Vitamine D: la prévention et la gestion du diabète de type 1 et 2

La prise de vitamine D pourrait bien aider à prévenir la survenue du diabète de type 1 et 2 et aider mieux gérer la maladie.

Le diabète, qu’il s’agisse du type 1 ou du type 2, est une maladie qui peut mettre la vie en danger et qui change certainement la vie des gens dans le monde entier. Le nombre de cas a presque quadruplé entre 1980 et 2014 selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), avec les augmentations associées de la mortalité et du handicap causés par la maladie.

La majorité de ces cas sont des diabètes de type 2, causés par un excès de graisse viscérale, bien que l’interaction entre la susceptibilité génétique, l’environnement, l’obésité et la sédentarité soit complexe. Il n’est pas rare que des personnes aient un indice de masse corporelle (IMC) modéré et un diabète de type 2, même si elles réagissent à une perte de poids.

Le nombre de cas de diabète de type 1 est également en augmentation. Les raisons de ce phénomène ne sont pas bien comprises, mais certains ont comparé l’augmentation des cas de diabète de type 1 à celle d’autres maladies auto-immunes comme la sclérose en plaques. Toutes deux sont plus fréquentes dans l’hémisphère nord, tout comme la carence en vitamine D.

En fait, selon les estimations, jusqu’à 40 % des Européens présentent une carence en vitamine D, et 13 % d’entre eux pourraient être gravement atteints. Et la situation est encore pire pour les personnes à la peau foncée. Il est également difficile de déterminer combien de personnes sont carencées, car le débat fait rage sur la définition de la carence.

Le diabète de type 1 est beaucoup plus répandu dans l’hémisphère nord et cela est généralement imputé au fait que nous recevons moins de lumière du soleil et que nous avons donc des niveaux de vitamine D moins élevés. C’est également vrai pour la sclérose en plaques. S’il ne s’agit que d’une association, les liens ne s’arrêtent pas là. Il existe d’assez bonnes données montrant que les carences en vitamine D, les carences franches ( donc les enfants qui ont le rachitisme) sont beaucoup plus susceptibles, plus tard dans la vie, de développer un diabète de type 1. Mais de la même manière, les personnes qui reçoivent une dose élevée de vitamine D sont également moins susceptibles de développer un diabète de type 1 plus tard.
Bien sûr, suggérer que la vitamine D, ou son absence, est responsable de la maladie ou de la susceptibilité à celle-ci, est sujet à controverse.

La controverse sur le rôle de la vitamine D dans le diabète est très probablement due à des essais mal conçus qui n’ont pas réussi à mesurer correctement l’impact de la supplémentation en vitamine D sur des groupes pouvant être généralisés, selon une mise à jour récente du European Journal of Clinical Nutrition.

La vitamine D et le pancréas

Le diabète de type 2 est généralement diagnostiqué lorsque des taux de glucose élevés sont détectés dans le sang. Ce phénomène est finalement dû à une faible sensibilité à l’insuline dans les tissus, ce qui fait que l’organisme a du mal à éliminer le glucose du sang. Pour compenser ce manque de sensibilité, l’organisme crée une plus grande quantité d’insuline jusqu’à ce que les cellules bêta du pancréas finissent par lâcher prise et que la personne atteinte ne puisse plus produire suffisamment d’insuline pour transporter le glucose dans ses cellules, d’où une glycémie élevée. C’est souvent à ce stade que les personnes reçoivent le diagnostic de diabète de type 2.

Il existe des preuves que la vitamine D améliore ce que nous appelons la sensibilité à l’insuline, qui est un élément clé du diabète de type 2. Et il est également prouvé que la vitamine D augmente la sécrétion d’insuline, et ces deux choses sont ce qui va effectivement mal dans le diabète de type 2, car on devient résistant à l’insuline et l’insuline ne fonctionne pas aussi bien. Il semble donc, bien y avoir une base théorique pour ces études en cours.

Une intervention précoce pourrait être la clé

Cette théorie a conduit à des études qui espéraient déterminer si la vitamine D pouvait prévenir ou même traiter le diabète de type 2. La plus importante de ces études de ces dernières années a été l’étude D2D. Cette étude financée par le National Institutes of Health était le premier essai comparatif randomisé à grande échelle de ce type et visait à déterminer si une supplémentation en vitamine D contribuerait à réduire le risque de diabète de type 2 chez les personnes atteintes de prédiabète, une condition où la glycémie est déjà légèrement élevée.

Les chercheurs ont suivi 2 423 participants pendant 2 ans et demi, la moitié d’entre eux ayant été assignés à prendre 4 000 UI (100 microgrammes (mcg)) de vitamine D par jour, tandis que l’autre moitié n’a pris aucun supplément.

À la fin de l’essai, les résultats publiés dans le New England Journal of Medicine ont montré que ceux qui avaient pris des suppléments de vitamine D avaient un taux plus élevé de vitamine D dans le sang. Bien qu’ils aient été 12 % moins susceptibles de développer un diabète de type 2 au cours de l’étude, ces résultats n’ont pas été jugés significativement différents de ceux du groupe qui n’a pas reçu de supplémentation.

Quelques mois plus tard, les résultats d’un plus petit essai randomisé contre placebo ont été publiés dans le European Journal of Endocrinology, montrant l’impact d’un supplément de 5 000 UI (125 mcg) de vitamine D sur 48 patients présentant un risque de diabète de type 2, par rapport à un groupe de 48 patients ayant pris un placebo.

Les chercheurs ont examiné la sensibilité et la sécrétion de l’insuline et ont constaté que la supplémentation en vitamine D améliorait à la fois la sensibilité et la fonction des cellules bêta.

Identifier les enfants à risque très tôt

La question de savoir si la vitamine D pourrait être utilisée pour prévenir ou retarder l’apparition du diabète de type 1 est encore une autre question. C’est l’une des questions qui sous-tendent l’étude TEDDY, une étude longitudinale mondiale sur les causes environnementales du diabète de type 1.

Le diabète de type 1 diffère du diabète de type 2 en ce qu’il s’agit d’une maladie auto-immune. Les cellules bêta du pancréas sont détruites, ce qui signifie que l’insuline n’est pas produite et doit être remplacée par des injections d’insuline. Cette maladie est généralement diagnostiquée chez les enfants âgés de 4 à 14 ans.

Un article issu de l’étude TEDDY a été publié dans la revue Diabetes en 2018. Il décrit les recherches entreprises dans le cadre de l’étude, qui a porté sur 8 676 enfants nés avec des facteurs de risque génétiques pour le diabète de type 1.

Les auteurs ont entrepris une étude cas-témoins emboîtée au sein de cette cohorte, ce qui signifie qu’ils ont spécifiquement recherché les enfants qui présentaient des signes persistants d’auto-immunité des îlotsSource de confiance (376 cas) et les ont comparés à 1 041 témoins de la même cohorte qui ne présentaient aucun signe d’auto-immunité des îlots.

Chez les enfants atteints d’auto-immunité des îlots de Langerhans, l’organisme réagit contre des antigènes spécifiques, dont l’insuline.

L’étude d’observation a porté sur les taux de vitamine D dans le sang de la petite enfance à l’enfance. Elle a montré que le fait d’avoir des taux de vitamine D suffisamment élevés dans la petite enfance était associé à un risque d’auto-immunité des îlots de Langerhans, un signe de diabète de type 1, inférieur de 41 % à celui des personnes dont les taux étaient insuffisants.

 

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un proffesionel de santé.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -