une maladie redoutée par tous, mais saviez-vous qu’il existe des mesures que vous pouvez prendre pour réduire vos risques ? Bien que certains facteurs de risque échappent à notre contrôle, comme la génétique et la malchance, il est prouvé que certaines habitudes de vie peuvent réduire considérablement les risques de développer différents types de cancer. Parmi ces habitudes, l’exercice physique joue un rôle crucial.

Les bienfaits de l’exercice physique dans la prévention du cancer

Selon un rapport de 2018, des changements positifs dans le mode de vie, tels qu’une alimentation équilibrée, le maintien d’un poids santé et la pratique régulière d’exercice physique, peuvent réduire de 50% le nombre de diagnostics de cancer. L’exercice est l’un des outils les plus puissants dont nous disposons pour modifier notre risque de développer un cancer. Une étude menée en 2016 par le National Cancer Institute et l’American Cancer Society a révélé que l’exercice peut réduire les chances de développer 13 types de cancer différents.

Le cancer du sein

Les femmes qui font régulièrement de l’exercice physique réduisent leur risque de développer un cancer du sein. Une méta-analyse de 31 études a montré une réduction moyenne de 12% du risque de cancer du sein chez les femmes physiquement actives, un effet qui s’accroît avec l’âge.

L’exercice physique permet de réduire les taux d’œstrogènes circulant dans le sang, ce qui a un effet protecteur car des taux élevés d’œstrogènes augmentent le risque de cancer du sein. De plus, l’exercice physique aide à maintenir un poids santé, ce qui est également bénéfique. En effet, des études ont montré que le risque de cancer du sein après la ménopause est plus élevé chez les femmes en surpoids ou obèses, et qu’il augmente avec l’indice de masse corporelle. Une étude majeure publiée en 2010 a conclu que l’activité physique modérée, telle que la marche rapide quelques fois par semaine, réduit le risque de cancer du sein après la ménopause, et qu’augmenter l’activité physique après la ménopause peut être bénéfique.

Le cancer colorectal

Les preuves reliant l’activité physique régulière à une diminution du risque de développer un cancer colorectal sont convaincantes et constantes. Une revue de recherche a estimé la réduction du risque de cancer du côlon à environ 24%. Il semble y avoir une relation dose-réponse, ce qui signifie que plus vous faites d’exercice sur une longue période, plus les bienfaits sont importants. Ainsi, si vous continuez à faire de l’exercice en vieillissant, votre risque de cancer colorectal reste faible.

L’exercice physique peut réduire le temps de transit des déchets dans le gros intestin, ce qui réduit la durée d’exposition de la muqueuse (la paroi du côlon) à des agents carcinogènes potentiels, tels que les acides biliaires. Une étude publiée en 2017 a révélé que les coureurs récréatifs (les chercheurs ont étudié des hommes en bonne santé d’âge moyen) avaient des niveaux significativement réduits d’acides biliaires dans leur sang, en particulier ceux considérés comme carcinogènes.

Le cancer de l’endomètre

Les preuves suggèrent que l’exercice physique d’intensité légère à modérée réduit le risque de cancer de l’endomètre, tandis que passer beaucoup de temps assis augmente le risque, indépendamment du poids ou de l’indice de masse corporelle. Une autre étude a révélé que les femmes en surpoids qui pratiquaient au moins trois heures d’activité physique intense par semaine avaient un risque de développer un cancer de l’endomètre inférieur de 24% par rapport à celles qui pratiquaient moins d’une demi-heure d’exercice par semaine. Cet effet protecteur n’a pas été observé chez les femmes de poids normal, ce qui indique que l’effet bénéfique de l’exercice physique est plus important pour les femmes en surpoids ou obèses.

Comme pour le cancer du sein, des niveaux élevés d’œstrogènes dans le sang augmentent le risque de cancer de l’endomètre, de même que l’obésité. L’exercice physique peut aider à réduire ces deux facteurs de risque.

 

Bien que l’exercice physique ne soit pas une garantie absolue de prévention du cancer, il joue un rôle essentiel dans la réduction des risques. En plus de l’exercice, il est important de prendre d’autres mesures pour minimiser le risque de cancer, comme le port de crème solaire pour se protéger contre le cancer de la peau et la réalisation des dépistages recommandés par votre médecin.

N’oubliez pas que l’exercice physique est un outil puissant, mais il a ses limites. Il est important de combiner une alimentation saine, un poids équilibré et une activité physique régulière pour réduire au maximum votre risque de développer un cancer. Prenez soin de votre corps et faites de l’exercice régulièrement pour une meilleure santé globale.

 

 

 

5/5 - (2 votes) Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi
Francois Lehn